TEST BLU-RAY The Reflektor Tapes

The Reflektor Tapes

A-B-C | All Zones Blu-ray 1080p 2.40:1 - Cinémascope AVC-MPEG4

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 7.2 Mb/s

Autres pistes Anglais
Sous-titres Français - Anglais sourds et malentendants - Allemand - Espagnol - Portugais
Sortie Blu-ray 27/01/2017
Awards Aucun

Le test

Après sa (brève et limitée) diffusion en salles, le documentaire Reflektor Tapes, documentant la préparation et l’enregistrement de l’album Reflektor puis la tournée qui s’en est suivi, est maintenant disponible en Blu-ray. L’édition contient aussi sur un Blu-ray dédié le concert du groupe à Earls Court (Londres). Malheureusement, aucune version audio (CD ou vinyl) du live n’est inclus (ni disponible à l’unité).

Sur le 1er Blu-ray, on trouve donc le documentaire Reflektor Tapes, tourné visiblement avec une multitude de caméras différentes et en tout cas avec un aspect patchwork très marqué. En vrac, on trouve des sessions d’enregistrements et des extraits de concert au rendu classique, parfois en couleurs parfois en noir et blanc, des passages à Haiti à l’aspect beaucoup plus roots avec un grain marqué couplé à du bruit vidéo, et enfin des passages extrêmement stylisés à la colorimétrie sur-trafiquée et à la résolution très limitée.

La HD permet de faire ressortir sans difficultés ces différences de rendu. Si les passages « classiques » permettent de mesurer facilement la capacité à offrir une image piquée et définie, ces éléments ne sont pas particulièrement prédominants dans le film, impliquant d’avoir une quantité non négligeable de plans à l’aspect beaucoup plus restreint. Au final, le documentaire jongle donc entre toutes ses variables pour un rendu certainement fidèle mais visuellement très hétérogène. Même les formats d’image sont ultra variables, entre du 1.33 et du format ultra large 3.00.

(8/12)

Le 2ème Blu-ray contient le concert Live at Earls Court, à l’aspect visuel autrement plus homogène (et au format constant 2.44) sans pour autant être particulièrement impressionnant. La grande majorité du concert possède un aspect assez fin et détaillé. Le niveau de détails est plaisant, notamment dans les plans les plus larges et dans les gros plans (les plans moyens étant souvent utilisés dans un montage ultra-cut, il est difficile d’en profiter pleinement), mais le piqué n’est pas particulièrement exceptionnel, et il subsiste tout du long une certaine douceur visuelle.

Certains plans semblent aussi avoir été tournés avec du matériel au rendu inférieur, donnant un aspect beaucoup plus bruité et surtout électronique à l’image. Ce n’est pas dommageable car ces plans sont limités en nombre, mais la différence est visible.

L’étalonnage est assez convaincant, même si le contraste semble légèrement approximatif par endroits (les transitions dans le noir sont un peu claires, tandis que certains éclairages bleutés bouchent certaines zones sombres). Cependant, le disque déjoue la très grande majorité du temps les soucis que certains éclairages appuyés (rouge, vert, jaune) pourraient poser en terme de couleurs qui bavent.

Enfin, chose pas toujours respectée sur les Blu-rays de concerts (cf le récent live de U2), l’encodage est très solide.

(10/12)

NB : les captures 1 à 15 sont tirées de Reflektor Tapes, les captures 16 à 30 du Live at Earls Court.

 

Reflektor Tapes propose une piste LPCM 2.0 48/24 et une piste DTS HD MA 5.1 48/24. Le documentaire a été visionné majoritairement en 5.1.

Comme pour l'image, le son du documentaire a été fortement travaillé au montage. En résulte une ambiance multi-canale psychédélique mais efficace. Si les segments musicaux sont trop frontaux pour convaincre, le documentaire profite d'un rendu sonore confortable, même si la spatialisation reste globalement timide.

(5/6)

Live at Earls Court propose une piste LPCM 2.0 96/24 et une piste DTS HD MA 5.1 96/24. Le concert a été visionné majoritairement en 5.1.

Malgré l’encodage costaud sur le papier, la piste 5.1 du concert déçoit légèrement par sa séparation et sa spatialisation limitée. La piste sonne assez frontale, avec des enceintes arrières souvent relayées à un simple brouhaha de fond pas super utile. La captation live ne laisse entendre quasiment aucune clameur du public, et on suppose que cela joue sur cette spatialisation limitée (le public est souvent exploité sur les surrounds).

Cette limite à part, le rendu sonore (du coup assez frontal) est plus que confortable, avec un mixage équilibré entre les voix et les multiples instruments utilisés par le groupe, une belle ampleur et une dynamique appréciable. Le concert profite aussi d’une bonne reprise dans les basses, même si on ne descend pas autant qu’on aimerait dans les graves.

(5.25/6)

 

Pas forcément ultra chargée en tant que telle, l'édition a le mérite de reprendre la plupart des éléments vidéos parus autour de l'album Reflektor.

Sur le 1er disque, on trouve :

Here Comes the Night Time Special (23 min 38, 1080i) : film faisant office de mini-concert et contenant une quantité phénoménale de caméos

Clips de Reflektor (7 min 38, 1080p), We Exist (6 min 22, 1080p) et Afterlife (4 min 55, 1080p)

Live de Afterlife pour les Youtube Awards (5 min 08, 1080p) avec Greta Gerwig

Le 2ème disque contient lui des montages alternatifs du concert à Earls Court pour 5 chansons : Reflektor (6 min 56, 1080p), Flashbulb Eyes (3 min 03, 1080p), The Suburbs (7 min 05, 1080p), Sprawl II (5 min 46, 1080p) et Here Comes the Night Time (6 min 51, 1080p)

Les notes

Piste 1 (VO) Note Son Note Image Verdict Bonus Artistique
Version Anglaise 10.5 10.5 / 12 9 / 12 19.5 / 24 Dans les règles Monumentale Erreur !

Les screenshots

Rémy Pignatiello

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.