TEST BLU-RAY : Mark Dixon, détective (Where the Sidewalk Ends)


Mark Dixon, détective Wildside Video

B Blu-ray 1080p 1.33:1 - 4/3 AVC-MPEG4 DI - ?

Version Anglaise DTS HD Master Audio 2.0 2.1 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français imposé
Sortie Blu-ray 04/04/2018
Awards Must Have

Le test

Cette édition française de Mark Dixon détective part de la récente restauration 4K effectuée par la Fox autour de 2015. Cette restauration est différente de celle utilisée en Angleterre par le BFI pour leur coffret Otto Preminger.

Le résultat de la restauration 4K est très satisfaisant, mais pas impeccable. Deux limites s'affichent en effet (et sont particulièrement visibles en comparant avec le disque britannique) : le niveau de noirs parait un peu léger (le contraste est globalement plus faible), tandis qu'un léger dégrainage semble avoir été appliqué. Ces deux éléments ne sont pas rédhibitoires en mouvement et sans référence, car les bases de la restauration restent excellentes, mais cela vient très légèrement limiter le rendu final.

Cependant, par rapport au disque anglais, la luminosité un peu plus élevée de cette nouvelle restauration débouche en partie les zones les plus sombres (capture 15 vs 16) tandis que le contraste plus faible vient aussi éliminer les blancs brûlés (les néons de la capture 8).

On notera aussi que la nouvelle restauration propose un peu plus d'image dans le cadre.

D'un point de vue moins comparatif, le résultat visuel reste très agréable et on sent clairement le fait d'être devant une restauration 4K plutôt bien faite. L'image est très propre et stable, les détails abondent (en particulier les étoffes des vestes) et l'ensemble possède un rendu très naturel et filmique.

NB : A chaque fois, la 1ere capture provient du disque Français, la 2ème du disque UK

 

La piste son est un peu sous-mixée, on conseille donc de monter un peu le son. Au-delà de cette remarque, la piste est typique de ce genre de restauration, c'est-à-dire correcte sans être mémorable. Les dialogues sont clairs et intelligibles, la musique ne semble pas souffrir de distorsion et le tout est équilibré, mais reste aussi assez plat et sans grande dynamique.

Filtrage net à 8 kHz.

 

Avec ses 2 documentaires et son livret, l'édition française est certainement la plus éditorialement chargée à ce jour.

Gene Tierney, une star oubliée (52 min 09, 1080i, 2016), documentaire de Julia & Clara Kuperberg

Otto Preminger, cinéaste par Peter Bogdanovich (33 min 24, 1080i, 2017) 

Bande-annonce d'époque (1 min 45, 576i)

Livret de 60 pages, contenant un texte d'environ 15 pages de Frédéric Albert Lévy, détaillant la genèse du film à travers la carrière de Otto Preminger, et reprenant notamment le portrait de Tierney fait par Preminger ainsi que les rapports professionnels délicats entre Preminger et Zanuck sur le tournage de Ambre. Un peu court et donnant parfois la sensation d'un patchwork d'éléments, mais finalement un bon tour d'horizon des principaux intéressés.

Les notes

Piste 1 (VO) Audio Vidéo
Version Anglaise 9 9 / 12 10.5 / 12
Verdict Bonus Artistique
19.5 / 24 Dans les règles Un très bon moment en perspective.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests