TEST BLU-RAY IMPORT The Zero Boys

The Zero Boys

A-B-C | All Zones Blu-ray 1080p 1.85:1 - Panoramique AVC-MPEG4

Version Anglaise PCM 2.0 1.5 Mb/s

Autres pistes Aucuns
Sous-titres Anglais sourds et malentendants
Sortie Blu-ray 25/04/2016
Awards Aucun

Le test

C'est assez incroyable qu'un film aussi mal foutu que The Zero Boys puisse un jour bénéficier d'une restauration 4K, et pourtant. En effet, le Blu Ray exploite une restauration effectuée à partir d'un scan 4K d'un interpositif 35mm du film, le résultat final étant approuvé par le réalisateur.

Le fait d'utiliser un interpositif limite très légèrement l'aspect visuel du film, notamment dans les séquences les moins éclairées (et elles sont nombreuses). Le faible éclairage de ses scènes, probablement couplé à une pellicule pas hyper sensible, génère en effet une remontée de grain significative (cf captures 5, 8 et 12), limitant le rendu visuel de ces séquences.

Cependant, dans l'ensemble, le résultat force le respect par sa propreté et sa stabilité (couleurs comme cadre). Aussi, la numérisation 4K offre un bond important en terme de détails, en particulier dans les séquences les plus éclairées. L'introduction, par exemple, offre un rendu agréablement très éloigné de ce qu'on attendait compte tenu du budget du film.

Enfin, pas de soucis de compression à noter.

 

La piste son est elle aussi agréablement surprenante. Pour une production de ce type et de cet âge, la piste 2.0 est particulièrement dynamique et efficace. Le film se suit avec plaisir, le son étant très propre, ouvert et équilibré.

 

Si Arrow a sorti le grand jeu pour la restauration du film, les suppléments laissent un peu sur notre faim. On ne trouve en effet qu'une étrange interview du réalisateur par lui-même (27 min 48, 1080i), une interview de Kelli Maroney (8 min 20, 1080i) et un commentaire audio de Chris Alexander et Kelli Maroney. Le reste de l'interactivité se compose de 2 clips musicaux (2 min 09 + 1 min 09, 480i), une galerie photos (1080p) et la bande annonce du film (3 min 09, 480i).

Tous ces suppléments sont en anglais sans sous-titres.

Enfin, on trouve l'habituel livret, ici de 24 pages. Il contient un texte de James Oliver sur le film, le replaçant dans le contexte cinématographique de l'époque.

Les notes

Piste 1 (VO) Note Son Note Image Verdict Bonus Artistique
Version Anglaise 10 10 / 12 10 / 12 20 / 24 Correct Maladroit sur de nombreux points.

Les screenshots

Rémy Pignatiello

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.