TEST BLU-RAY : Razorback


Razorback Carlotta Films

B Blu-ray 1080p 2.35:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - 4K

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 4.1 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 2.0 1 Mb/s

Autres pistes Anglais
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 10/07/2019
Awards Must Have

Le test

Image

Carlotta exploite pour son Blu-ray de Razorback une restauration 4K effectuée par Umbrella et éditée dans leur édition australienne parue en août 2018. Techniquement, le résultat est visuellement très commandable, malgré quelques réserves sur l'étalonnage de la nouvelle restauration.

Du point de vue texture et définition, difficile de trouver à redire. Si l'on exclura quelques passages qui semblent un peu lisses (à la 30e minute par exemple - capture 6) et des fluctuations très certainement dues aux conditions et matériel de tournage, le Blu-ray offre une image pourvue d'un très bon niveau de détails ainsi que d'un aspect pellicule très naturel et agréable. Pas d'accentuation artificielle en vue, tandis que les filtres type dégrainage semblent soit absents (et le film regorge de séquences assez chargées en grain), soit conscrits à une poignée de passages (cf plus haut). On repérera cependant quelques poussières ci et là, ainsi qu'une poignée de plans tremblotant (et qui ne semblent pas d'origine).

On reste cependant un peu perplexe devant l'étalonnage extrêmement contrasté du film, bien plus que sur la précédente édition Blu-ray (Australie 2014). Les scènes à dominante rouge/orange (captures 6, 12 et 15) tout comme les nombreux passages de nuit ou moins éclairés (captures 1, 5, 8 et 16) montrent en effet une photographie extrêmement tranchée, n'hésitant pas à faire disparaître dans la profondeur des noirs les détails des zones les plus sombres. Cela ne gène pas excessivement lors des scènes de nuit, celles-ci étant baignées de contre-éclairages, mais les plans en luminosité plus intermédiaires (capture 16) ou avec des zones sombres (capture 4) paraissent tout de même exagérément contrastées et bouchées. Les scènes bleutées (captures 5 et 20) voient elles leur bleu glisser légèrement vers le cyan, légère modification qui fera certainement jaser les plus pointilleux et les détracteurs du "teal" parfois peut-être un peu trop moderne.

Pas de souci d'encodage à pointer, le film ayant de toute manière la place pour respirer.

Son

La VO 5.1, sans être phénoménale, est plutôt agréable. L'utilisation des enceintes arrière se fait efficacement sans paraître artificiel, et ouvre le champ sonore de façon convaincante et agréable à l'écoute. La reprise dans les graves est elle aussi très correcte, tout en restant de nouveau un peu datée. Seuls les dialogues semblent par endroits un peu trop en retrait, déséquilibrant légèrement le mixage. Qui plus est, ils sonnent aussi parfois un petit peu sourds.

La VF 2.0 peine à rivaliser avec le VO 5.1 et parait particulièrement étriquée. Cela ressent notamment sur la restitution de la musique et tous les effets sonores (en particulier lors du final assez chargé). Les dialogues s'en sortent un peu mieux, car probablement mixés un peu trop fort (ce qui, l'un dans l'aure...).

A noter la présence d'une VO DTS HD MA 2.0

Suppléments

Carlotta inclut ici une bonne partie (mais pas tous) des suppléments originaires de l'édition australienne du film parue chez Umbrella. On trouve donc :

Commentaire audio de Russell Mulcahy et Shayne Armstrong (VOSTF)

Une certaine nature animale (24 min 10, 1080p) : discussion avec les critiques et auteurs Alexandra Heller-Nicholas, Lee Gambin, Sally Christie et Emma Westwood

Requins sur pattes (1h 13 min 43, 1080p) : documentaire retraçant la genèse du film avec les entretiens de Russell Mulcahy, Hal McElroy, Bob McCarron (créateur de la bête) et Ira Davies

3 scènes coupées (car trop graphiques) avec commentaire audio optionnel (2 min 29, 1080p, upscalé)

Bande-annonce originale restaurée (2 min 21, 1080p)

VHS Cut (1h 35 min 05, 1080p, qualité VHS) : version uncut du film (intégrant notamment les 3 scènes coupées), transférée depuis la VHS 4/3 australienne. (NB : on suppose que la présence des scènes coupées mais la conservation d'une durée identique à celle du film restauré en 4K s'explique par une différence de défilement)

Bande-annonce VHS (1 min 53, 1080p, qualité VHS)

Manquent à l'appel la galerie photos et surtout les 85 minutes d'interviews tirées du documentaire Not Quite Hollywood: The Wild, Untold Story of Ozploitation!.

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 5 Version Française 4 9 / 12 10 / 12
Verdict Bonus Artistique
19 / 24 Le Nirvana Intéressant dans son ensemble.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests