TEST BLU-RAY : Crying Freeman


Crying Freeman Metropolitan Export

B Blu-ray 1080p 2.35:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - ?

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 2.8 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 2.6 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français
Sortie Blu-ray 10/02/2014
Awards Aucun

Crying Freeman, c'est un lien particulièrement fort entre la culture asiatique et un réalisateur, qui, au travers d'une histoire d'amour entre un tueur et une artiste, vient toucher toute une génération avec une œuvre devenue culte. Christophe Gans impose alors sa griffe et son coté méticuleux aux différentes sorties vidéo disponibles au fil des ans depuis sa projection en salle de 1996. Fort de versions Laserdisc et DVD à la qualité ne cessant de croitre, c'est avec une réelle impatience que cette mouture blu-ray était attendue. Avec un tel désir, la déception ne fut que plus grande lors du premier test réalisé. Après de vifs remous sur différents forums, nous avons alors entrepris une investigation de premier ordre afin d'en savoir plus. Après une visite chez le distributeur, une interview auprès de Christophe Gans et un entretien avec Nicolas Rioult, nous avons alors décidé de prendre en considération tous ces nouveaux éléments afin de publier ce nouveau test.

Critique image

Avec un budget de 6 millions de dollards canadien et "ses conditions de tournage très roots", le passage à la haute définition fait que l'image offrira plus de détails mais aussi plus de grain. Pour cette version Blu-ray, un nouveau master a été tiré aux US à partir du négatif original récupéré par Samuel Hadida, afin de palier aux faiblesses de l'interpositif de l'époque qui avait servi au master de la version DVD. Nicolas Rioult nous a d'ailleurs confirmé l'abandon d'une édition blu-ray utilisant ce dernier, et dont les premiers résultats étaient loin d'être convaincants. Supervisé par Christophe Gans pendant tout le processus, le support bleu possède LA vision du film conforme aux souhaits de son géniteur.

Mais qu'en est-il vraiment au niveau qualitatif pour de la haute définition?

En pesant le pour et le contre, il est très difficile de prendre parti, car si la restauration du négatif original a permis un nettoyage en profondeur des scratchs et rayures (présent sur le DVD), ainsi qu'une revalorisation des couleurs, il faut bien admettre que les limitations techniques ressortent avec un goût plus ou moins amer suivant l'intensité lumineuse. Alors certes "La perception du film avec énormément de grain est la réelle nature du film" mais on aurait aimé un juste milieu qui aurait permis au piqué et au découpage (légèrement plus incisifs que le DVD), de montrer un autre visage. Quand on voit l'apport de la colorimétrie qui est désormais plus naturelle et moins fade que sur la définition standard, il y a de quoi rester sur sa faim.

Tout cela est d'autant plus dommage que pas mal de scènes ressortent avec de jolis atouts : quelques plans sur la falaise, le grand bureau noir, l'intérieur de la voiture après l'aéroport, l'intrusion de jour chez O'Hara (meilleur découpage avec la vue depuis l'escalier), le hall, la vue plongeante du haut de l'immeuble, le sous sol de Shanghaï (meilleur rendu à faible intensité lumineuse), et certains plans d'un final explosif. Ce que l'on reprochera à la définition est son manque d'homogénéité sur la longueur, car même si les limites du film sont clairement mises en avant pour justifier les mauvaises séquences (début chez Emu, séquences nocturnes) et la qualité assez moyenne de l'ensemble, des techniques sont particulièrement efficaces pour obtenir une régularité de la définition.

Pour finir, on notera une migration des noirs vers une tendance plus verdatre qu'à l'accoutumée, comme en attestent les nombreux screenshoots ci-dessous.

Critique sonore

Si les mixages ne subiront aucune modification lors de leur passage de la SD à la HD, le passage du format Dolby Digital 5.1 (0.3 Mb/s) au DTS-HD Master Audio est bien audible, surtout en ce qui concerne la clarté. En effet, si les bandes passantes voient leurs débits monter à 2.8 Mb/s, l'ampleur est parfois bridée (limites techniques du film) et il n'est pas rare d'entendre des coups de feu assez sourds dans l'ensemble (passage sous l'arbre, pied de l'escalier à Vancouver). La dynamique manque alors d'impact et des séquences comme l'accident aurait pu faire vrombir le canal LFE avec plus de poigne.

Si les surrounds ne sont pas mis à contribution à tout bout de champ (quelques tirs par-ci par-là), il faudra enclencher la version originale afin de profiter d'une scène arrière mieux exploitée. Le massacre de Shanghaï en est le plus criant exemple, avec une alternance entre fusillades et le calme perçu au travers de Ryuji. La vue sur son dos fait alors la part belle à plus de clarté et d'ampleur : prêtez l'oreille et les gouttes d'eau ne résonneront plus jamais de la même façon. Il en est de même lors de la capture de Yo, où l'on entendra avec délicatesse les incantations sur les surrounds, cantonées sur l'avant scène en version française.

Conclusion technique

Crying Freeman dans sa version blu-ray est a considérer comme la vision formelle de son réalisateur qui affiche sans pudeur les limites du film. Mais d'un point de vue technique, et en pleine période de restauration 4K sur de nombreux grands classiques avec des résultats plus que convaincants, on ne peut s'empêcher de verser une petite larme sur le résultat final. Un juste milieu aurait pu être trouvé...

Suppléments

(Blu-ray) :

- Commentaire audio du réalisateur

- Nouvel entretien avec Christophe Gans (51 min)

- Interview de Mark Dacascos (14 min)

- Crying Freeman, l'animé, l'épisode 1 (52 min - VOSTFR + VF) + commantaires audio optionnels de Christophe Gans et David Martinez (Auteur du livre Crying Freeman du manga au film)

- Bandes annonces:

* Silent Hill

* La Belle et la Bête

* Les Nuits Rouges du Bourreau de Jade

* HK Vidéo (10 bandes annonces)

 

Disque de bonus (DVD) :

- Gestation du film : pré-production, tournage, post-production

- Making of

- Les scènes coupées

- Interview de Christophe Gans

- Conception du générique

- Bandes-annonces

- Interface avec 1600 storyboards, photos et dessins de préproduction

- Teaser et bande-annonce de "Le pacte des loups"

- Bonus caché : bande-annonce du "Pacte des loups"

 

Matériel de Test
IMAGE   Panasonic TX-P50ST60E – Calibrage : Klein K-10, Xrite i1 Pro, AccuPel
SOURCE Panasonic DMP-BDT500
SON Onkyo TX-DS989 V.2
ENCEINTES Frontales : Jamo S708 / Centrale : Jamo Concert Center 7.2 / Surround : Jamo S708 / Caisson: Yamaha YST-SW300

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 5 Version Française 4.5 9.5 / 12 8 / 12
Verdict Bonus Artistique
17.5 / 24 Le Nirvana Un très bon moment en perspective.

Les screenshots

Par Frédéric Tribolo

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire
Commentaires sur " Crying Freeman "
  • SHREK83

    SHREK83 le 28/02/2014 à 17:54

    Autant je peux comprendre la déception, autant il y a des notions qui m'échappent, surtout après les explications de N Rioult et surtout de C Gans......

    "Alors certes "La perception du film avec énormément de grain est la réelle nature du film" mais on aurait aimé un juste milieu qui aurait permit au piqué et au découpage (légèrement plus incisifs que le DVD), de montrer un autre visage."

    Que signifie exactement cette attente, une utilisation d'outils numériques afin de modifier l'image voulue par Gans et donc tomber dans le "révisionnisme" qu'il souhaitait éviter?? J'ai du mal à bien saisir ce à quoi vous aspiriez....

    On sait que la résolution d'image du DVD (ou le lissage lié à la compression) a tendance à atténuer le grain et donc donner une image plus "douce" mais pas fidele à l'image réelle ou à son rendu.....qu'espériez vous?

    Bien sûr que la note image reflète plus votre ressenti, et j'admets aisément que l'exercice est difficile (je m'en abstiens toujours), que la réalité du résultat dans le sens ou elle ne saurait remettre en cause la validation de C Gans. Ou alors, peut être, est-ce une notation de son travail à l’époque du tournage ???

    Bien évidemment, le barème de notation ne peut être le même pour un film récent que pour un film d’un certain âge, bien sûr qu’il est plus difficile d’apposer un chiffre sur un rendu qui ne sera pas forcement compris par le lecteur du test pour ce type de film, je le comprends…..En définitive, ce n’est pas un problème de note mais de son interprétation, comme il y a des profs qui notent large et d’autres qui sont plus sévères….

    Pour ma part je pense qu’en l’état les images de cette édition sont en conformité avec le souhait de Gans et de la réalité de ce qu’a été le tournage à l’époque, un témoignage « sans fard » de cette œuvre et j’en suis ravi…..

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests