TEST BLU-RAY : Vij ou le diable (Viy)


Vij ou le diable Artus Films

B Blu-ray 1080p 1.37:1 AVC-MPEG4 DI - ?

Version Russe PCM 2.0 1.5 Mb/s

Version Française PCM 2.0 1.5 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 31/05/2020
Awards Aucun

Le test

Une restauration plutôt convaincante, mais parfois trop sombre...

Artus utilise pour leur édition de Vij ou le diable une récente restauration effectuée par Mosfilm en "HD" (probablement en 2K). Il s'agit de la même restauration exploitée en 2019 aux USA par Severin, différente de celle exploitée par IVC en 2016 (plus ancienne et globalement inférieure).

Les bases de cette restauration sont plutôt bonnes. Evidemment, il faut composer avec l'aspect relativement variable de la justesse de la mise au point, limite récurrente sur quasiment tout le film et qui limite logiquement la précision de l'image. Cependant, l'image reste naturelle, avec un léger grain argentique plutôt bien restitué, et un rendu filmique agréable et probablement vierge de bidouillage inutile. Ainsi, quand il le permet, le film offre un aspect plutôt détaillé, notamment dans les gros plans, et la restauration rend cela d'une manière qui semble assez fidèle (captures 8, 10 et 12) et en tout cas agréables à voir.

L'étalonnage de nombreux passages parait, lui, plus discutable. Les scènes de plein jour paraissent équilibrées et convaincantes, avec un contraste adéquat et une palette à la fois neutre et légèrement saturée qui ne choque pas. Cependant, le gros du film, en particulier les scènes plus sombres, sont baignées dans un bleu intense et surtout sombre qui semble considérablement et exagérément boucher l'image (capture 2, typiquement). Si l'ancien master HD, exploité au Japon par IVC, paraissait exagérément rose, il était au moins un peu plus clair (même si cela avait ses propres problèmes) et évitait de perdre les détails dans les zones sombres. Ce n'est pas le cas ici, et s'il nous est impossible de savoir ce qu'il devrait en être, on peut légitimement se demander au moins si quelqu'un n'a pas eu la main lourde sur l'assombrissement de ces passages. 

La stabilisation du film est très bonne, tout comme la propreté (bien qu'il reste quelques petites poussières rares). Enfin, l'encodage s'avère efficace dans sa restitution visuelle, même s'il reste optimisable (il était largement possible de donner plus d'espace au film).

...et une VO correcte et une VF trop sourde.

La VO s'en sort en effet bien mieux que la VF. Plus claire, plus ample, elle est bien plus agréable à l'oreille que la VF. Les effets d'ambiance et la musique en profitent aussi et dans l'ensemble, si la piste reste assez plate et datée, elle est plutôt correcte.

La VF, elle, effectivement très sourde et donne l'impression d'écouter le film sous l'eau. Dommage car le doublage, plutôt amusant, s'avère au final plutôt adapté, mais l'ensemble du son, de la musique aux dialogues, souffre de ces limites.

Suppléments

Sur le disque, le principal supplément est un interview croisé avec Stéphane Derderian et Christian Lucas (18 min 14, 1080i) sur le texte original de Gogol et ses différentes adaptations à l'écran, ainsi que les comparaisons entre ces différentes oeuvres. On trouve sinon la bande-annonce du film (2 min 27, 576i), une galerie photos (1080i), le générique français du film (2 min 17, 576i) et la bande-annonce du Conte du tsar Saltan (2 min 18, 576i).

Le digibook contient un livre de 64 pages ici rédigé par Nicolas Bonnal et nommé L'épouvante selon Nicolas Gogol. Comme souvent chez Artus, le contenu écrit se concentre moins sur le film que ses inspirations, thématiques ou genres dans lesquels il s'inscrit. On trouve ainsi ici 4 pages d'introduction sur le sujet, 2 pages sur la lecture freudienne de l'étrangeté, 7 pages sur l'oeuvre originale de Gogol, puis sur 24 pages recontextualise Viy dans l'oeuvre de Gogol et dans la littérature fantastique en général, revient sur les symboles visibles dans le film (seuils, animaux, nuit, etc) et passe même par un rappel de l'antisémitisme qui traversait l'oeuvre de Gogol. Au final, c'est un peu moins de 40 pages de lecture permettant de revenir aux sources du film et de mieux apprivoiser sa teneur thématique et symbolique.

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Russe 4.5 Version Française 3.25 7.75 / 12 9.5 / 12
Verdict Bonus Artistique
17.25 / 24 Correct Intéressant dans son ensemble.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests