TEST BLU-RAY : Grave


Grave Wildside Video

B Blu-ray 1080p 2.39:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - 2K

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 5.2 Mb/s

Autres pistes Audio Description Français
Sous-titres Français sourds et malentendants
Sortie Blu-ray 26/07/2017
Awards Must Have

Le test

Un Blu-ray français sans aucune mauvaise surprise pour Grave.

Wild Side soigne ici sa récente perle cinématographique aux multiples récompenses festivalières et à l'accueil critique (et public, dans une moindre mesure) plus que positif.

On trouve une image ciselée et sans défaut, avec une précision de tous les instants, en particulier les réguliers plans de foule. Arrière-plans et figurants y restent tout aussi détaillés que les avant-plans, y compris dans les séquences aux éclairages plus faibles ou plus bigarrés. Le contraste et la luminosité sont bien gérés aussi, sans noirs artificiellement bouchés ni blancs brûlés.

Pas de soucis de compression à noter non plus.

Au final, difficile de trouver grand chose à redire, et il est certain que cette édition française permettra de (re)découvrir le film dans des conditions largement confortables.

 

La piste 5.1 fait un excellent travail à retranscrire l'atmosphère sonore du film.

Pourvue d'une belle dynamique, elle propose aussi un mixage sonore assez équilibré et avec des dialogues clairs et intelligibles. Les quelques passages musicaux "festifs" sont probablement les morceaux les plus mémorables de par leur énergie et leur puissance. Cependant, les moments plus calmes ne sont pas en reste avec une spatialisation efficace et confortable (comme l'introduction du film, notamment).

Si nous ne sommes pas face à une démonstration sonore, le résultat est plus qu'appréciable.

 

Entretiens avec Julia Ducournau (46 min 46, 1080i) et Garance Mariller (47 min 35, 1080i)

2 scènes coupées (1 min 58 + 2 min 44, 1080p)

Les notes

Piste 1 (VO) Audio Vidéo
Version Française 11 11 / 12 11.5 / 12
Verdict Bonus Artistique
22.5 / 24 Le Nirvana Un très bon moment en perspective.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello