TEST BLU-RAY : Cinq et la peau


Cinq et la peau Carlotta Films

B Blu-ray 1080p 1.66:1 - Panoramique AVC-MPEG4 DI - 4K

Version Française DTS HD Master Audio 1.0 1.1 Mb/s

Autres pistes Audio Description Français
Sous-titres Français sourds et malentendants
Sortie Blu-ray 06/06/2018
Awards Must Have

Le test

Le Blu-ray de Cinq et la peau exploite une récente (2017) restauration 4K effectuée par VDM à partir du négatif original. Le résultat visuel est excellent et tout à fait au niveau des attentes qu'on peut avoir pour ce type de travaux.

Instantanément, c'est le naturel de l'ensemble couplé à l'excellente finesse de l'image qui flattent l'oeil. C'est beau, finement défini et fortement détaillé, avec un aspect pellicule toujours naturel et convaincant. Le film s'offre ainsi une belle cure de jouvence que ce soit dans les scènes d'échanges entre les acteurs (captures 5 et 8) ou les plans plus larges et contemplatifs (captures 10, 11 et 12). L'image a aussi profondément stabilisée et nettoyée, pour un résultat virtuellement immaculé.

L'étalonnage parait lui aussi convaincant, quoique peut-être un tout petit peu sombre. Cela étant, le tout reste suffisamment équilibré pour ne paraître anormalement dériver dans une couleur ou une autre, et reste légèrement saturé, offrant ainsi un rendu satisfaisant des couleurs.

Pas de souci de compression à noter (c'est, comme souvent maintenant chez Carlotta, David Mackenzie qui s'en est chargé).

 

La piste son impressionne beaucoup moins que l'image. Elle souffre en effet d'un rendu très étriqué, et la voix off en ressort notamment avec une tonalité très sourde et étouffée, pouvant parfois poser problème quant à la bonne compréhension des textes. Elle est autrement propre et équilibrée, mais son rendu très plat couplé à ce rendu sourd limite fortement ses performances acoustiques.

 

C'est évidemment dans un contexte particulier que cette édition spéciale (et co-inaugurant, avec De Palma, une nouvelle collection Collector de Carlotta) paraît puisqu'elle suit d'un mois jour pour jour le décès de Pierre Rissient. Il est ainsi assez étrange de découvrir dans ce contexte ces suppléments où il intervient pleinement, mais c'est aussi probablement une belle manière de prolonger son souvenir et sa passion.

Et effectivement, entre une discussion de 30 minutes sur le film récemment tournée et surtout l'inclusion du récent documentaire Gentleman Rissient et surtout du documentaire Homme de cinéma de Todd McCarthy, même ceux qui ne trouveraient pas leur compte avec le film seul auraient de bonnes raisons de se ruer sur cette sortie quand même.

Cinq et la peau par Pierre Rissient et Nicolas Pariser (27 min 28, 1080p)

Homme de cinéma : Pierre Rissient (1h 50 min 34, 1080i (sources de qualité variable), sous-titres jaunes incrustés en français pour les passages en Anglais et en anglais pour les passages en Français) : documentaire de 2007 de Todd McCarthy

Gentleman Rissient (1h 20 min 03, 1080p) : documentaire de 2015 de Benoît Jacquot, Pascal Mérigeau et Guy Seligmann

Bande annonce originale (2 min 42, 1080p)

Fac-similé de L'Avant-scène Cinéma (n°654, juin 2018)

Fac-similé du dossier dédié au film et paru dans Positif (n°254/255, mai 1982)

Fac-similés de courriers de Pierre Rissient et de Bertrand Tavernier

5 cartes postales

Affiche du film (40 x 60)

Les notes

Piste 1 (VO) Audio Vidéo
Version Française 8 8 / 12 11 / 12
Verdict Bonus Artistique
19 / 24 Le Nirvana Un très bon moment en perspective.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests