TEST BLU-RAY : Little Big Man


Little Big Man Carlotta Films

B Blu-ray 1080p 2.35:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - ?

Version Anglaise DTS HD Master Audio 1.0 1.2 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 1.0 1.2 Mb/s

Autres pistes Anglais
Sous-titres Français imposé
Sortie Blu-ray 19/10/2016
Awards Must Have

Le test

Little Big Man tourne actuellement en salles sous une "version restaurée". On s'attendait donc à un résultat visuel techniquement proche d'un Panique à Needle Park (qui avait été joliment restauré en 2K). Ici, pour autant, difficile de ne pas être légèrement déçu par une qualité visuelle un léger cran en-dessous des attentes et de ne pas avoir l'impression d'être face à un ancien master, pas déméritant certes, mais laissant encore un peu de place pour être amélioré

Ce qui ne trompe pas, c'est un aspect par moment légèrement épais dans la retranscription d'un grain bien présent, ainsi que de nombreuses petites poussières (notamment en fin de plans). Cet aspect un peu épais limite la finesse de la restitution des fins détails (cheveux, peaux, détails des vêtements) et donne un rendu visuel un peu daté (cf captures 2 et 5). Tout renseignement pris, la restauration date de 2011 et serait soit issue d'un scan 2K, soit d'un scan HD, ce qui explique pourquoi cela parait à la fois correct mais aussi légèrement daté.

Pour autant, l'image possède un aspect tout à fait acceptable. S'il s'agit d'un master HD pre-existant, c'est clairement un de ceux qui sont peu ou pas filtré, et avec un étalonnage évitant la dérive magenta que l'on voit souvent chez MGM par exemple. Si les acteurs ont des visages un peu rosés, l'ensemble du film a une colorimétrie plutôt naturelle et légèrement saturée (capture 12). Aussi, s'il reste donc quelques poussières, l'image est par contre extrêmement stable. Enfin, le niveau de détails reste amplement suffisant pour donner une sensation HD facilement décelable (captures 11 et 13). Aucun filtrage n'est visible et l'encodage signé David Mackenzie est particulièrement efficace (captures 4 et 12).

 

Les 2 pistes anglaises ont un rendu très ample et dynamique plus qu'agréable. La piste 5.1 n'est cependant pas très active ailleurs que sur l'enceinte centrale. Les 2 autres enceintes frontales servent avant tout pour répercuter quelques effets d'ambiance et la musique, tandis que les enceintes arrières ne servent qu'encore plus ponctuellement (notamment autour de la 50e minute pour la longue bataille). Le caisson, lui, n'est quasiment pas exploité.

Les 2 pistes ont été nettoyées sans pour autant être trop filtrées, ce qui permet d'obtenir une bonne propreté tout en évitant un rendu sourd ou étouffé. Au final, même si l'enceinte centrale est quasiment l'enceinte principale pour le film, les 2 VO offrent un très bon confort de visionnage, propre, rond et équilibré.

La VF est mixée un peu plus fort et est totalement non filtrée, ce qui fait que l'on perçoit dans les moments les plus silencieux un souffle assez audible. Les dialogues ont un rendu daté et soufflant, et sont trop mis en avant. Si la piste n'est pas désagréable en soi, elle est un très net cran en-dessous des VO.

 

Une interactivité vidéo plus que chargée, mélangeant une préface et une analyse récentes de Philippe Rouyer et 2 documents d'archives en 16mm exhumés par Jérôme Wybon et numérisés en HD pour cette édition. On trouve ainsi :

Préface de Philippe Rouyer (7 min 10, 1080p)

Une épopée picaresque (25 min 00, 1080p) : analyse du film par Philippe Rouyer

Arthur Penn (25 min 43, 1080p) : documentaire du photographe américain Elliott Erwitt sur le tournage du film

Les multiples facettes de Dustin Hoffmann (14 min 21, 1080p) : l'acteur explique au photographe américain Elliott Erwitt le tournage du film

Bandes annonces d'époque VOSTF (4 min 20, 1080p) et VF (4 min 09, 1080p)

Bande annonce 2016 (1 min 30, 1080p)

Comme pour les 3 autres coffrets de la collection Ultime de Carlotta, le coffret renferme aussi (et avant tout) un imposant livre de 160 pages (nommé ici Penser la spontanéité). Il se découpe en 6 segments, dont 63 pages de texte pur :

- Un long entretien de 27 pages d'Arthur Penn avec Robin Wood (publié dans Movies n°19 de l'hiver 1970-1971)

- 11 pages où Robin Wood décrit le tournage du film

- 7 pages où Aline et Robin Wood parlent du film (article paru dans Positif n°126 avril 1971)

- La démocratie des Chimères - Le western selon Arthur Penn : article de 4 pages par Michel Cieutat analysant le film (paru dans Positif n° 604 juin 2011)

- La représentation des Amérindiens dans un western révisionniste : texte universitaire de 14 pages de Margo Kasdan et Susan Tavernetti comparant le traitement des personnages Amérindiens dans le film par rapport à d'autres westerns. On en recommande chaudement la lecture.

- 2 cahiers de photos cumulant 60 photographies prises lors du tournage du film (et dont on appréciera le regroupement entre les différents textes, permettant une lecture d'une traite de ceux-ci plutôt que de devoir constamment alterner 2 pages de texte pour 2 pages de photos) 

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 5 Version Française 3.75 8.75 / 12 9 / 12
Verdict Bonus Artistique
17.75 / 24 Le Nirvana Un très bon moment en perspective.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello