TEST BLU-RAY : 1900 (Novecento)


1900 Wildside Video

B Blu-ray 1080p 1.85:1 - Panoramique AVC-MPEG4 DI - 4K

Version Anglaise DTS HD Master Audio 2.0 2.2 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 2.0 2.2 Mb/s

Autres pistes Italien
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 21/11/2018
Awards Aucun

Le test

Wild Side exploite ici en première mondiale la nouvelle restauration 4K du film, effectuée récemment par L'immagine Ritrovata, sous la supervision de Vittorio Storaro et validée par Bertolucci, et qui a aussi permis de réintégrer des images qui avaient été escamotées lors du remontage du film et jamais réintégrées jusqu'ici.

Comme on le voit dans les captures comparatives ci-dessous, la nouvelle restauration 4K ravive très clairement l'aspect naturel de l'image, avec un rendu bien plus pellicule, un grain finement restitué et une définition générale visiblement mise à jour. Le film est plus finement défini, avec un meilleur niveau de détails fin que l'on retrouve tout du long : feuillages dans les plans extérieurs, détails faciaux ou motifs et étoffes des vêtements dans les plans serrés, la restauration rehausse clairement la qualité visuelle.

Côté stabilité et propreté, c'est excellent aussi. L'ancien master HD possédait encore quelques poussières et instabilités du cadre, éliminées ici. On notera aussi quelques légères différences de cadrage entre la nouvelle restauration et l'ancien master HD.

La politique d'encodage utilisée pour ce coffret est elle aussi payante : avec 2 BD-50 intégralement dédiés au film et aux espaces disque bien utilisés, le film a de la place pour respirer et aucun souci d'encodage ne vient gâcher cela. 

Reste comme souvent avec les restaurations Ritrovata le point de l'étalonnage, et il sera probablement à nouveau source de discussion ici (en bien ou en mal, cela dépendra du point de vue). Ce qui est certain, c'est que l'ancien master HD n'était pas probablement pas fidèle à l'étalonnage d'origine. Il tend assez nettement dans le rose, avec un contraste ajusté d'une façon assez typique des habitudes de l'époque où ce master a été créé. Il est intéressant de voir aussi la désaturation assez forte de très nombreuses séquences, à la limite du noir et blanc (captures 20 et 22).

Sur la désaturation, la comparaison avec la nouvelle restauration est surprenante car elle donne l'impression de passer du noir et blanc à la couleur, tandis que l'élimination de cette dérive rose et le ré-ajustement du contraste permet très probablement de se rapprocher des volontés artistiques d'origine. Cependant, on retombe à nouveau sur des dérives là aussi typiques d'une manière de faire qui semble provenir avant tout du laboratoire responsable de la restauration que de la pellicule, l'éclairage, le matériel de tournage utilisé ou les habitudes de Storaro et/ou Bertolucci. On retrouve donc ici la même tendance à jaunir fortement l'image que chez d'autres restauration Ritrovata (capture 15 vs 16), et les mêmes noirs bouchés grisés et colorés (captures 11 et 31). Cela transforme certains des plans les plus saturés en plans débordant de jaune et quasiment dorés (captures 1 vs 2, 13 vs 14).

Evidemment, cette analyse est circonstancielle bien plus que directe. Cependant, s'il nous est impossible de pointer quel étalonnage serait précisément juste, il reste largement possible de pointer ce qui semble être au moins étrange, voire surprenant, et surtout qui devient une pratique largement à part au sein de l'industrie et qui laisse, film après film, l'impression d'une signature du laboratoire prenant le pas sur celui du directeur de la photo et qui ne devrait jamais ô grand jamais être visible.

Il est en tout cas fascinant de relire d'anciens tests et les analyses thématico-visuelles faites alors, et qui ne fonctionnent du coup plus du tout avec ce nouvel étalonnage.

NB : Pour chaque paire de captures comparatives, la première est tirée de cette édition française, la suivante de l'édition anglaise.

 

Les 3 pistes sont très proches les unes des autres, même si la VO anglaise est un peu plus forte, la VF un peu plus datée (les dialogues sont un peu voilés) et la VO italienne un peu plus claire / moins grave.

Elles offrent toutes les trois un rendu sonore propre et plutôt agréable. Evidemment, l'aspect post-synchronisé du film ressort quoiqu'on fasse, du au mélange des nationalités chez les acteurs, mais cela reste contenu grâce à l'équilibre assez efficace du mixage sonore. La musique ressort particulièrement bien, sans défaut ni distorsion.

 

1900 ou Le Siècle inachevé (39 min 06, 1080i) : entretien avec Bernardo Bertolucci autour de la genèse du film

Une image rêvée - histoire d'une restauration (32 min 50, 1080i) : entretien avec Gian Luca Farinelli, directeur de la Cinémathèque de Bologne sur la restauration 4K du film utilisée ici (dommage que les points techniques soient abordés de façon superficielle et que la deuxième moitié de cet entretien soit le film lui-même et non le travail de restauration en lui-même. On ne saura pas non plus quelles références ont servi pour l'étalonnage de cette restauration)

Dialogue en clair-obscur (51 min 44, 1080i) : entretien avec Vittorio Storaro

Un Américain à Parme (6 min 56, 1080i) : interview de Robert De Niro 

La Mort du chat (19 min 30, 1080i) : souvenirs de tournage par Donald Sutherland

Le Cinéma selon Bertolucci (1h 03 min 48,1080i) : le making of du film par Gianni Amelio

Bande annonce de la restauration du film (1 min 34, 1080p)

Un livre de 160 pages contenant un texte sur le film de 21 pages écrit par Giuseppina Sapio sur le film, son tournage et ses thématiques.

 

Impossible de juger correctement la valeur de cette édition sans parler un instant de son rapport contenu / prix. En effet, cette édition et son format Prestige est venue 69.99€, ce qui est tout de même une somme pour un film unique (et non un coffret multi-oeuvres). Or, il semble difficile de trouver ce prix totalement justifié dans le cas présent, qui plus est au sein d'un éditeur ayant 2 autres gammes "Premium" autrement plus abordables. Et justement, quand on y regarde de plus près, on peut décemment se demander si c'est le contenu ou le format XXL de cette édition qui dicte ce prix : les digibooks de Wild Side (L'empereur du Nord, Mr Majestyk, Mark Dixon détective) sont vendus 25€ et contiennent un livret en général d'environ 60 pages pour 15 de texte, les "vooks" (Charley Varrick, Police Puissance 7, Le solitaire) sont vendus 30€ avec un livre entre 120 et 200 pages pour 30 à 40 pages de texte. Ici, pour 70€, vous aurez droit à 21 pages de texte, qui se liront évidemment en un temps disproportionnément court au vu du prix demandé.

Alors certes, il y a 6 disques. Sauf qu'il n'était décemment pas possible d'être parmi les seuls au monde à compresser les 5h20 du film sur un unique disque, ou à ne proposer aucun bonus vidéo. D'un autre côté, de l'aveu de tous les industriels du monde, le prix d'inclure des DVDs dans un combo a un coût de production éminemment négligeable.

De fait, comment recommander une édition à 70€ dont le contenu disque est certes très propre et très complet (3h30 de bonus !) mais dont le surcoût parait disproportionné par rapport au contenu "spécial" ? Comment comprendre pourquoi il faudrait payer 70€ pour un coffret dont le contenu aurait pu entrer à l'identique dans la gamme des vooks (voire des digipacks) et être proposé 60 à 65% moins cher au consommateur ?

S'il est évident que nous n'avons pas les livres de compte de l'éditeur sous les yeux pour comprendre le budget derrière ce coffret, et s'il est évident que les bonus et le coffret ont un coût, il n'empêche qu'en l'état, nous ne reprocherons à personne de se demander si quand même, il ne manque pas quelque chose pour justifier ce tarif auprès du consommateur. Notamment, comme nous le répétons tristement si souvent, un livre avec autrement plus de texte de façon à occuper le lecteur bien plus longtemps que 10 minutes. Un exemple typique chez un autre éditeur français : pour 20€ de moins, vous avez chez Carlotta et leurs UCE des livres contenant généralement 5 à 6 fois plus lecture qu'ici. Ou pour 30€ de plus, vous avez un coffret Hitchcock avec 4 films, 1 Blu-ray de bonus et 7 fois plus de lecture.

En bref, si le coffret est beau et les bonus vidéo très complets, cela reste tout de même probablement trop onéreux...

Les notes

Piste 1 Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 4.75 Version Française 4.5 9.25 / 12 10 / 12
Verdict Bonus Artistique
19.25 / 24 Dans les règles Intéressant dans son ensemble.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests