TEST BLU-RAY IMPORT : La haine (La Haine)


La haine BFI

B Blu-ray 1080p 1.85:1 - Panoramique AVC-MPEG4 DI - 4K

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 3.8 Mb/s

Autres pistes Français
Sous-titres Anglais
Sortie Blu-ray 23/11/2020
Awards Must Have

Le test

Un joli upgrade sur les précédentes éditions...

La haine a été restauré en 4K en 2019 chez Hiventy, à partir du négatif original 35mm et sous la supervision du directeur de la photo Pierre Aïm (même si Matthieu Kassovitz y a quand même jeté un oeil). C'est cette restauration qui est exploitée chez Studio Canal en France pour leur édition 2020 (Blu-ray et UHD), et c'est le BFI qui l'édite en Blu-ray en Angleterre.

Le résultat est globalement très satisfaisant, et enterre les précédents DVDs et Blu-rays parus en France et ailleurs. La nouvelle restauration 4K permet en effet de retrouver un rendu argentique naturel que ne possédait pas franchement les anciens disques (qui partaient d'un master HD datant d'au moins 2008 et montrant des signes d'accentuation artificielle notamment). Rien de cela ici, mais une image au contraire beaucoup plus propre, plus fine, plus naturelle, plus définie. La haine est un film multipliant les effets de style et cette nouvelle restauration s'en joue fort bien : à part quelques plans truqués (la surprise de Vinz' devant la discothèque) ou dont on suppose les éléments dans un état un peu moindre (le plan aérien sur fond d'Assassin de la police), la définition de l'image est plutôt remarquable, dans les plans serrés (captures 4, 7, 9 et 18) ou plus larges (captures 2, 8, 11 et 14). On soupçonnera cependant un possible léger dégrainage, variable (mais toujours léger) mais qui laisse l'impression d'une patine plus douce que ce que le flux de travail le laissait supposer (captures 5, 13 et 15). Rien de perturbant cependant.

L'étalonnage ultra tranché du film parait très joliment retranscrit (de façon, même, parfois impressionnante). En effet, on retrouve à la fois une belle palette de gris, fine et nuancée, mais avec des hautes lumières totalement brûlées parfois dans le même plan (captures 7 et 8 typiquement). De la même manière, le niveau de noirs peut être à la fois extrêmement profond mais sans pour autant donner l'impression de boucher l'image (capture 9). Peut-être plus que la définition de l'image, c'est cette finesse colorimétrique qui impressionne régulièrement.

Enfin, l'image est parfaitement stable et propre, tandis que l'encodage ne montre aucun problème notable.

...et une piste 5.1 très impressionnante.

Le film a un design sonore extrêmement travaillé et on retrouve cela ici. Dès le début du film, la musique et les effets sonores s'étendent sur l'ensemble des enceintes, offrant une spatialisation et un enveloppement sonore très agréable. La piste est propre et dynamique, les dialogues se détachent bien tout comme la musique, mais c'est vraiment le travail sur les ambiances qui impressionne, avec une multitude de bruitages placés ci et là et composant une ambiance ouverte et très vivante. Le choix de restreindre au contraire le champ sonore dans les scènes parisiennes ne s'en ressent que plus nettement. Un seul petit reproche : des dialogues peut-être très légèrement voilés par moments.

A noter la présence aussi d'une VF 2.0 (non testée).

Suppléments

En France, la ressortie vidéo du film chez Studio Canal s'est avérée très chiche en bonus vidéo, ne reprenant que le documentaire pour les 10 ans du film mais incluant par contre rien de moins que... 3 commentaires audio de Kassovitz sur le film (1999, 2005 et 2020). Il faut dire que le réalisateur a régulièrement enregistré des commentaires audio pour le film : en 1999 pour le DVD français du film, en 2004 pour le Blu-ray UK, en 2005 pour les 10 ans du film, en 2006 pour l'édition Criterion, et donc en 2020 pour les 25 ans du film. Cependant, adieu scènes coupées, casting, répétitions et interviews, pourtant présentes sur le triple-DVD 2005.

Si l'édition BFI ne reprend qu'un seul commentaire audio (le seul commentaire en anglais disponible, celui pour Criterion leur étant exclusif), l'éditeur compense cependant par une nouvelle interview du réalisateur, 2 nouveaux courts suppléments contemporains, et surtout la reprise d'une majeure partie des bonus du triple-DVD 2005 du film (dont le documentaire pour les 10 ans du film). Et par ailleurs, si Studio Canal a l'avantage technique d'inclure le film en UHD et d'inclure le scénario annoté du film (qui est cependant vendu séparément de toute manière), c'est le BFI qui offre clairement le travail éditorial le plus fourni. Attention cependant, il y a un "mais" : outre le fait que les nouveaux suppléments anglais ne sont pas sous-titrés, plusieurs des suppléments d'archives français ont des sous-titres anglais incrustés, dont le long documentaire pour les 10 ans du film...

Disque 1 :

  • Commentaire audio de Mathieu Kassovitz (2004, anglais non sous-titré)
  • Redefining Rebellion (4 min 47, 1080p, anglais non sous-titré) : le critique Kaleem Aftab discute du contenu révolutionnaire du film
  • Screen Epiphany (13 min 54, 1080p, anglais non sous-titré) : introduction du film par l'acteur Riz Ahmed
  • Nouvelle interview (à distance) de Mathieu Kassovitz par Kaleem Aftab (35 min 26, 1080p, anglais non sous-titré)
  • Bande-annonce britannique du 25ème anniversaire du film (1 min 37, 1080p)

Disque 2 :

  • 3 courts-métrages réalisés par Kassovitz : Fierrot le pou (7 min 35, 1080p upscalé, 1990), Cauchemar blanc (10 min 31, 1080p upscalé, 1991) et Assassins (12 min 17, 1080p upscalé, 1992)
  • 10 Years of La Haine (1h 23 min 30, 720p, 2005, sous-titres anglais incrustés) : documentaire rétrospectif sur le film, tourné à l'occasion de son 10ème anniversaire
  • Casting and rehearsals (Casting et répétitions) (18 min 39, 720p, sous-titres anglais incrustés)
  • Anatomy of a Scene (6 min 37, 720p) : coulisses du tournage d'une scène techniquement délicate
  • Behind the scenes (5 min 53, 720p) : coulisses du tournage avec l'équipe du film
  • Colour deleted and extended scenes (Scènes coupées et scènes en couleur) (17 min 21, 720p, sous-titres anglais incrustés), avec la possibilité d'en voir certaines d'entre elles post-facées par Kassovitz (10 min 11, 720p, sous-titres anglais incrustés)
  • 2 bandes-annonces originales du film (29 sec + 38 sec, 1080p upscalé)

En parallèle, l'éditeur a inclus son habituel livret, ici plus épais que d'habitude avec 80 pages au total. On y trouve une préface d'1 page de Kassovitz (1995), un nouveau texte de 6 pages de Ginette Vincendeau sur le film, son ancrage socio-politique et ses points communs avec Les misérables (de Ladj Ly), une nouvelle interview de 9 pages de Kassovitz par Kaleem Aftab, un nouveau texte de 3 pages de Steph Green sur la bande originale du film, un texte de 6 pages de Keith Reader sur les films de banlieue au sens large (1995), un nouveau texte de 6 pages de Kaleem Aftab analysant la dynamique et la symbolique du trio de protagonistes du film, une critique d'époque de 3 pages du film parue dans Sight & Sound, 9 pages d'interviews tirées du dossier de presse d'époque du film et enfin 8 pages détaillant les bonus de cette édition (notamment les 3 courts-métrages de Kassovitz).

Les notes

Piste 1 (VO) Audio Vidéo
Version Française 11 11 / 12 10 / 12
Verdict Bonus Artistique
21 / 24 Le Nirvana Exceptionnel !

Les screenshots

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests