TEST ULTRA HD BLU-RAY : SOS Fantômes (Ghostbusters)


SOS Fantômes Sony Pictures

A-B-C | All Zones Ultra HD Blu-ray 2160p 2.40:1 - Cinémascope HEVC DI - 4K

Version Anglaise Dolby Atmos - Dolby True HD 7.1 4.5 Mb/s

Version Française Dolby Digital 5.1 0.64 Mb/s

Autres pistes Aucuns
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 06/07/2016
Awards Aucun

Le test

Le cultissime SOS Fantômes d'Ivan Reitman a bénéficié il y a quelques mois de ça d'une édition Ultra-HD tirant profit d'un master 4K. Un film qui a littéralement traversé les époques pour aujourd'hui se proposer dans un habillage très haute définition, le tout appuyé par l'utilisation de la technologie HDR. Concernant l'aspect sonore, la galette embarque une inédite piste Dolby Atmos pour la version originale et un triste mixage Dolby Digital 5.1 pour la langue de Molière.

Pour revenir rapidement sur le rapport du film avec la haute définition, la première apparition de l'œuvre remonte à presque une décennie maintenant : c'est en 2009, à l'occasion des 25 ans du film, que le premier Ghostbusters a fait surface en HD. Une copie plutôt médiocre dans l'ensemble, la faute à une image au rendu légèrement décevant. Heureusement, on pouvait compter sur un son plutôt convaincant (pour rappel, le disque embarquait deux pistes Dolby TrueHD) pour équilibrer le résultat. Il faudra attendre plusieurs années avant de voir débarquer une édition profitant d'un réelle restauration 4K, en Blu-ray dans un premier temps. L'édition qui nous intéresse aujourd'hui s'appuie évidemment sur cette restauration faite depuis les négatifs 35mm originaux. Un passage salvateur pour ce film de 1984 ? La réponse dans les lignes qui suivent.

C'est en 2009, à l'occasion des 25 ans du film, que le premier Ghostbusters a fait surface en HD

L'image de l'Ultra-HD de SOS Fantômes s'en tire relativement bien. Le piqué est correct et la définition très satisfaisante. L'apport en précision est bien présent et atteint différents aspects de l'image : on note une plus grande complexité des textures (les costumes notamment) et des visages plus précis. Des plans peuvent se montrer moins convaincants, mais c'est surtout le fait d'un choix artistique (les objectifs de la caméra Panavision). Une finesse qui, plus encore que sur le Blu-ray, fait la part belle au grain de l'image. Une granularité argentique qui n'altère pas le visionnage, mais qui mérite d'être soulignée par son aspect régulier. Suivant les plans, on remarque plus ou moins la présence du bruit vidéo : certaines scènes s'en sortent mieux que d'autres. L'image de la galette bleue semble un poil plus douce de ce côté, la contrepartie d'une définition un peu moindre. Pour ce qui est de la colorimétrie, le film gagne en naturel avec de belles couleurs primaires. On pense aussi bien au vert (Slimer) qu'au rouge (le logo). Le faisceau lumineux des protons est également assez réussi. Sans dénaturer le film avec un côté trop "pop", on redécouvre certains passages tant les nuances sont plus présentes qu'auparavant (lors de la dernière partie, sur le toit, par exemple). Enfin le contraste est bien géré, avec des noirs globalement profonds.

En ce qui concerne la partie son, on retrouve sur le disque un mixage Dolby Atmos (TrueHD 7.1) pour la VO et une piste Dolby Digital 5.1 pour la VF. Inutile de dire que la déception, concernant la version française, est de taille : l'Ultra-HD fait l'impasse sur la piste DTS-HD Master Audio 5.1 de l'édition Blu-ray (master 4K) du film. En lieu et place, une piste Dolby Digital 5.1 au son passable, mais à la comparaison limitée avec la version anglaise tant la restitution du son est différente. Les voix sont plus prédominantes dans le mixage français, avec un son plus frontal, moins distillé. La VO de son côté exploite avec intelligence les canaux pour offrir une expérience ample et précise. Bien que souffrant de quelques sons étouffés, l'ensemble se montre convaincant avec des effets puissants (le bruit des protons, avec les basses) et une musique correctement répartie. On sent bien lors de quelques notes que la piste n'a jamais eu vocation à être autant étendue, le mixage semblant alors peu naturel, mais cela n'empêche en rien de profiter du spectacle. Les canaux Atmos sont bien exploités, aussi bien pour étendre l'ambiance que pour donner de la hauteur à divers effets (le saut de Gozer à la fin).

Côté bonus, on ne retrouve sur le disque qu'en tout et pour tout un commentaire audio sous-titré en français (Ivan Reitman, Harold Ramis, Joe Medjuck). Sachant que l'édition Ultra-HD n'arrive pas avec le Blu-ray du film, le boitier ne contenant qu'un disque, on perd ainsi les nombreux suppléments des versions précédentes. Une lacune que l'on regrette, l'édition américaine du film comprenant bel et bien le Blu-ray de l’œuvre.

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 5.8 Version Française 1.5 7.3 / 12 10.8 / 12
Verdict Bonus Artistique
18.1 / 24 Délaissé Exceptionnel !

Par Pierre LARVOL