TEST BLU-RAY : Lonely Fifteen


Lonely Fifteen Spectrum Films

B Blu-ray 1080p 1.85:1 - Panoramique AVC-MPEG4 DI - 2K

Version Chinoise DTS HD Master Audio 2.0 1.6 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 08/04/2020
Awards Aucun

Le test

Un upgrade HD flagrant, mais non exempt de soucis parfois gênants...

Contrairement au Blu-ray hong-kongais paru en juillet 2020, qui semble partir d'un master SD upscalé globalement affreux, cette édition française de Lonely Fifteen exploite une nouvelle restauration 2K du film, exclusivement destinée à la France et effectuée par l'agence parisienne Kino à partir du négatif original. S'il s'agit d'un upgrade instantanément palpable et d'un rendu HD globalement très correct, il subsiste encore des limites visuelles plus ou moins surprenantes et évitables.

Côté texture et niveau de détails, l'immense majorité du film parait filmique, avec un grain argentique qui semble laissé intact. Le niveau de détails parait lui aussi au niveau des attentes pour une restauration 2K faite récemment à partir du négatif, et dans l'ensemble, la patine générale de l'image est adéquate et on reconnait facilement ne pas être face à un master ancien. Les scènes lumineuses, en particulier, sont les plus plaisantes à l'oeil (captures 1, 9 et 18). Les scènes plus sombres sont, par contre, plus variables, avec des plans semblant tirés d'une source inférieure, moins fine et plus granuleuse, au rendu plus typique d'un ancien master HD que d'un travail récent (captures 7 et 10).

Cependant, il reste difficile de ne pas avoir, par moments, l'impression d'un recours problématique à des outils numériques dispensables. Plusieurs passages paraissent en effet excessivement lissés (56e minute - captures 14 et 15) et génèrent des visages cireux, tandis que d'autres semblent au contraire artificiellement accentués (capture 8). Au milieu de cela, le grain de certains plans paraissant intacts ne parait pas toujours très naturel et semble légèrement figé, voire artificiel, même si cela reste peu fréquent. On repérera aussi un défaut assez récurrent tout le long du film, et probablement du à une gestion trop automatisée du nettoyage des poussières et autres défauts de l'image : des informations "utiles" de l'image très mobiles disparaissent, l'espace d'une image ou deux, et ne laissent qu'une ombre ou un contour. Doigts pointés rapidement, mouvements brusques des mains ou des bras, bouteilles brisées contre un mur pour en faire une arme, de nombreux passages y passent et le résultat est malheureusement disgracieux et globalement gênant d'autant qu'il était évitable. Les captures 20 à 23 illustrent le résultat en pratique (comparez par exemple le doigt qui réapparait entre la capture 23 et la capture 24), tandis que la capture 12 montre comment la combinaison d'un mouvement de caméra rapide (panoramique latéral), un cadre chargé (une bagarre à plusieurs) et un éclairage difficile (peu de lumière) malmène ce type d'automatisation pour rendre complètement illisible l'image. De ce que nous avons pu voir, ces problèmes sont absents du Blu-ray hong-kongais.

Au niveau de l'étalonnage, on sera plus tolérant (même si on tend à supposer qu'un travail plus poussé aurait permis un résultat plus homogène), mais les éléments et leurs couleurs semblent avoir posé un gros problème de fond qui n'a pas pu être intégralement résolu. En effet, le film conserve plusieurs passages montrant des couleurs virées au rose (captures 3, 11 et 14), avec en plus une instabilité des couleurs parfois au sein d'un même plan (qui peut passer du neutre au rose sans crier gare). Cela donne l'impression d'être face à une copie encore très abimée par le temps et génère de nombreux faux raccords colorimétriques d'un plan à l'autre. A contrario, d'autres segments (la majorité du film) paraissent ravivés et rajeunis, avec une palette de couleurs dynamiques (captures 1, 2, 13 et 16 par exemple) et un contraste plutôt bien géré, y compris dans les séquences plus sombres (capture 16).

Restent quelques poussières (capture 5), tâches (cature 19) et rayures (capture 6), régulières mais discrètes et clairement atténuées. Le cadre est par contre très bien stabilisé. L'encodage s'en sort quant à lui plutôt bien, hormis sur quelques rares aplats sombres (capture 6).

Enfin, on notera que si la jaquette arrière annonce un format 1.85, le film est en fait proposé à un surprenant format 1.94 (asymétrique, qui plus est, la bande noire supérieure étant plus large que la bande inférieure), offrant plus d'informations sur les côtés que le Blu-ray HK (qui est lui en 1.78), mais un peu moins en haut.

En conclusion, la nouvelle restauration offre un upgrade HD flagrant à de nombreux niveaux et un rendu général dont on ressort positif, mais certains choix techniques, pourtant probablement évitables, se sont avérés dommageables sur une portion (certes limitée) du film.

...et une piste son correcte mais elle aussi encore un peu limitée.

La piste son est elle aussi globalement satisfaisante mais avec quelques limites. Si la musique et les effets sonores s'en sortent globalement bien, les dialogues restent régulièrement un peu sourds. Rien de fondamentalement problématique, mais cela renforce l'impression d'une piste plate et manquant de punch. Aussi, si elle s'avère très propre, la piste possède un vrombissement/bourdonnement de fond, comme un ventilateur de plafond qui ronronne tout le long du film. Pas forcément très intense (il est notamment couvert par la musique dès qu'elle s'élance un peu), il est cependant audible sur tous les passages les plus calmes. La piste cantonaise du Blu-ray hong-kongais ne semble pas présenter pas ce défaut, mais est par contre constellée de craquements...

Suppléments

Comme à son habitude, l'éditeur propose une abondante quantité de suppléments, entre les habituelles interventions de Lanuque et Sévéon et des interviews récentes de l'équipe du film. L'ensemble est parfois un peu redondant, mais s'avère exhaustif.

  • Présentation du film par Arnaud Lanuque (8 min 49, 1080i)
  • Nouvelles interviews de David Lai (12 min 41, 1080i), Irène Wan (6 min 20, 1080i) et Michael Mak (26 min 26, 1080i)
  • Analyse du film par Frédéric Monvoisin (21 min 30, 1080i)
  • Analyse du film et du genre par Julien Sévéon (15 min 42, 1080i)
  • Podcast on Fire sur le film (1h 05 min 08, anglais sous-titré français)
  • Module sur la restauration du film (5 min 31, 1080p)
  • Bande annone du film (1 min 27, 1080i non restaurée)

Les notes

Piste 1 (VO) Audio Vidéo
Version Chinoise 8.5 8.5 / 12 9 / 12
Verdict Bonus Artistique
17.5 / 24 Le Nirvana Un très bon moment en perspective.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests