TEST BLU-RAY IMPORT : Road Games


Road Games Indicator

B Blu-ray 1080p 2.39:1 - Cinémascope AVC-MPEG4 DI - 4K

Version Anglaise PCM 1.0 1.15 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Anglais sourds et malentendants
Sortie Blu-ray 14/12/2020
Awards Must Have

Le test

Une nouvelle restauration 4K encore un peu limitée...

Road Games fait l'objet depuis 2016 d'une actualité en vidéo HD et la sortie en Australie d'une édition Blu-ray. Celle-ci se base sur une restauration 4K mais effectuée à partir d'une copie d'exploitation du film. C'est cette même restauration qu'exploite l'édition française de début 2019 et l'édition US de fin 2019. Cependant, dans le cas de Powerhouse, l'éditeur a fait le choix de ne pas utiliser cette restauration, mais de faire une nouvelle restauration 4K à partir de l'internégatif du film. Celui-ci a été scanné et restauré par Final Frame Londres en 2020, et le résultat est effectivement assez différent, et globalement meilleur, de celui de la précédente restauration 4K, même s'il n'est pas sans limites pour autant.

Du côté des bons points, le rendu est plutôt sympathique, avec un aspect argentique respecté, un grain bien présent (et pas qu'un peu), mais surtout un bon niveau de détails. De ce côté, la définition est au niveau des attentes, et corrige par ailleurs en partie les faiblesses de la précédente restauration, qui parait presque légèrement floue ou lissée en comparaison, que ce soient les scènes lumineuses (capture 13 vs 14) comme (peut-être plus particulièrement) les scènes sombres (capture 27 vs 28, par exemple). La délinéation est meilleure, mais on retrouve aussi un grain plus précis et mieux restitué, là où l'ancienne restauration faisait plus brouillon. De fait, même si l'upgrade par rapport à cette restauration est un peu limité, il est bien là, et heureusement car on en attendait pas moins vu la différence de flux de restauration.

Pour autant, il faut bien avouer que l'image reste parfois limitée, avec en particulier des fluctuations de densité assez visibles, des remontées assez typiques de grain dans les scènes sombres (capture 29). De même, de nombreux passages restent assez doux, en particulier des passages de jour, tandis que les sections de nuit ont régulièrement un rendu peu détaillé (captures 1 et 15), sans doute d'une part de façon historique, mais aussi sans doute en partie à cause de l'utilisation d'un internégatif et non du négatif original.

Un avantage assez net, par contre, sur l'ancienne restauration 4K est le nouvel étalonnage du film. En effet, l'utilisation d'un internégatif, même si cela vient avec quelques limitations, permet bien plus de choses que l'utilisation d'une copie d'exploitation, et cela se voyait d'ailleurs sur les précédentes éditions Blu-ray, au rendu bien trop contrasté, notamment dans les scènes de jour. Outre un rendu parfois orangé assez marqué (captures 10 et 16), les hautes lumières étaient en effet régulièrement perdues dans un étalonnage trop contrasté (capture 6 typiquement). Ces limites sont ici éliminées, avec un rendu qui semble plus équilibré (cf capture 17 vs 18), moins en dérive (capture 11 vs 12), même s'il peut donner lieu à quelques choix parfois conservateurs et un touche de rose peut-être un peu trop présente (capture 15). De même, les scènes de nuit offrent maintenant un rendu un peu plus nuancé (éliminant en passant la teinte verte de certaines séquences), mais le choix a été fait (ou imposé par le matériel) de noirs plus profonds quitte à perdre un peu en détails dans les zones sombres (captures 23 vs 24 et 29 vs 30). Pour autant, les zones sombres paraissaient souvent ternes ou voilées sur l'ancienne restauration, donc c'est peut-être, au final, un mal pour un bien, même s'il reste difficile de savoir ce qui est le plus fidèle aux intentions d'origine. Cependant, dans l'ensemble, la balance semble positive et de nombreux points de l'ancienne restauration semblent avoir été "corrigés" ici.

Enfin, l'autre avantage est une copie globalement plus propre et plus stable, là où l'ancienne restauration possédait encore tout de même de nombreuses poussières. Il reste par contre encore quelques plans un peu instables. Aucun souci d'encodage à noter, malgré la texture assez marquée du film.

NB : pour chaque couple de captures comparatives, la 1ere est tirée de cette édition Blu-ray britannique, la 2ème du Blu-ray français 2019.

...mais une piste son agréablement surprenante.

La piste son 1.0 est plus directement satisfaisante. On trouve en effet un rendu sonore assez impressionnant pour une simple piste mono, avec notamment une très belle dynamique, une bonne capacité à se projeter et des dialogues se détachant proprement. Elle ne fait, grâce à cela, pas vraiment son âge mais au contraire beaucoup plus fraiche et énergique et soutenant bien l'action à l'écran. Une piste agréablement surprenante, et déjouant les lacunes habituellement rencontrées.

Suppléments

Road Games parait chez Powerhouse/Indicator via une édition limitée à 5000 exemplaires dans le style de leurs collectors de Scum, Night Tide ou encore The Last Movie, à savoir une édition numérotée possédant un boîtier en carton épais rigide regroupant le film dans son boîtier plastique traditionnel, un livret épais (ici 80 pages) et un poster réversible. L'édition est particulièrement chargée, reprenant en majeure partie les bonus disponibles sur les éditions US et australiennes du film et complétant avec le livret, le module de Neil Sinyard et le court-métrage de Richard Franklin.

  • Commentaire audio de Richard Franklin et Perry Martin (2003)
  • Commentaire audio du directeur de la photographie Vincent Monton, la costumière Aphrodite Kondos, la secrétaire de production Helen Watts et le réalisateur Mark Hartley (2019) (enregistré pour l'édition US Shout 2019 du film)
  • Nouveau commentaire audio de Anna Bogutskaya et Olivia Howe (2020)
  • Kangaroo Hitchcock (2003, 20 min 06, 720p) : documentaire d'archive sur le tournage de Road Games
  • Australian Long Haul (2019, 13 min 25, 1080p) : interview de l'acteur Stacy Keach (enregistrée pour l'édition US Shout 2019 du film) sur son personnage de Pat Quid et le fait de travailler en Australie
  • Archival Interview with Richard Franklin (1981, 25 min 31, 1080p upscalé) : interview du réalisateur sur sa carrière et Road Games en particulier
  • Interviews audio de Richard Franklin (2001, 23 min 08), Stacy Keach (2016, 9 min 10) et le coordinateur des cascades Grant Page (2016, 32 min 48) (enregistrées pour les éditions australiennes DVD 2004 et Blu-ray 2016 Umbrella du film)
  • Not Quite Hollywood Interview Excerpts (2008, 1h 03 min 17, 1080p upsalé) : extraits d'interviews de Richard Franklin, Grant Page, Stacy Keach, Jamie Lee Curtis, Everett De Roche et Tom Burstall, enregistrés par Mark Hartley pour le documentaire Not Quite Hollywood (il s'agit du même module que celui trouvable sur les Blu-rays australien 2016 et français 2019 du film)
  • over an hour of outtakes from Hartley’s acclaimed documentary on Australian cinema, featuring 
  • Road Games : A Lecture (1980, 2h 10 min 28, 1080p upscalé) : enregistrement d'archive de Richard Franklin, la co-productrice Barbi Taylor et le compositeur Brian May répondant à de nombreuses questions retraçant l'histoire du film, sa production, ses personnages, etc.
  • Trouble Bound (2020, 12 min 40, 1080p) : nouvelle analyse du film par Neil Sinyard
  • Script Read (1980, 1h 56 min 29) : enregistrement audio d'une séance de lecture de script par Franklin, Keach et Marion Edward durant la pré-production du film
  • Music Demos (1980, 4 min 12) : extraits de bandes demo du score de Brian May
  • ...And His Ghost May Be Heard (1973, 15 min 31, 1080p upscalé, sous-titres anglais optionnels) : court-métrage réalisé par Richard Franklin
  • Bande annonce originale du film (2 min 11, 1080p non restaurée)
  • 2 galeries photos : une pour les photos et le matériel promo du film, l'autre pour les notes de production, le synopsis du film et les rapports de projections test du film
  • Livret de 80 pages composé d'un nouveau texte de 5 pages sur le film par Lee Gambin, une longue interview de 20 pages (parue originellement dans Cinema Papers n°28) de Richard Franklin et couvrant à la fois le film mais plus largement sa carrière, une interview de 4 pages (aussi parue dans Cinema Papers n°28) de Stacy Keach et une discussion entre Keach et Jamie Lee Curtis sur le film (issue d'interviews parues de nouveau dans Cinema Papers n°28), un portrait de 4 pages d'Alfred Hitchcock vu par Richard Franklin (écrit pour Cinema Papers n°27), 2 pages de critiques d'époque du film et enfin un nouveau texte de 2 pages de Mark Hartley sur ...And His Ghost May Be Heard

Les notes

Piste 1 (VO) Audio Vidéo
Version Anglaise 10.5 10.5 / 12 10 / 12
Verdict Bonus Artistique
20.5 / 24 Le Nirvana Un très bon moment en perspective.

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests