TEST BLU-RAY : Ne dites jamais adieu (Never Say Goodbye)


Ne dites jamais adieu Elephant Films

A-B-C | All Zones Blu-ray 1080p 2.00:1 - VistaVision AVC-MPEG4 DI - ?

Version Anglaise DTS HD Master Audio 2.0 2 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 2.0 2 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 08/12/2020
Awards Aucun

Le test

Un master HD daté mais plutôt plaisant...

Si Ne dites jamais adieu ne semble pas avoir été restauré récemment, l'image proposée par le Blu-ray d'Elephant ressemble presque, par moments, à celle d'un remaster 2K plutôt jeune. Malgré quelques limites (notamment quelques fluctuations de densité et de légères pulsations chromatiques par endroits), l'image parait en effet plutôt fine et fraiche, avec un grain argentique bien moins épais que le master HD pre-existant typique de chez Universal, et un niveau de détails et une finesse générale plutôt plaisante. Ce n'est pas l'image la plus fine du monde, et on regrettera la probable utilisation d'un peu de dégrainage, mais son aspect naturel et argentique ainsi que son bon niveau de détails en font un visionnage plutôt plaisant, et en tout cas supérieur à celui auquel Universal nous habitue régulièrement avec son catalogue non récemment restauré.

Idem côté couleurs, avec une palette qui parait plutôt nuancée et dont seules les carnations un peu "crème" dénotent un peu. Le reste des couleurs parait plutôt en forme, avec une image à l'aspect parfois très Technicolor rappelant ce que Criterion avait fait sur Tout ce que le ciel permet (en particulier les plans peu éclairés). C'est souvent saturé juste comme il faut et avec un couple contraste / luminosité paraissant en tout cas bien géré et finement ajusté.

Enfin, pas de défaut particulier à noter (hormis quelques rares poussières), le cadre et les couleurs sont stables (hormis, donc, quelques légères fluctuations) et l'encodage suit plutôt bien.

...et 2 pistes son avec leurs forces et faiblesses.

Les 2 pistes ne se ressemblent pas tout à fait mais ont des bases communes assez proches. Sans être phénoménales, elles offrent un environnement sonore décent, en particulier côté musical. Les dialogues se détachent plutôt bien même s'ils restent un peu sourds par endroits, en particulier sur la VO. En effet, la VF manque peut-être un peu de rondeur par rapport à la VO, mais cela lui confère un aspect un peu plus clair et moins renfermé, ce qui compense de façon pas forcément désagréable à l'oreille.

Suppléments

Elephant a un peu plus chargé leur édition qu'à l'accoutumée (ce qui est tout à leur honneur). En effet, Ne dites jamais adieu embarque une longue analyse de la carrière de Sirk par Denis Rossano (1h 06 min 53, 1080i) et dont la particularité est d'être centrée autour de la vie personnelle du réalisateur, dont le fils fut acteur de propagande pour le régime nazi. Auteur du livre Un père sans enfant, sur ce sujet, Rossano met en lumière les probables influences qu'ont eu ces évènements sur la carrière de Sirk ainsi que les thématiques et tonalités de ses films. Un supplément fort bienvenu et enrichissant.

On retrouve en parallèle de ce supplément les habituelles présentations de Rock Hudson (15 min 39, 1080i) et Douglas Sirk (8 min 41, 1080i) par Jean-Pierre Dionnet, la bande-annonce originale du film (2 min 37, 576i non restaurée) et la bande-annonce de l'éditeur sur sa collection Douglas Sirk (1 min 18, 1080p).

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 4.75 Version Française 4.75 9.5 / 12 9 / 12
Verdict Bonus Artistique
18.5 / 24 Le Nirvana Intéressant dans son ensemble.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests