TEST BLU-RAY : American Bluff (American Hustle)


American Bluff Metropolitan Export

B Blu-ray 1080p 2.35:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - ?

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 3.3 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 3.4 Mb/s

Autres pistes Audio Description Français
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 05/06/2014
Awards Aucun

Critique image

Pur produit pelliculaire tourné avec des caméras Arricam et Canon couplées à des lentilles Zeiss, American Bluff nous arrive en blu-ray via un scan intermédiaire 4K et une image argentique d’une excellente qualité.

Le grain spécifique de la pellicule est bien présent et ne se fait jamais envahissant. Naturel, il donne tout son cachet au film avec un rendu très 70’s en parfait accord avec la reconstitution de l’époque. Si la profondeur de champ aurait pu être un peu plus poussée, le piqué est véritablement très satisfaisant et fait ressortir tout le grain de peau des protagonistes et les différentes tessitures des tissus et des décors.

Couplé à des noirs de grandes qualité, solides et bénéficiant de dégradés très satisfaisant nous avons également droit à un très bon rendu côté contraste.

Ce dernier point, couplé à des couleurs parfaitement saturées en fonction des différentes scènes nous offre un confort de visionnage des plus probant surtout que du côté compression c’est du tout bon.

Critique sonore

Dans la plus pure tradition de l’éditeur, Metropolitan nous donne droit a deux pistes lossless VO et VF en DTS-HD M.A. 5.1 (Malheureusement 48Khz/16bits ce qui en limite la dynamique.)

Le point fort des deux pistes est assurément le rendu de ses dialogues parfaitement rendus et placés sur la centrale. Les ambiances musicales viennent quant à elles ouvrir la scène frontale et habiter dans le même mouvement les surrounds quand nécessaire.

En dehors de ces passages, il faudra pourtant bien noter que ces bandes son, en parfait adéquation avec le métrage sont assez sages (en plus du 48khz/16bits) et plaquées sur la scène frontale. L’immersion a donc bien lieu mais est de ce fait assez réduite bien que l’essentiel y soit : les dialogues d’une très belle clarté.

A noter qu’encore une fois, ceux si sont un peu plus mis en avant sur la VF qui a tendance à accentuer de trop les accents de certains personnage comme celui, britannique, d’Amy Adams.

Le film est donc à déguster en VO pour pouvoir bénéficier pleinement du talent du casting et quel casting…

Conclusion technique

American Bluff ne bluffe ni côté image ni côté son même si, sur ce dernier point, un soupçon de dynamique supplémentaire aurait été le bienvenu pour booster la bande son d’époque et l’ambiance générale du métrage

Suppléments

- Scénes coupées - Making of - Avant Première - Film annonce (VO/VF) - Bandes-annonces - Lien Internet

Critique artistique

American Bluff n’est assurément pas une arnaque pour le spectateur même si tout le film tourne autour de se thème abordé de différentes manières.

Emporté par un casting d’une classe exceptionnelle, il offre à ses protagonistes des rôles forts aux contre-emplois particulièrement bien choisis.

Christian Bale est encore une fois d’une justesse rare dans son jeu et physiquement transformé dans un exercice à l’inverse de celui de The Machinist.

Jennifer Lawrence s’attaque au rôle d’une épouse dépressive avec brio.

Quant à Bradley Cooper il nous prouve lui aussi encore une fois que son talent n’est aucunement surfait.

Reste alors Amy Adams, brûlante et touchante à la fois.

Un sans faute que le petit rôle de De Niro viendra adouber en tant que digne successeur du cinéma de Martin Scorsese.

L’Art de David O.Russell (Les Rois Du Désert, Happiness Therapy) s’avère en effet tout aussi prenant que celui du maître de par son ambiance travaillées grâce à des plans aux cadrages soignés, son suspense savamment distillé et la richesse de ses personnages particulièrement bien creusés.

Ceux si ne sont qu’un dégradé de gris et restent donc très humains, très éloignés des clichés souvent rabattus du cinéma hollywoodien.

C’est ce qui fait assurément la force d’American Bluff.

Une direction de comédiens exceptionnels au profit d’une mise en image léchée et d’un aspect réaliste prenant.

Une très jolie réussite dédiée à qui aime le cinéma, les comédiens et replonger dans une époque par le biais d’un spectacle intelligent et prenant.

Et ce n’est pas un coup de bluff…

Matériel de Test
Image LG 50PM670S
Source SONY BDP-S1100
Son MARANTZ SR7007 + MARANTZ PM7003
Enceintes Frontales: FOCAL SIB T | Centrale: FOCAL SIB T | Surrounds: FOCAL SIB T | Caisson: JAMO SUB650
Scan Disc
Taille Disque 45 654 691 367 bytes
Taille Film 33 190 090 752 bytes
Durée 2:18:17.622
Total Bitrate 32,00 Mbps
Encodage Vidéo MPEG-4 AVC Video / 25039 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio - VO English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 1797 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Encodage Audio - VF French / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 2142 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 4.5 Version Française 4.5 9 / 12 11 / 12
Verdict Bonus Artistique
20 / 24 Dans les règles Un très bon moment en perspective.

Les screenshots

Par Jérôme Basseville

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests