TEST BLU-RAY : L'Au-delà (E tu vivrai nel terrore! L'aldila)


L'Au-delà Artus Films

B Blu-ray 1080p 2.35:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - 2K

Version Italienne PCM 2.0 1.5 Mb/s

Version Française PCM 2.0 1.5 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 05/09/2018
Awards Must Have

Le test

L'au-delà a connu plusieurs sorties Blu-ray de par le monde, notamment d'abord en 2011 en Angleterre chez Arrow, puis en 2014 aux USA chez Grindhouse. L'édition Arrow utilisait cependant une source assez datée, que Grindhouse a repris mais avec un ré-étalonnage à la clé (notamment un final tout bleu et un prologue tout jaune). Pour l'occasion, et comme ils l'avaient fait pour L'enfer des Zombies, Artus partent d'une nouvelle restauration 2K, vraisemblablement faite à partir du négatif original. Il est donc intéressant de comparer le gain technique obtenu à travers cette nouvelle restauration.

Globalement, force est de constater que l'ensemble des indicateurs sont dans le vert. On le voit à travers la grande majorité des captures comparatives proposées avec ce test : la texture, la propreté et l'étalonnage général gagnent tous trois en finesse et en qualité grâce à cette nouvelle restauration 2K.

La première évidence est la texture filmique de l'image, que l'on retrouve enfin ici de façon nettement palpable. Contrairement à L'enfer des zombies dont le grain était ostensiblement atténué, rien de cela ici (ou alors bien plus légèrement et sur certains plans uniquement) mais au contraire une patine pellicule appréciable et confortable. Cela redonne au film une texture naturelle que l'édition Arrow ne possédait pas (cf captures 5 vs 6 et 11 vs 12, typiquement), d'autant plus que celle-ci avait probablement une source aux contours artificiellement accentués.

On note aussi assez vite que l'édition Arrow montrait de nombreuses poussières, totalement absentes du disque Artus. De même, l'image est extrêmement bien stabilisée chez l'éditeur français.

Enfin, l'étalonnage général, et surtout la gestion du contraste, offre une image plus raffinée et moins bouchée chez Artus que chez Arrow. Là où l'édition UK faisait régulièrement disparaître les détails dans les zones sombres (capture 10), l'édition française offre un contraste convaincant mais plus doux, plus progressif, évitant de boucher ces zones ou de brûler les hautes lumières. 

On regrettera cependant un encodage un peu léger, pas aidé par la stratégie d'encodage utilisée pour cette édition : l'espace disque total n'est exploité qu'à 85%, et sur ces 85%, seuls 17.6 Go sont alloués au film (soit seulement 38% des capacités du support), ce à quoi s'ajoutent 2 pistes sons proposées en LPCM plutôt qu'en DTS HD MA comme sur L'enfer des zombies. Même si le film est assez court, le débit vidéo est bien moindre que ce qu'il était possible d'obtenir sans trop forcer, et faute d'avoir parfaitement exploité ce débit restreint, l'encodage montre des signes de faiblesse quand le grain est plus intense, ce qui se traduit par de la pixellisation et une perte de finesse des textures (11e minute, par ex, mais aussi 80e minute). C'est dommage car il suffisait de mieux exploiter la capacité totale du support pour ajouter sans forcer 7 Go au film, soit tout de même 35% de plus qu'ici. On relativiser cependant cet effet car sur l'ensemble du film, cela ne gênera probablement que les yeux les plus avisés, et le disque Arrow possédait de toute manière lui aussi son lot de scènes assez mal encodées (cf capture 25 vs 26).

NB : pour chaque couple de captures présentées ci dessous, la 1ere capture est tirée du disque FR et la 2nde du disque UK.

 

Côté sonore, la VO est à privilégier pour son rendu plus rond et ample, là où la VF, bien que plutôt correcte, parait un peu plus plate et voilée, notamment au niveau des voix. De fait, la VO parait plus équilibrée à l'oreille, mais aussi un peu plus plaisante dans les scènes les plus mouvementées ou chargées.

Dans l'ensemble cependant, les 2 pistes souffrent tout de même d'un rendu un peu plat, manquant de dynamique. Par contre, elles sont toutes les deux propres et sans souffle audible.

 

Suppléments:

  • Au-delà du gore (18 min 57, 1080i) par Lionel Grenier
  • Les yeux d'Emily (16 min 54, 1080p) : entretien avec Cinzia Monreale
  • Arachnophobie (28 min 18, 1080p) : entretien avec Michele Mirabella
  • Bravo Lucio ! (20 min 43, 1080i) : entretien avec Catriona MacColl
  • Prologue en noir et blanc (7 min 05, 1080i)
  • Prologue en couleurs (8 min 34, 576i)
  • Bandes annonces de la collection Fulci : Frayeurs, L'au-delà et L'enfer des zombies (1080p)
  • Galerie photos et affiches (4 min 12, 1080i)

A cela s'ajoute un livret de 80 pages, supervisé par Lionel Grenier, et contenant après une courte introduction de sa part : 4 pages d'extraits d'entretiens variés avec Fulci sur le film, 6 pages où Larry Ray (traducteur, acteur, assistant, etc sur le film) se souvient du tournage du film, 33 pages de Gilles Vannier sur les films de genre et la Louisiane, 3 pages de Gilles Vannier et Lionel Grenier sur Le porte del silenzio (le dernier film de Lucio Fulci), et enfin une filmographie sélective (5 pages) des films de genre situés en Louisiane ainsi que des films cités tout au long du livre (soit environ 50 pages de texte).

Ainsi, les suppléments ne sont pas si éloignés de ce qu'avait fait Arrow (et en partie Grindhouse) dans le sens où on on retrouve, parmi l'équipe du film, les participations de Monreale et MacColl. L'édition Artus reste cependant quand même un peu plus légère, car Grindhouse avait réussi à récupérer des interviews de Fulci et les 2 éditeurs avaient aussi pu longuement interviewer Di Rossi sur les maquillages. Le livret ne compense pas foncièrement cela car il ne parle finalement qu'assez peu du film ou de Fulci, se focalisant massivement sur les films de genre situés en Louisiane. Une lecture intéressante, mais déjà indirecte par rapport au film.

Vu les quelques pages où Larry Ray décrit le tournage dans le livret Artus, on peut aussi regretter l'absence de son interview de 45 min trouvable dans l'édition Grindhouse, car ses anecdotes sont fascinantes. 

S'il est certain que face à des éditions embarquant entre 2h30 et 5h30 de bonus vidéo (sans compter les commentaires audio), la comparaison penche mathématiquement en défaveur de l'éditeur français, Artus inclut quand même presque 1h30 de bonus vidéo exclusifs, et les intéressés ont donc clairement de quoi faire.

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Italienne 4.5 Version Française 4 8.5 / 12 10.5 / 12
Verdict Bonus Artistique
19 / 24 Le Nirvana Intéressant dans son ensemble.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire
Commentaires sur " L'Au-delà "
  • Deadpool

    Deadpool le 09/08/2018 à 19:57

    C'est moi ou le disque d'Arrow a un meilleur piqué ? Car sur l'ensemble des captures la définition est un peu plus poussée sur le disque de l'éditeur britannique je trouve, cela est peut-être dû au débit vidéo 28 mbps chez arrow et 24 mbps chez artus.

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests