TEST ULTRA HD BLU-RAY : Wonder Woman


Wonder Woman Warner Bros

A-B-C | All Zones Ultra HD Blu-ray 2160p 2.40:1 - Cinémascope HEVC DI - 2K

Version Anglaise Dolby Atmos - Dolby True HD 7.1 7.2 Mb/s

Version Française Dolby Atmos - Dolby True HD 7.1 7.2 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français - Anglais sourds et malentendants - Autres
Sortie Blu-ray 18/10/2017
Awards Aucun

Le test

Longtemps espéré, le projet Wonder Woman a enfin vu le jour en 2017. Avec un budget de 145 millions de dollars, le film a dépassé les 800 millions de dollars de recette. Un succès. Le film a été tourné avec des caméras numériques (Arri Alexa et Arri Flex) et partiellement en 35mm (Panavision). La bande sonore fut mixée en Dolby Atmos et en IMAX 6-track pour les salles équipées en IMAX. En ce qui nous concerne, l'édition UHD Blu-ray tire profit d’un master intermédiaire 2K pour la partie vidéo et embarque deux pistes Dolby Atmos aux cores Dolby TrueHD... Appétissant !

Malgré sa mixité au niveau de la captation, Wonder Woman possède un cachet argentique assez prononcé. D’ailleurs, l’image Ultra-HD renforce ce sentiment vis-à-vis de l’image Blu-ray. Au-delà de la fonction HDR sur laquelle nous allons revenir un peu plus loin, il est à noter que le piqué ne passe pas un cap substantiel d’une édition à l’autre. Certes, le niveau de détail progresse peu, mais il affine tout de même certains éléments. En premier lieu vient l’aspect argentique où le grain se fait plus présent sans pour autant nuire au visionnage. Les arrières plans sont également mieux définis mais l'intégration des effets-spéciaux assez bancale passe difficilement comme au début du long métrage. L'entrainement des amazones laisse clairement apparaitre les SFX (assez moyens sur ce passage) contrairement à l’édition Blu-ray plus clémente. Non, cette édition 2160p ne tire pas avantage du piqué mais de la fonction HDR.

Sachez ceci, pour que Wonder Woman apparaisse visuellement comme un film moderne avec une histoire située en 1918 et non comme un vieux film, le choix de couleurs saturées fut évité au profit de couleurs intenses et modernes. Ajouté à cela deux tendances chromatiques en la personne du Cyan très présent pendant le film (île des amazones, Londres…) et de l'Ocre comme au chapitre 3 lorsque que Chris Pine raconte son histoire. Ces aspects s’en trouvent renforcés par les bienfaits de la fonction exclusive au format UHD. Qu’il s’agisse des yeux de Chris Pine ou de l’océan bordant l'île des amazones, le bleu à un rendu assez électrique en Blu-ray. Grâce à la fonction HDR, ce rendu vif disparait et fait place à un bleu plus naturel. Les noirs sont aussi plus rigoureux. L’édition Blu-ray dévoilait des tendances assez grisonnantes, surtout lors des séquences à faible intensité lumineuse. L’édition Ultra-HD permet de rectifier quelque-peu le tir avec un rendu visuel qui gagne en volume et en densité. Pour conclure sur cette partie vidéo, retenez que globalement le gain n’est pas des plus substantiels mais offre tout de même de quoi satisfaire.

La copie 4k offre deux pistes Dolby Atmos au core TrueHD, c’est pas beau ça ?! Alors oui, certains vont nous dire que Wonder Woman n’est pas le film le plus explosif de l’année, néanmoins, son mixage a de quoi amplement satisfaire. Et ce qui nous a le plus épaté, c’est l’incroyable rendu du canal central sur les deux pistes. D’une clarté ébouriffante et d’une puissance singulière, il est l’élément qui frappe dès les premiers instants. Comme il s’agit quand même d’un film d’aventure, le mixage dispose de bonnes trajectoires spatiales à la fois en frontale, comme lors des entrainements des amazones et d’avant-arrière lors des scènes d’actions. Le film profite d’une très bonne stéréo frontale pour son ambiance environnementale et pour sa bande originale. Le canal LFE est aux aguets et frappe des la 14e minute lorsque Diana découvre ses pouvoirs. Il s’emploiera également pendant la séquence de la fusillade au chapitre 7 et lors de l’affrontement final. Le niveau d’enregistrement est élevé et offre une dynamique haut de gamme. L’apport de l’Atmos se ressent dans la bulle acoustique grâce à un encapsulage plus complet et quelques effets de placement bien sentis. Alors oui Wonder Woman est un film bavard, mais il sait mettre le feu aux poudres quand les circonstances l’exigent.

Le comparatif entre les deux pistes fut assez complexe et nous dirons tant mieux. Si l’on devait évoquer une différence, elle se situerait sur le canal central un peu trop mis en avant sur la version française. Ça reste tout de même bénin.

Pour les suppléments, direction l'édition Blu-ray du film.

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 6 Version Française 6 12 / 12 10 / 12
Verdict Bonus Artistique
22 / 24 Délaissé Intéressant dans son ensemble.

Par Sylvain Camps