Critique Point Break

Point Break
Point Break est un projet indéfendable. Ericson Core est un tâcheron incapable de soigner une quelconque réalisation.

Verdict Note : Monumentale Erreur ! Monumentale Erreur !

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

L’ensemble de la rédaction se souvient encore de la mine entièrement déconfite que tenait le collègue Alexandre au mois de février dernier lorsqu’il était revenu du cinéma. Nous assurant que Point Break était l’un des plus mauvais films qu’il ait vus de sa vie, nous ne partions absolument pas confiant quant à la rencontre de ce remake du film de Kathryn Bigelow. Chemin faisant et actualité cinéma oblige, nous n’avions pas trouvé le temps d’aller admirer l’œuvre en salle. Nous avons patienté jusqu’à sa sortie en vidéo afin de vérifier si les propos du collègue étaient avérés ou non. Comme Point Break premier du nom, ce nouveau film nous envoie aux côtés de l’agent fédéral Johnny Utah, ex-star de sports extrêmes, qui infiltre un groupe de surfeurs qu’il soupçonne être les braqueurs que le FBI tente désespérément de coincer.

Point Break est un projet indéfendable.

Rarement une séance aura été aussi pénible à supporter. Le collègue n’avait absolument pas menti sur le film. Point Break est un navet intersidéral qui n’a pas réussi à capter une once de ce qui faisait (et fait toujours) la force du film original. Ne gardant que son côté action dopé à la testostérone, le réalisateur Ericson Core met en scène un immense clip vidéo promotionnel pour les divers sports extrêmes que le film côtoie. Image affreuse, effets visuels à en avoir la nausée, casting insipide tout droit sorti d’un book de tatoueur : Point Break est une immense flaque de vomi ! Il est facile de taper gratuitement sur un film osant s’attaquer à une œuvre aussi culte que Point Break. Il est également difficile de ne pas faire de comparaison. Seulement, le constat est sans appel : sous ses airs de ne pas y toucher, Ericson Core plagie sans vergogne son modèle. Plutôt que d’en puiser une source d’inspiration certaine, il tourne au ridicule tout le travail de Bigelow, pensant faire mouche à chaque fois. Toutes les séquences iconiques du film original se transforment en une succession de clin d’yeux d’une banalité affligeante. Tel un sale gosse dénué de talent, Core piétine les plates-bandes de Bigelow en toute impunité pour ne rien y apporter de neuf. Même le développement autour du mobile des braqueurs est d’une bêtise déconcertante. Se perdant dans diverses envolées philosophiques de pacotille, Point Break rend son fond aussi inconsistant qu’une marmite de gruau. Le film gave le spectateur à n’en plus finir. L’overdose fait mal au ventre et le verdict est sans appel : le film est coupable. Coupable, car victime de sa propre cupidité.

Comment saboter une œuvre originale lorsque l’on n’a aucun talent…pour les nuls.

Quitte à en faire un gros blockbuster crétin et assumé, à l’instar de la série des Fast & Furious qu’il cite fièrement comme source (Ericson Core ayant été le directeur de la photographie du premier opus), il aurait mieux valu ne pas oser toucher au film de Bigelow et partir sur une œuvre « originale » (parler d’originalité avec ce film est presque un euphémisme). Une fois encore, on ne peut pas ne pas comparer les deux films, Point Break faisant partie de ces piliers des actioners des 90’s ayant bercé toute une génération de cinéphiles. Là où la recette fonctionne dans la saga Fast, c’est dans sa capacité à toujours proposer des crétineries aussi absurdes que spectaculaires au fil des films. Toujours plus explosive, toujours aussi assumée, la série Fast est parfaitement consciente de sa beaufitude et en tire un charme indéniable qui fait qu’on continue à adhérer. Point Break tente ouvertement d’en avoir la même aura, mais en oublie d’avoir le second degré nécessaire pour oser jouer dans la même cour. Non, non, et trois fois non, Point Break n’a aucun atout à jouer !

Point Break est un projet indéfendable. Ericson Core est un tâcheron incapable de soigner une quelconque réalisation. Le casting fonce tête baissée dans un mur construit sur un néant artistique sans fond. Les SFX pullulent dans tous les sens et donnent une nausée certaine. Un énorme étron comme on pensait ne plus jamais en voir. Point Break devrait être recyclé en manuel : « Comment saboter une œuvre originale lorsque l’on n’a aucun talent…pour les nuls.» Fuyez ce film comme la peste !

Informations

Détails du Film Point Break
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action - Policier
Version Cinéma Durée 113 '
Sortie 03/02/2016 Reprise -
Réalisateur Ericson Core Compositeur Junkie XL
Casting Teresa Palmer - Ray Winstone - Edgar Ramírez - Luke Bracey
Synopsis Dans le cadre de son enquête sur des braqueurs de banques, l'agent du FBI Johnny Utah infiltre un groupe d'adeptes des sports extrêmes, menés par le charismatique Bodhi.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques