TEST BLU-RAY : La Nuit du Chasseur (The Night of the Hunter)


La Nuit du Chasseur Wildside Video

B Blu-ray 1080p 1.66:1 - Panoramique AVC-MPEG4 DI - ?

Version Anglaise DTS HD Master Audio 2.0 1 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 2.0 1 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français - Anglais sourds et malentendants
Sortie Blu-ray 31/10/2012
Awards Must Have

Critique image

Pour rappel, ce monument signé Charles Laughton a été restauré. C'est à Robert Gitt de UCLA Television and Film Archives, dépositaire des archives du film, qu'on doit le travail de restauration de La Nuit du chasseur. Tout est partit du négatif original préservé en 2001 par UCLA Film & Television Archive et en collaboration avec MGM Studios. Le tout avec le soutien de Robert B. Sturm et The Film Foundation de Martin Scorsese. Le simple fait d'insérer le DVD de la dernière décennie permet de se faire un avis définitif : Jetez-le! - Premièrement, le film est présenté dans son format d'origine 1.66. Ce qui fut assez rare sur les précédentes éditions vidéo. - Deuxièmement, le grain d'origine est en partie conservé, il y a peu de retouches informatiques afin d'atténuer le bruit vidéo. -Enfin dernièrement : Le film fut déjà édité aux USA chez Critérion (2010) dans une édition au rendu assez différent mais tout aussi grandiose pour peu que l'on y adhère. Cette édition Critérion est cadenassée « Zone-A ». WildeSide : En plus du jeu - Contrastes/Luminosité - (ici monumental), c'est surtout le piqué et le découpage qui en mettent plein les mirettes. Preuve en est ne serait-ce qu'au début du film (chapitre 2 – 3'08), la différence DVD/Blu-Ray est stupéfiante. Le piqué fait preuve d'une exemplarité sidérante. Lors du trajet en voiture du révérend Harry Powel (Mitchum ndlr), les traces de pluies séchées sur le capot du véhicule sont aussi visibles que le scotch sur le volant servant de repère à la main droite de l'acteur. Un détail qui pouvait paraitre invisible dans les précédentes sorties vidéos mais qui aujourd'hui, tape à l'œil de manière significative. Toujours sur cette même séquence, le détachement du véhicule au premier plan et l'écran de défilement ne trouve pareil reflet en définition Standard. Cela peut donner à la fois un côté 'film d'époque' comme un côté 'mal vieilli'. Comme dit plus haut, le jeu entre les noirs et les blancs atteint le jamais-vu concernant « La Nuit du Chasseur ». Le face à face dans la cellule révèle de l'inédit et de la maitrise sans faille. La somptuosité du travail de Stanley Cortez (chef opérateur) se voit glorifier par les biens-faits de cette galette aux 50Go de stockage. Chapitre 6 (29'24) : Une merveille ! Les nuances ressortent avec beauté, les noirs donnent dans le haut de gamme. Un peu plus loin, à la 29'58, juste avant que Robert Mitchum n'éclaire la lampe, sa tête est plongée dans un noir type « ombre chinoise » sans équivalence à ce jour. N'ayant nul besoin de s'étaler au point de posséder des ampoules sur les doigts, on vous laisse le soin de (re)découvrir cette œuvre majeure du 7ème art. Laissez-vous entrainer avec John et Pearl dans un noir abyssal incroyablement envoutant! Finalement: Quelle beauté que cette restauration signée UCLA. Un rendu divin voir même très spectaculaire par instant. Le piqué nous fait distinguer des détails pour le moins inimaginables et le jeu d'Ombres & lumières donne la chaire de poule. Bien sur il y a pas mal d'imperfections, il ne s'agit pas d'un transfert à la Ben-Hur ou autre Lawrence d'Arabie, mais ça reste fichtrement bon. N.B : A noter une bouillie de pixels au chapitre 4 (14'05). Critérion VS WildeSide : Bien que partit sur le même Master d'origine (2001), le rendu est différent. Chez Critérion, on a voulu laisser parler le grain d'origine sans y apporter de retouche. Pour une personne sensible au fourmillement, autant vous prévenir que cela reste assez dure à visionner. Un fan sera apprécier, pour les autres, habitués aux images – lustrées – il en sera une toute autre histoire. Car une fois le Blu-Ray WildeSide inséré, la différence saute aux yeux. D'après les dires de l'éditeur, le grain était trop prononcé pour un rendu convenable sur un téléviseur. De manière grossière, on pourrait penser qu'il ne s'agit pas du même master d'origine et encore moins d'un traitement tout aussi appliqué. Sur ce premier point, c'est votre cœur de cinéphile qui décidera. En ayant la chance bien entendu de pouvoir profiter des joies du Zonage A. Deuxième point important, l'étalonnage vidéo. La luminosité a été accrue sur la version française. Le rendu sur certains plans, est radicalement différent. Il y a vraiment un sentiment de détachement important sur l'édition zone B. Le travail minutieux et incroyable du chef opérateur se dévoile d'avantage. D'un point de vue personnel, le zone B remporte la palme. Le fait d'atténuer le gain, permet au piqué de se montrer plus régulier et offre un découpage encore plus saisissant. Rajoutez à cela, une luminosité accrue, et vous obtenez un résultat incroyable. Si vous désirez tester votre écran plat, voici un candidat taillé sur mesure!


Critique sonore

Clarifions immédiatement le débat : Il n'y aucun remixage 5.1 à se mettre sous la dent. Et c'est une bonne chose. Le rendu aurai certainement eu un côté artificiel déplaisant. Le son est dépoussiéré, réajusté, intelligible et fluide à souhait. Concernant les codecs employés, en France nous avons droit à du DTS Master Audio 2.0 (monophonique) pour la version originale comme pour la version française et sur le zone A, à du PCM 1.0 uniquement pour la v.o, seule piste proposée. En toute honnêteté, il n'y a pour ainsi dire aucune différence audible. C'est propre, les voix sortent facilement, et le côté criard des vieilles bandes-son est absent. Le rendu de la version fr est moins emballant, l'âge du film se montre plus présent et plus désagréable. Ça sature par moment et les voix donnent plus dans l'agressivité. Même dénuée de problèmes (V.F ndlr), le choix de la version originale s'impose de lui-même pour un tel film !


Conclusion technique

A-N-T-H-O-L-O-G-I-E ! La restauration orchestrée par U.C.L.A. avec le concours de la Film Foundation de Martin Scorsese et WildeSide fait des merveilles. C'est absolument fantastique de pouvoir redécouvrir un si grand film dans de telles conditions. Mais comme les choses n'ont pas été faites à moitié, les suppléments (riche en informations et incroyable documentaire de 2h40), le livre de 200 pages écrit spécialement par Philippe Garnier (avec de très nombreux documents d'archives) et le CD de la bande-originale complètent une des plus belles et grandes éditions Blu-Ray jamais sorties sur notre sol. Au firmament!


Suppléments

Des suppléments d'exceptions : - LES COMPLÉMENTS DE DAVIS GRUBB A CHARLES LAUGHTON : DES CROQUIS AU FILM - Comparatif de certains croquis de Davis Grubb avec les plans du film (15') - CHARLES LAUGHTON AU TRAVAIL - Documentaire réalisé par Bob Gitt à partir des rushes du tournage de La Nuit du chasseur, produit par U.C.L.A (2h40) - ENTRETIEN AVEC ROBERT MITCHUM 1982 - Interview de Robert Mitchum par Philippe Garnier, extrait de l'émission “Cinéma Cinémas” diffusée le 2 juin 1982 (2'35) - ENTRETIEN AVEC STANLEY CORTEZ 1984 - Interview de Stanley Cortez, extrait de l'émission “Cinéma Cinémas” diffusée le 3 juin 1985 (12'20) - LA PROMOTION TÉLÉ EN 1955 - Robert Mitchum, Lillian Gish et Shelley Winters sur le plateau du Ed Sullivan Show (7') - Une scène coupée, “la visite en prison”, jouée par les acteurs Shelley Winters et Peter Graves lors de l'émission Ed Sullivan Show (3'56') - BANDES-ANNONCES - Bande-annonce USA - Bande-annonce Royaume-Uni


Critique artistique

L'exemple type de ce que l'on apprend dans une école Audiovisuel! Votre hôte vous le certifie.


Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 6 Version Française 3.5 9.5 / 12 12 / 12
Verdict Bonus Artistique
21.5 / 24 Le Nirvana Exceptionnel !

Par Sylvain Camps

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests