TEST BLU-RAY : Phantom Of The Paradise


Phantom Of The Paradise Carlotta Films

B Blu-ray 1080p 1.85:1 - Panoramique AVC-MPEG4 DI - ?

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 4.3 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 1.0 1.1 Mb/s

Autres pistes Anglais
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 12/04/2017
Awards Must Have

Le test

Carlotta nous gâte avec leur édition Ultra Collector de Phantom of the Paradise. Partant du master Fox 2013 (mais avec une colorimétrie réajustée pour cette édition française), reprenant bonus existants plus ou moins récents, et couplant le tout avec l’habituel épais recueil (ici de 160 pages), le film trouve ici une seconde jeunesse en HD, enterrant subtilement mais efficacement l’édition Opening de 2009.

Si la restauration 2013 n'est pas la plus pointue du monde, l'upgrade est visible par rapport au disque Opening : l'image est clairement plus sombre, plus contrastée et saturée aussi mais avec un rendu général plus propre (capture 10 VS 31), plus pointu et légèrement plus précis (capture 11 VS 30). Le niveau de détails grimpe donc un peu partout, que ce soit les costumes, les décors ou les acteurs, tandis que le nouvel étalonnage renforce la sensation d'un film particulièrement luxuriant et baroque.

La saturation supplémentaire élimine la composante rose assez visible sur les visages des acteurs sur le disque Opening, tandis que les ajustements supplémentaires effectués par Carlotta élimine la sensation d'un contraste trop poussé et d'une image trop sombre qu'on pouvait voir sur le disque UK.

Enfin, on notera une très légère différence de ratio d'image entre le disque Carlotta (1.85 pur) et le disque UK (1.863).

Pas de problème de compression à dénoter.

NB : les captures 1 à 13 sont tirées du disque FR Carlotta, les captures 14 à 26 du disque UK Arrow, les captures 27 à 31 du disque FR Opening.

Ci joint des comparatifs de l'édition Carlotta contre l'édition Opening (#1, #2 et #3) et l'édition Arrow (#1, #2 et #3).

 

VO 5.1 et 2.0 sont proposées. On retrouve les mêmes forces et faiblesses que celles vues sur le disque britannique. La VO 2.0 est équilibrée et ouverte mais manque un peu de clarté notamment sur les paroles des chansons. La piste 5.1 corrige en grande partie cela tout en offrant en plus une profondeur sonore supplémentaire grâce à l'utilisation des enceintes arrière (même si ce n'est pas la foire aux effets surrounds). On appréciera dans les deux cas la bonne reprise dans les graves.

Là où il est par contre évident que les dents vont grincer, c'est dans l'inclusion d'une VF uniquement en DTS HD MA 1.0 là où le Blu-ray Opening 2009 incluait une VF DTS HD MA 5.1. Et en comparant, la VF 5.1 était plus ample, plus ouverte, mieux à même de retranscrire énergiquement les passages musicaux. La VF 1.0 se défend tant bien que mal mais son rendu forcément plus étriqué mais aussi un peu plus sourd joue en sa défaveur.

 

Tous les bonus sont en 1080p sauf 9 min 35 (1080i)

Carlotta étant la 4e sortie Blu-ray de taille dans le monde (après Opening en 2009, puis Arrow et Shout en 2014), il est logique que les suppléments vidéo de leur UCE aient un côté patchwork, compilant majoritairement des suppléments parus ici et là (notamment ceux des édition Opening et Arrow).

Le seul nouveau supplément vidéo est un karaoké sur 6 chansons, l’autre exclusivité de taille étant le recueil Dr Brian and Mr DePalma (plus de détails plus bas). Pour le reste, on retrouve les suppléments vidéo suivants (en vert les bonus parus en DVD en 2006 chez Opening / en Blu-ray en 2009, en bleu en 2014 chez Arrow, en rouge en 2014 chez Shout, et en orange en 2017 chez Carlotta) :

Présentation du film par Gerrit Graham (50 sec, 1080p, upscalé)

Paradise Regained : documentaire rétrospectif sur le film (52 min 19, 1080p, upscalé)

Interview de Brian De Palma (33 min 07, 1080p)

Entretien de Paul Williams par Guillermo del Toro (1h 12 min 20, 1080p)

Le fiasco Swan Song : de "Swan Song Enterprises" à "Death Records", retour sur ce changement imprévu (11 min 25, 1080p)

Interview de Rosanna Norton, costumière du film (9 min 35, 1080i, upscalé)

Paradis perdu et retrouvé : six scènes coupées ou alternatives (13 min 39, 1080p)

Karaoké sur 6 chansons (19 min 29, 1080p) : Goodbye Eddie, Goodbye, Faust, Special To Me, Phantom's Theme, Old Souls & The Hell of It

Fausse pub par William Finley (35 sec, 1080p, upscalé)

Spots radio (2 min 26, 1080p)

Bandes-annonces (3 min 26, 1080p)

 

De fait, il manque forcément à l’appel un certain nombre de suppléments :

Commentaire audio avec Jessica Harper, Gerrit Graham et les Juicy Fruits (Archie Hahn, Jeffrey Comanor et Harold Oblong alias Peter Eibling)

Commentaire audio avec le Production Designer Jack Fisk

Interview de Paul Williams sur la musique du film (34 min 54)

Interview du maquilleur Tom Burman sur le casque du Phantom (4 min 09)

Interview du producteur Edward R. Pressman (19 min 03)

Interview du batteur Gary Mallaber (17 min 05)

Alvin’s Art and Technique (11 min 36) : module sur la création du poster original du film

Phantom of the Paradise Biography by Gerrit Graham (9 min 32) : Gerrit Graham lit la partie du dossier de presse de 1974 qu’il avait écrit lui-même

11 prises alternatives (26 min 21), compares en écran splitté avec le résultat final visible dans le film

Spots TV (5 min 19)

 

Piste musicale isolée

Galerie photos incluant des images des coulisses prises par le photographe Randy Black

 

Clip "I Feel For You" de Bob Sinclar

 

Certains bonus sont suffisamment anecdotiques pour supposer qu’ils ne manqueront pas à grand monde (comme le clip de Bob Sinclar, les spots TV ou la lecture du dossier de presse par Graham) tandis que d’autres auraient parfaitement trouvé leur place dans cette UCE (notamment le commentaire audio des acteurs et les interviews de Burman, Pressman et Mallaber). On regrettera aussi l’absence de la piste musicale isolée présente sur l’édition UK tant elle est d’excellente facture.

Dans l’ensemble cependant, l’interactivité proposée par Carlotta propose un tour d’horizon exhaustif du film et de sa production, évitant les redondances d’un supplément à un autre, et on doute que quiconque en ressorte avec une sensation de manque.

Si malgré tout cela, vous restiez sur votre faim, l’édition Ultra Collection inclut en sus un recueil de 160 pages nommé Dr Brian and Mr DePalma et contenant les éléments suivants :

Une interview de DePalma par David Bartholomew (1975 - 23 pages), une analyse du film par Luc Lagier (2008 - 9 pages), une analyse du film et de ses influences par Jean-Baptiste Thoret (14 pages), une analyse des chansons du film par Alexandre Poncet (17 pages), les paroles des chansons (anglais - 8 pages), un texte de Ari Kahan sur la promotion du film (6 pages), 5 pages de reproduction de matériel promotionnel du film, 17 pages de critiques du film et de sa BO (de 1975 à 2014) et 2 galeries photos (13 pages et 13 pages).

De cet ensemble de textes, on appréciera tout particulièrement les deux analyses de Thoret et Poncet, replaçant efficacement les thématiques artistiques et musicales du film, questionnant les sous-textes tout en pointant le travail de composition musicale de Williams afin de donner cohérence au propos du film à travers les différentes chansons.

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 5 Version Française 3.5 8.5 / 12 11 / 12
Verdict Bonus Artistique
19.5 / 24 Le Nirvana Exceptionnel !

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello