TEST BLU-RAY : Germinal


Germinal Pathé!

A-B-C | All Zones Blu-ray 1080p 2.39:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - ?

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 4.2 Mb/s

Autres pistes Audio Description Français
Sous-titres Anglais - Français sourds et malentendants
Sortie Blu-ray 13/09/2017
Awards Aucun

Le test

Fruit d’une restauration 4K effectuée chez Eclair / Ymagis en 2016, probablement (au vu du résultat) à partir du négatif original, Germinal trouve ici un joli écrin visuel.

Techniquement, la restauration apparaît comme complète et compétente. Le rendu est fin voire très fin, même dans les (très nombreuses) séquences sombres ou nocturnes où l’on perçoit quand même les détails attendus des visages, des étoffes ou des quelques décors visibles dans ces séquences. Evidemment, ce sont les séquences plus éclairées qui permettent de se rendre compte plus facilement du gain en définition. C’est là qu’on y retrouve les plans les plus impressionnants (souvent les gros plans sur les acteurs, notamment dans l’estaminet de Rasseneur), mais aussi qu’on y perçoit le grain fin intact et typique des restaurations 4K. A quelques plans flous près (autour de la 51e minute, notamment), l’ensemble est particulièrement homogène dans son rendu très agréable, et on appréciera aussi l’extrême propreté et stabilité de l’image.

La colorimétrie du film est, par contre, plus discutable. Ce ne sont pas les séquences diurnes qui laissent perplexes : celles-ci semblent plutôt neutres bien qu’un peu froides et métalliques, rappelant surtout d’autres restaurations couleurs (La reine Margot, par exemple) que les photographies d’autres films. Il est possible cependant que nous manquions de recul sur le sujet vu que nous prenons le problème uniquement par le bout final de la lorgnette (la restauration) et non par le côté initial (la projection en salles de l’époque). Dans le cas de Germinal cependant, on appréciera au minimum des séquences éclairées laissant apparaître des blancs plutôt blancs et non pas jaunâtres. Le contraste y parait aussi adéquat, bien qu’une minuscule poignée de plans sont très légèrement ternes et semblent donc moins bien ajustés sur ce point.

Non, ce sont les séquences nocturnes ou en très basse luminosité qui nous font nous poser des questions sur la justesse de l’étalonnage de cette nouvelle restauration. Ces séquences y ont en effet des noirs bouchés, bleutés et parfois légèrement ternes en plus, ce dès les premières images du film. Faute de référence, impossible de savoir si c’est un choix d’origine qui est ici répliqué tel quel, mais cependant, en pratique, l’aspect bouché et bleuté des noirs est suffisamment pour au minimum perturber la lisibilité de ces (nombreuses) scènes, sans forcément être rédhibitoires. C’est en tout cas au minimum discutable.

 

La piste 5.1 offre surtout à la musique du film un beau rendu à travers l’ensemble des enceintes. Dans l’ensemble d’ailleurs, la spatialisation sonore est efficace et subtile, permettant un aspect sonore enveloppant assez agréable sans sembler artificiel. La restitution des dialogues est par contre un peu plus limitée, ceux-ci étant souvent en retrait et donc légèrement noyés derrière la musique ou des effets sonores. Couplé à des acteurs aux voix souvent graves (sans compter les accents en plus), cela donne quelques lignes de texte pas toujours 100% intelligibles.

 

Le Blu ray reprend simplement un making of d'époque (39 min 27, 576i), contenant images du tournage et interviews de l'équipe du film.

Les notes

Piste 1 (VO) Audio Vidéo
Version Française 10.5 10.5 / 12 10 / 12
Verdict Bonus Artistique
20.5 / 24 Correct Maladroit sur de nombreux points.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello