TEST BLU-RAY : Bonjour tristesse


Bonjour tristesse Carlotta Films

B Blu-ray 1080p 2.35:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - ?

Version Anglaise DTS HD Master Audio 1.0 1.1 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 1.0 1.1 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 23/11/2016
Awards Aucun

Le test

Fruit d'une restauration 4K issue du catalogue Sony, Bonjour tristesse profite en Blu-ray d'un upgrade HD fort notable, mais pas exempt de toute petites limites techniques. Il s'agit de la même restauration que celle utilisée aux USA par Twilight Time en 2013, mais dotée ici d'un encodage supérieur grâce au soin apporté par David Mackenzie à la compression du film.

L'étalonnage chaud, solaire et saturé est convaincant et dynamique. Le contraste est savamment dosé, ce qui permet d'obtenir une image contrastée avec des noirs profonds mais qui ne paraissent pas bouchés, tout en conservant des couleurs saturées qui ne bavent pas et en évitant des blancs brûlés. Les segments en noir et blanc (en fait tirant de quelques points vers le rouge) conservent aussi ce contraste efficace.

La restauration 4K offre de très bons résultats côté niveau de détails. L'image très naturelle offre en effet une très bonne définition, appuyée par l'absence de filtrage numérique inutiles (cf captures 3, 4 et 5). Quelques limites cependant sur ce point : un Cinemascope qui tend par moments à avoir des zones moins nettes sur les bords du cadre, et des fondus enchaînés qui, comme souvent, entraînent une perte visible de définition pendant quelques secondes. 

 

La VO 1.0 offre un rendu assez clair et des dialogues intelligibles, un plus pour un film aussi bavard. Le mixage est plutôt équilibré même si les effets d'ambiance sont peu mis en avant. La piste possède tout de même un aspect légèrement sourd, sans que cela soit cependant gênant.

La VF 1.0 est assez proche en terme de rendu, mais possède 2 différences notables : les dialogues sont mixés plus fort, et le rendu sonore est plus clair, presque nasillard.

Filtrage léger à 10 kHz de la VO, mais pas de la VF, ce qui explique probablement pourquoi la VO sonne un peu plus sourd que la VF.

 

De nombreux suppléments, y compris plusieurs modules d'archives.

Dans les nouveautés, on trouve :

Un entretien avec Denis Westhoff dénommé Un charmant petit monstre (13 min 46, 1080p). Westhoff, fils de Françoise Sagan, parle du travail et contexte d'écriture du livre Bonjour tristesse.

A Unique Collaboration (21 min 27, 1080p) : Jan-Christopher Horak parle de la collaboration entre Otto Preminger et Saul Bass

Côté archives :

Interview de Jean Seberg pour l'émission Cinéma (30 min 13, 1080i)

Extrait de l'émission Cinépanorama (5 min 28, 1080i) où Preminger parle de la préparation du film

Bande annonce d'époque du film (4 min 51, 1080p), qui est en fait composée d'interviews et coulisses du tournage

Sélection de vedettes pour le film (1 min 12, 1080i)

Sur le tournage de Bonjour tristesse (55 sec, 1080i)

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 4.75 Version Française 4.75 9.5 / 12 10.5 / 12
Verdict Bonus Artistique
20 / 24 Dans les règles Moyen.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello