TEST BLU-RAY IMPORT House 1 à 4 (House I - IV)

House 1 à 4

A-B-C | All Zones Blu-ray 1080p 1.85:1 - Panoramique AVC-MPEG4

Version Anglaise PCM 2.0 1.536 Mb/s

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 2.2 Mb/s

Autres pistes Anglais
Sous-titres Anglais sourds et malentendants
Sortie Blu-ray 27/03/2017
Awards Aucun

Le test

Les 4 films de la franchise House sortent en Blu-ray en Angleterre chez l’éditeur Arrow. Faute d’avoir les droits pour l’ensemble des 4 films aux USA, l’éditeur n’a pu y sortir que les deux premiers films de la franchise (les disques sont alors identiques dans les 2 pays).

Les films ont été nouvellement restaurés en 2K à partir d’interpositifs 35mm (internégatif 35mm pour House IV) mis à disposition par Lakeshore. Seul le 3e film semble majoritairement partir d'un master HD pre-existant fourni par MGM (lui aussi créé à partir d'un interpositif).

Il est intéressant de lire les discussions sur les titres de ce catalogue édités par Arrow, car la quasi-intégralité des titres concernés (les 4 films House, Creepshow 2, Crimes of Passion, Dillinger et les 3 films Hellraiser) et restaurés à partir d’interpositifs montrent un cadrage notablement différent de celui visible jusqu’ici, notamment en DVD. On trouve en effet chez Arrow un gain important d’informations dans le cadre, notamment à gauche, ainsi qu’un gain plus léger en haut et en bas. Ce gain d’informations s’accompagne cependant parfois d’entrée dans le champ d’éléments indésirables : le bras d’un preneur son ou la révélation d’un bord de décor (House), une animation non terminée (Creepshow 2) ou les coulisses de SFX (Hellraiser 3).

C’est à nouveau le cas ici, avec au moins les 2 premiers films suivant aussi ce schéma d’informations supplémentaires à gauche, en haut et en bas du cadre, avec au moins 2 erreurs techniques visibles sur le 1er film (captures 5 et 6).

Pour autant, en mouvement, il est difficile de déceler ce décalage et virtuellement impossible de trouver les films décentrés. Si le 1er film semble le plus touché, ne serait-ce que parce que ce changement révèle des erreurs techniques, les 3 autres films semblent moins impactés et il est encore plus improbable de trouver ces films décentrés (captures 2, 3, 7, 10, 14, ...). House III a d'ailleurs le même cadrage chez Arrow que sur le Blu-ray US de Shout! paru en 2013

La question, d’un point de vue plus théorique, reste cependant entière : comment se fait-il que ces sorties semblent systématiquement suivre un processus de restauration donnant lieu à un cadrage au minimum débattable ? Aucune réponse à cette question pour le moment.

 

Ce point spécifique mis à part, les 4 films ont un aspect tout à fait honnête, dans la lignée de ce type de restaurations made in Arrow. L’étalonnage est globalement efficace aussi, même si certaines scènes en extérieur jour du premier film paraissent trop claires, comme surexposées. Difficile de savoir si c’est d’origine, mais ces quelques plans surprennent par leur luminosité très élevée. Le reste du premier film et les 2 premières suites du film sont heureusement plus convaincants et paraissent mieux ajustés.

Si le fait d’utiliser un interpositif plutôt que le négatif original génère une image légèrement moins fine et un peu moins détaillée, le niveau de détails reste bon y compris dans les scènes plus sombres. Le premier film est très légèrement derrière, à cause d’un aspect global très légèrement plus épais, ainsi que des séquences au Vietnam plus douces que le reste du film et de ses suites. Les 2 films suivants ont un rendu visuel plus fin et plus homogène.

La propreté et la stabilité générales sont excellentes pour les 3 premiers films.

Enfin, l’utilisation d’un deuxième interpositif pour recréer le montage européen non censuré de House III ne se voit absolument pas à l’écran.

House IV, par contre, parait être une toute autre bête. L'image est bien plus douce, le niveau de détails régulièrement médiocre même s'il parait visible d'être face à une restauration 2K récente. Le fait d'utiliser un interpositif n'a probablement pas aidé, et on suppose que celui-ci était en plus bien plus doux que les éléments utilisés pour les 3 autres films. Le résultat est clairement décevant de ce côté.

 

En résumé, il est dommage de constater que le coffret est entaché par ces questions autour du cadrage (ainsi que par ces plans extérieur jour trop lumineux sur le 1er film) mais cela a, au final, peu de chances de poser véritablement problème aux spectateurs. Le 4e film, par contre, déçoit visuellement.

Notes : 9.5 / 10 / 10 / 8.5

Captures 1 à 10 : House

Captures 11 à 17 : House II

Captures 18 à 24 : House III - The Horror Show

Captures 25 à 29 : House IV - The Repossession

 

Chaque film propose une piste 2.0 et une piste 5.1. Le 1er film propose en plus une piste 1.0. Les 4 films ont été majoritairement regardés en 2.0. Les pistes 5.1 sont décentes mais manquent de punch et d’ouverture, elles sonnent plus sourdes et étouffées que les pistes 2.0. C’est dommage car elles sont autrement peu farfelues en terme de spatialisation, ce qui leur permet de rester « fidèles » au mixage d’origine.

Les pistes 2.0 sont toutes assez proches les unes des autres : propres, sans filtrage abusif du bruit, avec un côté à la fois ouvert et intelligible mais aussi un peu daté et sans dynamique mémorable. Cependant, elles soutiennent pas trop mal l’action à l’écran sans que le spectateur ait à monter le volume. Pour autant, il ne faudra évidemment pas attendre un déluge sonore.

Le 4e film est là aussi inférieur aux 3 autres, la faute à des pistes sons plus abîmées.

 

L'édition est plutôt chargée et exhaustive, avec notamment des nouveaux documentaires et interviews réalisés pour cette édition. Seul le 3e film se repose un peu plus sur du matériel existant (créé par Shout! pour leur édition en 2015). Chaque film possède son lot de suppléments, trouvables sur le disque concerné. Tous sont en anglais non sous-titré.

House :

Commentaire audio de Ethan Wiley, William Katt, Sean Cunningham et Steve Miner

Ding Dong, You're Dead ! (1h 06 min 39, 1080p) : nouveau documentaire sur le film

Making Of d'archives (24 min 07, 480i)

Bandes annonces du film (59 sec + 1 min 28, 1080p + 1080i)

Teaser (1 min 27, 1080i)

3 spots TV (1 min 31, 1080i, upscalés)

Galerie photos (6 min 54, 1080p)

House II :

 

Commentaire audio de Ethan Wiley et Sean Cunningham

It's Getting Weirder ! (57 min 38, 1080p) : nouveau documentaire sur le film

Making of d'archives (14 min 38, 1080i)

Spot TV (33 sec, 1080i)

Galerie photos (6 min 14, 1080p)

House III - The Horror Show :

Commentaire audio de Sean S. Cunningham

Interviews de Kane Hodder (11 min 08, 1080p), Rita Taggart (10 min 54, 1080p) et Robert Kurtzmann, Greg Nicotero et Howard Berger (16 min 01, 1080p)

Images des coulisses (20 min 57, 1080i, upscalé), principalement centrées sur les scènes à effets visuels

Chutes du montage Workprint (1 mlin 23, 1080p)

Bande annonce du film (1 min 31, 1080p)

Galerie photos (5 min 19, 1080p)

Bonus caché : interview de Terry Alexander (2 min 04, 1080p). Pour y accéder, allez dans les bonus, sur la deuxième colonne des suppléments, et appuyez sur la touche droite de votre télécommande

House IV - The Repossession :

Commentaire audio de Lewis Abernathy

Home Deadly Home (29 min 24, 1080p) : nouveau documentaire sur le film

Bande annonce (1 min 50, 480i)

Galerie photos (3 min 26, 1080p)

 

Le coffret renferme aussi un livre de 148 pages contenant un mélange de nouveaux écrits sur les 4 films (leurs productions, leurs tournages, leurs réceptions) par Simon Barber, des photos d'exploitation et des coulisses des films, les synopsis de chaque film (parfois 3 différents, plus ou moins complets !) et les biographies de certaines personnes de l'équipe des films (ces synopsis et biographies sont considérées comme étant du matériel de presse promotionnel d'époque). En tout, cela donne 40 pages sur House (dont 27 pages de nouveaux écrits), 15 pages sur House II (12 nouvelles), 17 pages sur House III (12 nouvelles) et 17 pages sur House IV (12 nouvelles). Le livre reste très chargé en iconographie, même si la plupart des pages ont du texte : la moitié supérieure de la page est une photo et la moitié inférieure le texte. Cependant, le résultat est plutôt complet même si les suites sont traitées clairement plus superficiellement que le premier film (on le voit directement à la longueur des textes).

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 (VO) Note Son Note Image Verdict Bonus Artistique
Version Anglaise 4.5 Version Anglaise 4 8.5 / 12 9.5 / 12 18 / 24 Le Nirvana Moyen.

Les screenshots

Rémy Pignatiello

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.