TEST BLU-RAY : Wind river


Wind river Metropolitan Export

B Blu-ray 1080p 2.39:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - 2K

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 2.6 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 2.6 Mb/s

Autres pistes Audio Description Français
Sous-titres Français - Français sourds et malentendants
Sortie Blu-ray 11/01/2018
Awards Aucun

Le test

Malgré sa patine assez numérique, Wind River possède un excellent rendu en vidéo.

Le résultat visuel est très plaisant, avec notamment (évidemment) d'excellentes prestations dans tous les plans larges en extérieur, restituant en détails les magnifiques décors extérieurs utilisés par le film (captures 1 et 2). Les acteurs ne sont pas en reste lors des gros plans, avec un rendu détaillé des textures des peaux, des visages, et des costumes.

La colorimétrie logiquement assez pâle du film est bien restituée, tout en restant suffisamment dynamique pour ne pas paraître problématique.

Bref, pas de défaut notable à l'horizon, au contraire.

 

VF et VO sont parfaitement équivalentes.

Le rendu sonore est extrêmement plaisant, avec à la fois un mixage bien équilibré (et des dialogues bien intégrés), une bonne gestion des niveaux sonores et une très bonne dynamique, et surtout une activité constante de l'ensemble des enceintes (notamment le vent qui souffle très fréquemment sur un paquet de scènes). Cela offre ainsi un environnement sonore à 360° très enveloppant.

 

Comme sur le disque US, l'édition FR de Wind River ne vient qu'avec une interactivité très limitée :

2 scènes coupées (2 min 19 + 50 sec, 1080p)

3 courts modules faisant office de making of (3 min 35 + 4 min 08 + 3 min 31, 1080p)

Bande annonce du film (2 min 16, 1080p)

Enfin, on trouve aussi quelques bandes annonces de l'éditeur (Sicario, American Bluff, Secret d'état, American Assassin, Hitman & Bodyguard et Song to Song) (1080p).

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 5.5 Version Française 5.5 11 / 12 11.5 / 12
Verdict Bonus Artistique
22.5 / 24 Correct Un très bon moment en perspective.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello