TEST BLU-RAY : Lumière ! Le cinématographe 1895 - 1905


Lumière ! Le cinématographe 1895 - 1905 France Televisions Distribution

B Blu-ray 1080p 1.33:1 - 4/3 AVC-MPEG4 DI - ?

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 3.8 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 4 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Aucunes
Sortie Blu-ray 16/09/2015
Awards Must Have

Critique image

114 courts-métrages sont présentés ici. Ils ont été numérisés par L'immagine Ritrovata (Bologne) en 4K en 2013 puis restaurés par les laboratoires Eclair en 2K à l'automne 2014.

S'il ne faut jamais perdre de vue l'âge des films (110 à 120 ans), il faut cependant avouer que le résultat force le respect. Un atout en effet par rapport à d'autres films très anciens : Louis Lumière avait précieusement conservé le matériel originel à Lyon avant d'en faire dépôt à la Cinémathèque française. Outre la pure préservation des films (80% des films muets ont disparu), cela a aussi permis une conservation qualitative des films qui sont, au final, loin d'être dans un état délabré.

Evidemment, il subsiste encore de nombreux défauts : poussières, rayures et surtout de nombreuses déchirures de pellicule (en particulier vers la fin des films). Cependant, surtout compte tenu du grand âge du matériel, la restauration soigneuse et respectueuse permet un rendu visuel fréquemment impressionnant : le N&B est stable et contrasté (à l'exception d'une poignée de courts un peu clairs), l'aspect est naturel et avec un grain bien retranscrit, et l'encodage parait maitrisé. De ce côté-là, on retiendra notamment Les bassins des Tuileries, qui rappelle combien le Cinématographe Lumière était techniquement abouti dans sa retranscription de la profondeur de champ, et Le parvis de Notre-Dame, dont la précision et le niveau de détails impressionne.

A l'opposé, certains courts sont irrémédiablement abîmés, comme la Querelle des matelassières, sur lequel le temps a définitivement fait son oeuvre : moisissure, contraste improbable, sautes d'images, bref, la totale.

Enfin, on notera un court particulier puisqu'il s'agit du seul en couleurs, ou du moins colorisé au pochoir, La danse serpentine. Le résultat est très beau.

Tout petit regret technique général : une image inutilement légèrement windowboxée (présence de barres noires en haut et en bas).

Critique sonore

3 options sont proposées : un commentaire de Thierry Frémaux avec la musique de Camille Saint-Saëns en fond, la musique de Saint-Saëns seule, ou bien le programme complètement muet.

La partition musicale accompagne très bien le programme. Légère et mélodieuse, elle transporte aussi un peu de douce nostalgie tout à fait adéquate. Présentée en 5.1, elle est intégralement spatialisée sur les enceintes arrières, ce qui permet d'envelopper agréablement le spectateur. Bien qu'il s'agisse d'un enregistrement de 1993, le rendu sonore est excellent, propre, aérien et ouvert.

Le commentaire de Thierry Frémaux reste cependant la piste de choix. Déjà parce qu'il permet, malgré tout, d'apprécier la partition musicale, facilement audible en fond sonore (ou bien lors des pauses de Frémaux) via un mixage efficace. Mais aussi et surtout car ce commentaire est une mine d'or ludique et pédagogique, riche de remises en contexte tant historiques que techniques. Il transforme le programme d'une simple compilation en un véritable travail de mémoire, passionnant et jamais rébarbatif. Assurément une réussite, et le choix incontournable (à moins d'y être absolument allergique) pour visionner le programme. Il est par contre dommage qu'aucun sous-titre pour sourds et malentendants n'ait été inclus pour ce formidable commentaire.

Conclusion technique

Incontournable pour quiconque d'un peu curieux sur la naissance du cinéma, mais aussi pour sa capacité à offrir des images-souvenirs vieilles de 120 ans de façon foncièrement ludique et résolument fascinante.

Suppléments

L'édition possède un contenu éditorial très fourni, ludique et toujours adéquat, avec près de 2h30 de suppléments. On trouve sur le 1er disque, à part ou en amorce du film, une introduction au programme de Bertrand Tavernier (2 min 05, 1080i). Le reste des suppléments sont sur un Blu Ray dédié. Ils sont composés de documentaires d'archives (regroupés sous l'appellation "Les suppléments d'hier") et d'autres tournés spécifiquement pour l'évènement (ce sont les "suppléments d'aujourd'hui"). Enfin, un livret de 44 pages complète tout ceci, avec des informations sur le Cinématographe, le détail des courts métrages composant le film, le travail sur la restauration, etc etc.

Les suppléments d'hier :

Lumière, la naissance du cinéma (31 min 02, 576i, 1953) de Paul Paviot avec une narration d'Abel Gance

Aller au cinéma : Louis Lumière (1h 06 min 29, 576i, 1968) d'Eric Rohmer, où Henri Langlois et Jean Renoir discute du cinéma, de l'invention des frères Lumière etc.

Pierwsky Film (9 min 42, 1080i, 1984) de Pavel Piwkowski : relecture du film Sortie d'usine

Les suppléments d'aujourd'hui :

L'héritage Lumière (8 min 03, 1080i) où Bertrand Tavernier rend hommage au travail des frères Lumière et de leurs collaborateurs et rappelle d'autres de leurs inventions

Lumière, au début et pour toujours (19 min 33, 1080i) : Thierry Frémaux replace l'invention des frères Lumière dans son contexte historique et parle du travail autour de l'évènement du 120e anniversaire. Absolument immanquable car pas-sion-nant !

Lumière ! Le cinéma inventé (1 min 10 + 1 min 09, 1080i) : clips vidéo de l'exposition du Grand Palais (27 mars - 14 juin 2015)

Les nouvelles sorties d'usine (3 min 28, 1080p) : assurément LE faux pas de cette édition. En effet, on trouve ici les nouvelles sorties d'usine tournées en 2013 et 2014 par Quentin Tarantino, Jerry Schatzberg, Michael Cimino, Pedro Almodovar, Paolo Sorrentino et Xavier Dolan présentées... simultanément en split screen ! Du coup, les images sont toutes petites, impossible de jouer à reconnaître les têtes connues qui y passent, et il faudra évidemment faire marche arrière 6 fois pour voir chaque court-métrage... Aberrant et contre-productif. Pourquoi ne pas les avoir simplement mis bout à bout en plein écran ? 

Matériel de test
Image Panasonic TX-PF50G20S
Source Zone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
Son Yamaha RX-V467
Enceintes Kit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210
Scan Disc
Taille Disque 26,645,676,981 bytes
Taille Film 26,180,081,664 bytes
Encodage Vidéo MPEG-4 AVC Video / 27135 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio - Commentaire French / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3183 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Encodage Audio - Musique Music / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3367 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Les notes

Piste 1 Piste 2 Audio Vidéo
Version Française 5.5 Version Française 5.5 11 / 12 10 / 12
Verdict Bonus Artistique
21 / 24 Le Nirvana Exceptionnel !

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests