TEST BLU-RAY : La chartreuse de Parme


La chartreuse de Parme Coin de Mire - Cinéma

B Blu-ray 1080p 1.37:1 AVC-MPEG4 DI - ?

Version Française DTS HD Master Audio 2.0 1.7 Mb/s

Autres pistes Aucuns
Sous-titres Français sourds et malentendants
Sortie Blu-ray 04/12/2020
Awards Aucun

Le test

Un master HD limité et surtout assez variable...

Coin de mire exploite pour La chartreuse de Parme un master HD pre-existant, issu du catalogue SND et probablement le même que celui utilisé pour le DVD de 2007.

Visuellement, le Blu-ray souffle le chaud et le froid. Cet aspect visuel étrange commence d'ailleurs dès le cadre de l'image laissant apparaître semble-t'il l'intégralité du photogramme, coins arrondis inclus et avec des bandes noires en haut et en bas de l'image (d'épaisseurs et de répartition variant parfois d'un plan à l'autre - par exemple capture 3 vs 4). Un choix surprenant car il a peu de chances de représenter le cadrage généralement visible en salles lors d'une projection argentique. Ensuite, outre les fondus qui sont assez nettement en retrait, de nombreux passages ont un rendu assez limité, abîmé et/ou doux (captures 11 et 12 par exemple, comme si le matériel utilisé était assez éloigné du négatif d'une part mais avec aussi les limites de la restauration effectuée à l'époque (potentiellement il y a une dizaine d'années). C'est plus particulièrement le cas dans la 2ème moitié du film, qui alterne ainsi entre des moments où l'image offre un upgrade HD certes limité mais palpable (captures 15 et 16) et d'autres nettement plus décevants (captures 19, 20 et 21). Les moments à l'upgrade HD notable sont cependant les plus nombreux, et ils montrent alors une finesse encore un peu limitée par l'âge du master mais avec une délinéation des détails (costumes, décors, cheveux) et une précision très correctes. Ils forment en tout cas les segments les plus détaillés du film et s'ils n'étaient pas entrecoupés de ces passages plus limités, nul doute que l'on se retrouverait simplement face à un simple master HD pre-existant un peu limité par son âge mais après tout très acceptable.

L'étalonnage est lui aussi assez variable. La plupart du temps, le contraste et la luminosité paraissent plutôt bien gérés, malgré une certaine touche "à l'ancienne" n'hésitant pas à pousser le contraste un peu haut quitte à brûler les hautes lumières ou à boucher légèrement les noirs. Mais lors des sections plus abîmées, l'image parait moins finement ajustée et l'étalonnage globalement plus terne et plus balourd. Là aussi, l'hétérogénéité est regrettable car elle entrecoupe un peu le visionnage du film avec des segments moins lisibles et moins "frais", ce qui est un peu dommage. Il faut aussi noter que si la 1ère moitié du film est en N&B pur, ce n'est pas le cas à partir de la 90ème minute, le N&B devant légèrement coloré en rose. 

Ces limites visuelles se retrouvent aussi au niveau de la propreté et de la stabilité générale de l'image : si les poussières sont plutôt rares, de nombreux passages présentent encore des plans peignés de rayures verticales (captures 16, 17 et 22), tandis qu'une bonne partie du film montre des fluctuations de densité ainsi que quelques tremblements de cadre. Ces défauts sont cependant répartis de façon assez homogène sur l'ensemble du film (y compris les sections moins abîmées) et restent dans l'ensemble légers bien que facilement visibles.

Enfin, même si la source reste ce qu'elle est, il est questionnable de ne pas avoir mis plus à contribution l'espace disque disponible afin de mettre toutes les chances de son côté, d'autant que le film est long. Certains passages ne sont pas aidés par cette contrainte supplémentaire (et peut-être quelques réglages de l'encodeur) et laissent apercevoir quelques aplats disgracieux de compression (la texture des vêtements de gauche sur la capture 1 vs 2). Rien à même de changer l'impression générale laissée par l'image, mais tout de même.

...et une piste son qui fait son âge.

La piste son est plutôt décente et propre mais fait assez clairement son âge. La musique, dès le générique introductif, manque de punch et de capacité à se projeter. Elle sonne assez renfermée, avec un rendu assez sourd qu'on retrouve ensuite sur le reste du film. Les dialogues en pâtissent aussi, avec un aspect un peu voilé et nasillard même s'ils restent intelligibles.

Suppléments

Les suppléments contenus dans ce digibook, toujours tiré à 3000 exemplaires comme les vagues précédentes, suivent les habitudes de l'éditeur Coin de mire :

  • dans le packaging lui-même : dix reproductions de photos d'exploitation, une reproduction de l'affiche d'époque, et un livret de 24 pages reproduisant des documents d'époque (ici, 4 pages du dossier de presse, 2 affiches du film, 3 photos d'exploitation, le fac-similé des 9 pages de novélisation-résumée du film parues dans Mon film numéro 134 du 16 mars 1949 et enfin la couverture de Nous Deux Film sur le film et Gérard Philipe)
  • sur le disque, avec le journal d'actualité d'époque (21e semaine de 1948, 10 min 15, 1080p majoritairement restauré), une bande-annonce d'époque (Souvenirs perdus, 3 min 49, 1080p restaurée) et des réclames publicitaires d'époque (9 min 03, 1080p majoritairement restaurées). Ces bonus sont visionnables à part ou via le mode "Séance complète" (qui enchaîne ces matériels d'époque en amorce du film). On trouve aussi les bande-annonces des 6 titres de cette vague, dont celle du film (1080p).

Les notes

Piste 1 (VO) Audio Vidéo
Version Française 7.5 7.5 / 12 7.5 / 12
Verdict Bonus Artistique
15 / 24 Correct Intéressant dans son ensemble.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests