TEST BLU-RAY Rencontre du Troisième Type (Close Encounters of the Third Kind)

Rencontre du Troisième Type

A-B-C | All Zones Blu-ray 1080p 2.39:1 - Cinémascope AVC-MPEG4

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 2 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 2 Mb/s

Autres pistes Aucuns
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 20/09/2017
Awards Aucun

Le test

Oeuvre majeure du maître Spielberg, Rencontres du Troisième Type souffle cette année ses quarante bougies. L'occasion pour le film de s'offrir une petite cure de jouvence sous la forme d'un master 4K, une décennie exactement après la première parution du film sur support haute définition : un travail d'orfèvre entamé il y a plus de deux ans maintenant par Sony. Outre une restauration complète des différentes versions de l'oeuvre, on retrouve sur la galette deux pistes DTS-HD Master Audio.

Le Blu-ray embarque au sein du même disque les trois montages, tous proposés avec le nouveau master 4K avec un format 2.39:1 contre 2.35.1 précédemment

Avant de nous intéresser au rendu de cette édition anniversaire, revenons un instant sur le film. Tourné en argentique avec du matériel Panavision, Rencontres du Troisième Type a en grande partie bénéficié d'un tournage en 35mm. L'exception concerne les scènes exploitant des effets spéciaux, filmées avec la technologie Super Panavision 70. C'est à la fin de l'année 1977 que l'oeuvre paraît pour la première fois sur les écrans aux Etats-Unis, il faudra attendre quelques mois avant de voir le film débarquer en France, en février 1978. Soucieux de proposer une expérience plus proche de ce qu'il souhaitait initialement faire, Steven Spielberg offre au début de la décennie suivante aux spectateurs l'occasion de redécouvrir le film dans une "édition spéciale". Plus court de quelques minutes (127 minutes au lieu de 129 dans la version originale), le montage permet de découvrir de nouvelles scènes. Enfin, une troisième et ultime édition est sortie en 1998 : cette dernière retravaille le montage du film pour une durée totale de 131 minutes, faisant de ce "director's cut" la version la plus longue et complète.

Précisons que le Blu-ray embarque au sein du même disque les trois montages, tous proposés avec le nouveau master 4K avec un format 2.39:1 contre 2.35.1 précédemment. Et autant le dire tout de suite : le résultat, centré principalement sur la colorimétrie, est de bonne facture. Pour commencer, le piqué semble légèrement plus stable que sur l'édition HD de 2007 (notre test), avec un rendu plus homogène malgré la variété des sources. Reste évidemment des séquences plus difficiles, le grain pouvant à quelques occasions se montrer envahissant, mais dans l'ensemble c'est satisfaisant. Pour ce qui est de la définition, l'apport ne se montre pas extraordinaire. Ne vous y trompez pas : il s'agit d'une magnifique définition pour une oeuvre datant de 1977, l'image nous paraît juste plus douce et probablement plus "cinéma" dans cette nouvelle version. En ce qui concerne la colorimétrie, on apprécie des couleurs plus vivantes, avec de belles nuances et un découpage plus marqué de nombreux éléments grâce à un contraste clairement retravaillé. Une image tantôt plus lumineuse, tantôt plus sombre, suivant les contextes. Enfin les noirs s'avèrent tout à fait corrects, ils ne souffrent généralement pas de la granularité que l'on aurait pu craindre sur un film tourné il y a maintenant 40 ans. Un master 4K qui propose une expérience plus actuelle, assurément différente de l'édition Blu-ray de 2007 : cela ne dépendra au final que de vos goûts.

La partie son est composée de deux mixages DTS-HD Master Audio. Exit donc les pistes Dolby TrueHD 5.1, aussi bien pour la VO que la VF. Bien que se proposant avec le même format, les deux mixages ne disposent pas de la même capacité à immerger le spectateur. La version française offre un son tout à fait correct, proche de la VO, mais qui se distingue cependant par un élément qui déçoit : une spatialisation moins enveloppante, qui fait même fit à certains moments de certains bruitages arrières de la version originale. Le son se montre plus frontal. On note également un niveau sonore des voix plus élevé sur la VF. Un doublage toujours aussi atypique d'ailleurs, le duo Truffaut/Balaban ayant offert aux doubleurs l'occasion de littéralement réécrire certains dialogues du film (on pense notamment au passage de l'interrogatoire à la fin du film). Si on regrette l'absence d'une piste Dolby Atmos pour la VO (à l'occasion du 50ème anniversaire ?), on reste très satisfait du rendu de ce mixage DTS-HD. Le son est plutôt ample, exploitant correctement les différents canaux aux moments propices. Les basses sont robustes (les scènes avec les vaisseaux) et la magnifique bande-son de John Williams efficace. Enfin les dialogues s'avèrent propres et audibles, à l'exception de quelques passages qui font presque office de machine à remonter le temps (la table ronde avec l'armée). On est sur un résultat finalement assez proche de celui de 2007 côté son.

En ce qui concerne la partie bonus, le disque reprend le module déjà présent dans l'édition de 2007 nommé "Vue d'en haut" : ce dernier affiche en direct les particularités des différentes éditions du film. L'édition 40ème anniversaire arrive cependant avec une seconde galette qui regorge de suppléments, mêlant modules de la précédente version (la liste complète ici) et nouvelles vidéos pour un total de près de 2 heures de bonus. On remarque notamment la présence d'une interview inédite de Steven Spielberg, mais également de J.J Abrams et du réalisateur de Premier Contact, Denis Villeneuve (22 minutes). Autre élément clé de cette nouvelle édition, un document de 5 minutes sur les coulisses du tournage du film ("A la maison et sur le tournage"), une compilation tirée de la collection de Spielberg lui-même.

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Note Son Note Image Verdict Bonus Artistique
Version Anglaise 5.5 Version Française 4.5 10 / 12 11.3 / 12 21.3 / 24 Le Nirvana Un très bon moment en perspective.

Pierre LARVOL

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.