TEST BLU-RAY Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar (Pirates of the Caribbean: Dead Men Tell No Tales)

Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar

A-B-C | All Zones Blu-ray 1080p 2.40:1 - Cinémascope AVC-MPEG4

Version Anglaise DTS HD Master Audio 7.1 7.1 Mb/s

Version Française DTS HD High Resolution Audio 5.1 2 Mb/s

Autres pistes Autres
Sous-titres Français - Anglais sourds et malentendants - Autres
Sortie Blu-ray 06/10/2017
Awards Démo Image

Le test

Le nouveau Pirates des Caraïbes est devenu le deuxième titre Disney à être sorti sur format UHD... Aux USA. En effet, l'éditeur a jugé bon de ne pas sortir le cinquième volet de la franchise en UHD chez nous, mais seulement en Blu-ray. Faute de mieux, nous vous proposons donc notre avis sur cette édition. Cette version Full-HD tire profit d’un master intermédiaire 2K et propose de suivre les péripéties de Jack Sparrow en DTS-HD Master Audio 7.1 en version originale et en DTS-HD HRA 7.1 dans la langue de Molière.

Ce qu’on peut se dire après visionnage, c’est que Disney aurait dû sortir son film au format UHD chez nous et ce, malgré un D.I. 2K. Il y avait matière à faire mieux que le Blu-ray. Toutefois, cette expérience 1080p est une nouvelle tuerie dans le domaine. Le film attaque en séquence nocturne avec un rendu somptueux. L’arrivée du Hollandais et ses multiples détails explosent à l’écran. Ce premier acte permet de prendre conscience à quel point les noirs sont encore maitrisés et le piqué tranchant. Concernant ce dernier, lorsque Salazar et son équipage apparaissent, l’intégration des sfx en prend un coup. Ils ressortent trop à l’écran et cassent l’effet. Un petit couac totalement bénin face à une telle réussite visuelle. Pirates Des Caraïbes : la Revanche de Salazar dispose d’une très belle luminosité (le casse de la banque est un régal), d’un niveau de détail ahurissant et d’une maitrise des noirs délicieuse. Coup de cœur au chapitre 16 grâce à son rendu absolument magnifique.

Ce cinquième volet a bénéficié des meilleurs codecs du marché pour son expérience en salles avec du Dolby Atmos et pour les meilleures salles IMAX, un mixage 12-track Digital Sound. Du coup, une petite frustration se crée à la lecture des pistes disponibles sur la galette. Du Master Audio 7.1 pour la version originale et du HRA 5.1 pour la version française. Il faudra attendre l’édition UHD et sa piste Dolby Atmos.

La revanche de Salazar dépiaute tout de même en Master Audio. Le mixage est formidablement architecturé avec une ambiance environnementale sublime avec des éléments sonores très ciblés, comme l’arrivée d’Orlando Bloom sur l’enceinte arrière gauche en début de métrage. Le film regorge d’indexations de ce genre et propose également de très pertinentes subtilités spatiales, comme le craquement des navires dans les surrounds. Les voix sortent avec aisance et le mixage offre une très belle dynamique. Au jeu des comparaisons, la version française très méritante manque légèrement de subtilité mais surtout, met trop en avant le canal central.

Suppléments présents:

  • Making of en 7 parties :
  • "Retour en mer" (3'33")
  • "Conversations avec Brenton et Kaya" (8'48")
  • "Les secrets de Salazar et du Silent Mary" (13'38")
  • "Le commandant en second" (8'48")
  • "Les requins fantômes" (3'50")
  • "Oncle Jack" (5'11")
  • "L'héritage des Caraïbes" (3'59")
  • Bêtisier (HD - 2'58" - VOST)
  • Carnet de bord photographique de Jerry Bruckheimer (diaporama - HD - 1'40")
  • 4 scènes coupées (HD VOST) :
  • "Le bandit de grand chemin" (34")
  • "La leçon de Jack Sparrow" (39")
  • "La baleine" (55")
  • "Réflexions de Murtogg et Mullroy" (31")

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Note Son Note Image Verdict Bonus Artistique
Version Anglaise 6 Version Française 4 10 / 12 12 / 12 22 / 24 Délaissé Intéressant dans son ensemble.

Sylvain Camps

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.