TEST ULTRA HD BLU-RAY IMPORT : Watchmen - Les Gardiens (Watchmen)


Watchmen - Les Gardiens Warner Bros

A-B-C | All Zones Ultra HD Blu-ray 2160p 2.40:1 - Cinémascope HEVC DI - 2K

Version Anglaise Dolby True HD 5.1 6.2 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français - Anglais sourds et malentendants - Espagnol
Sortie Blu-ray 19/07/2016
Awards Démo Son VO

Le test

Nous avons longtemps hésité avant de vous proposer un premier test import et puis... Watchmen s’est imposé de lui-même. L’avantage de cette édition import? Elle ne sortira sûrement jamais en France tout simplement. Peut-être le plus bel avantage de l'import. Il y a quelques années maintenant, nous vous avions fait profiter du test de l'édition Director's Cut. Aujourd’hui, il s’agit de l’édition UHD dans son montage Ultimate Cut. Ce dernier s’étend sur une durée de plus de 3h30, intégrant le montage du film dans sa version director’s cut et du court-métrage animé intitulé Les Contes du Vaisseau Noir. Techniquement le film fut tourné en 35mm et cette édition UHD tire son image d’un master intermédiaire de résolution 2K. La partie audio embarque une piste Dolby TrueHD 5.1.

A sa sortie en Full-HD, Watchmen avait fait forte impression notamment sur sa maitrise des noirs. Le film baignant dans une noirceur omniprésente, l’image du Blu-ray avait réussi à tirer son épingle du jeu en évitant des noirs bouchés et un aspect grisonnant trop important. La formidable densité permettait d’obtenir un volume vidéo saisissant et offrait un niveau de détails très confortable. Mais revenons sur cette image artificiellement gonflée, ce qui fera très sûrement grincer des dents beaucoup d’entre vous. Oui vous avez raison, le gain n’est pas extraordinaire et va une nouvelle fois se rattraper grâce à la fonction HDR. Cela peut paraitre peu mais sur un film où le traitement visuel se veut très travaillé avec des couleurs très ternes et une noirceur redoutable, il y a forcement matière à satisfaire (un peu du moins) une fonction qui ne demande que ça.

Cette image 2160p apporte une légère amélioration sur une image déjà proche de la perfection en Blu-ray.

La colorimétrie calque son approche sur celui du roman graphique d'Alan Moore et de Dave Gibbons à savoir une palette chromatique froide parfaitement symbolique du rayonnement politique de l’époque où le seul symbole pacifiste est représenté par le bleu de Dr Manhattan. La fonction exclusive au format UHD apporte sa touche personnelle avec une fermeté au niveau des couleurs primaires plus symbolique. D'entrée de jeu les logos jaunes de Warner Bros et Paramount assez pimpants en Blu-ray, sont ici plus neutres et ternes. Le bleu du Dr Manhattan assez neutre en Blu-ray est cette fois-ci plus étincelant et dynamique. Son aura bleutée sur l'environnement est plus identifiable voire écrasant comme lors de son échange avec le Spectre Joyeux au chapitre 6.  Autre exemple, le costume du Spectre Soyeux (mère et fille) passe d’un jaune plutôt piquant à un jaune terne. Nous assistons donc à un réajustement colorimétrique plus juste. Le traitement des noirs est lui aussi un peu mieux géré. Si l’édition Blu-ray était déjà au top niveau sur ce point, l’édition Ultra-HD apporte quand même plus de densité et éclaircit certaines zones sombres. L’équilibre est donc plus harmonieux sans pour autant bouleverser ce que l’on avait vu autrefois. A noter que le grain est ici plus sensible, contrairement à une édition Full-HD plus lisse.

Fait assez surprenant, il n’y a pas de piste Atmos sur cette édition. Forcément, la déception est de mise à la lecture de la jaquette qui annonce une piste DTS HD MA 7.1, alors que le disque possède en fait une piste Dolby TrueHD 5.1  (la même que celle du Blu-ray Ultimate Cut 2009). Notre attente à ce sujet en prend donc un coup.

Un Dolby TrueHD meilleur que son prédécesseur et que le DTS-HD Master Audio du montage director’s cut

Finalement, le constat est identique à quiconque aurait écouté Man of Steel en Blu-ray puis en UHD avec le codec TrueHD. Cela se traduit par un niveau d’enregistrement plus élevé et une dynamique plus franche. Du coup, tous les éléments se voient bonifiés avec une clarté frontale sans appel, comme en atteste l’explosion de la vitre lorsque le comédien la traverse. Le bruit des morceaux de verre brisés sur les enceintes frontales est plus précis et plus intelligible. Les très (très) nombreux effets d’ambiance éclairent bien mieux la scène acoustique et les trajectoires spatiales se veulent plus saisissantes. L’enceinte centrale s’exprime avec clarté et jouit d’un équilibre avec le reste des enceintes assez bluffant. Et comment ne pas évoquer la fabuleuse bande-originale qui couvre le film ? Cette dernière est également à son avantage grâce au gain apporté par la dynamique.

Un mot également sur le court-métrage Les Contes du Vaisseau Noir pour dire qu’il se fond parfaitement dans la masse acoustique mais pèche légèrement dans son mixage. Il faut dire que le film est tellement mythique sur ce point que la comparaison était inévitable. Nous pouvons en conclure que, malgré l’absence d’une piste Atmos (ou DTS: X), ce Dolby TrueHD est encore meilleur que le précédent ou que le DTS-HD Master Audio du montage director’s cut. Un moindre mal !

Les suppléments sont à retrouver sur le disque Blu-ray. Bonus également présent.

Les notes

Piste 1 (VO) Audio Vidéo
Version Anglaise 12 12 / 12 9 / 12
Verdict Bonus Artistique
21 / 24 Délaissé Exceptionnel !

Par Sylvain Camps