TEST BLU-RAY : Kuso


Kuso Potemkine

B Blu-ray 1080p 2.39:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - 2K

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 4.6 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 02/03/2021
Awards Aucun

Le test

Une exclu mondiale techniquement tout à fait au niveau...

Kuso débarque en exclu mondiale en Blu-ray chez Potemkine, une sortie plus que bienvenue compte tenu de la très faible diffusion qu'a eu le film jusqu'ici (y compris aux USA).

Le film est foutraque, avec plusieurs supports de tournage (8 mm, 16 mm, 35 mm et numérique 2.8K), et l'image en est le reflet. Entre coupures façon journal télévisé au format carré (capture 1), rendu ultra typique d'un tournage numérique (captures 2, 16 et 17), plans intégralement numériques rappelant des délires visuels comme on pouvait en voir dans L'oeil du cyclone (capture 13), plans animés façon découpages papier (captures 3 et 12) et enfin plans sans doute tournés en numérique mais avec un rendu légèrement granuleux émulant une pellicule (captures 7, 11 et 14), le film déploie une esthétique hétérogène car hétéroclite, mais dont le Blu-ray s'accomode parfaitement. L'image est en effet le plus souvent fine et ciselée, avec un rendu parfaitement propre et défini, offrant un joli niveau de détails et un aspect HD largement reconnaissable. Seul le sketch Smear a un aspect désagréablement électronique, avec une définition régulièrement moindre et une image paraissant artificiellement accentuée (capture 8). On suppose un choix esthétique volontaire, ou a minima peut-être du matériel de tournage de moindre résolution et/ou qualité. Le reste du film offre une expérience HD sinon totalement à la hauteur des attentes.

L'étalonnage est lui aussi assez hétérogène, avec en particulier plusieurs plans aux couleurs "argentées", avec un aspect légèrement terne et comme un peu biaisé. C'est particulièrement le cas sur Smear (à nouveau) (captures 4 et 5), tandis que d'autres plans (généralement peu éclairés) montrent aussi des noirs légèrement relevés (captures 9 et 17). Le reste du film est plus équilibré, avec notamment un contraste plus "habituel" et une palette de couleurs plutôt saturée  et appuyée. Chaque sketch a sa tendance, Mr Quiggle étant assez neutre et contrasté, Royal plutôt sombre et légèrement terne, et Sock plutôt sombre et contrasté.

Enfin, pas de soucis de propreté, stabilité ou encodage à noter.

...et une piste son restituant efficacement le design sonore travaillé du film.

Le film bénéficie d'un design sonore très impressionnant par l'utilisation constante de l'ensemble des enceintes, avec une séparation des effets de tous les instants. La musique elle aussi profite d'un joli punch sonore, y compris dans les graves, tandis que la piste propose une dynamique rare (dans le sens où le film ne s'y prête pas forcément beaucoup) mais efficace. De même, les dialogues sont bien restitués, sans souci notable.

Par contre, la piste nous a paru assez nettement sous-mixée, on conseille donc de monter le volume pour pleinement profiter de tout cela.

Suppléments

Hormis la bande-annonce du film (1 min 05, 1080i), le seul supplément est une assez longue interview de Maxime Lachaud (37 min 45, 1080i), servant à la fois de retour sur la carrière de Flying Lotus, les inspirations du film, ses thèmes, ses participants, etc. Un module de fait assez global, mais qui aurait peut-être gagné à être un peu plus rythmé. On pourra par contre regretter l'absence d'intervention des membres de l'équipe du film, tant on aurait adoré avoir des avis directs sur le film et leur expérience sur celui-ci vu son contenu.

Les notes

Piste 1 (VO) Audio Vidéo
Version Anglaise 11 11 / 12 10.5 / 12
Verdict Bonus Artistique
21.5 / 24 Correct Intéressant dans son ensemble.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests