TEST BLU-RAY 3D : Gravity


Gravity Warner Bros

A-B-C | All Zones Blu-ray 3D 1080p 2.40:1 - Cinémascope MVC DI - ?

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 3.2 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 3.2 Mb/s

Autres pistes Allemand - Espagnol - Italien
Sous-titres Français - Anglais - Anglais sourds et malentendants - Allemand - Espagnol - Italien - Autres
Sortie Blu-ray 26/02/2014
Awards Référence Son VO

Phénomène de fin d’année 2013 (4 millions d'entrées en France et plus de 630 millions de $ de recette à travers le monde), Gravity d’Alfonso Cuarón part avec 10 Nominations pour les oscars 2014, dont celle du Meilleur Film et Meilleur réalisateur. En gestation depuis plus de 4 années, le réalisateur a déployé les gros moyens pour parfaire son œuvre. Pour ce faire le long métrage a été shooté à l’aide de diverses caméras (Arri Alexa M/Arri Alexa/Arriflex 765) en 2.8K natif pour aboutir sur un master de résolution 2K. Le film bénéficia également d’un mixage sonore pointu et poussa le vice jusqu’au Dolby Atmos.

Critique image

4 ans et demi de recherches, de prévisualisations, d’élaborations techniques ont été nécessaires afin de rendre la vision de Gravity aussi fidèle que possible. Car simuler l’apesanteur en prenant en compte l’orbite des astronautes à plus de 27 000 km/h n’est pas une mince affaire. Ne pouvant élaborer des plans séquences de plusieurs minutes à partir du vol parabolique (Apollo 13), de câbles classiques ou de motion capture, l’animation en image de synthèse fut privilégiée. Suite à un montage et des animations réalisées en amont, les prises de vue en salle de motion capture ont servi à l’amélioration des plans animés par ordinateur afin de jouer de concert avec la prévisualisation. L’autre grosse difficulté fut la gestion de la lumière qui n’était pas directe mais réfléchie par les différents objets (en intérieurs) ou sur la terre. Devant tant de travail, le transfert Blu-ray se devait être irréprochable, car lorsque l’on sait aussi qu’une image prend 10 à 15 heures de calcul à raison de 24 images / seconde…

On commence par une vue imprenable sur la planète bleue et on restera subjugué par cette beauté du début à la fin. Aucun répit pour la rétine ne sera accordé, la 3D offre un tour d'horizon où il y a toujours un détail à décortiquer. Il est passé par ici, il repassera par là, on en aurait presque le tournis si la 3D n'était pas savamment dosée. Les stations spatiales et les navettes viennent compléter le tableau avec leurs apparats "or et argent" qui illumineront vos yeux aussi bien que des milliers d'étoiles.

Le ballet incessant de nos spationautes n'aura de cesse d'apporter de la consistance à une image 3D complète. Du relief, de la profondeur, du détail, du jaillissement, rien ne sera oublié, jusqu'à en verser quelques larmes. Difficile de renier quoi que ce soit dans un tel visuel festif, et afin d'enfoncer le clou les intérieurs des stations est à se damner de plaisir.

Un univers 3D tout simplement époustouflant qui est raccords avec une certaine déclaration :

"J’ai été abasourdi, absolument terrassé par le film. Je pense que c’est la meilleure photo de l’espace jamais vue, le meilleur film sur l’espace jamais réalisé. J'avais très envie de voir Gravity depuis un bon moment. Ce qui est intéressant dans le film, c’est la dimension humaine. Alfonso et Sandra travaillent main dans la main pour créer ce portrait limpide d’une femme qui se bat pour rester en vie en apesanteur."

James Cameron.

Critique sonore

Dans l’espace le son ne se propage pas, mais Alfonso ne voulait aliéner les spectateurs avec un silence non maitrisé. Ils ont donc créé une ambiance pour créer le silence et faire passer les sonorités par le ressentie du toucher des personnages afin d’explorer la perception du son.

La bande son a été enregistré à partir des vibrations et l’utilisation de plusieurs outils ambiophoniques afin de faire voyager géographiquement le son avec nous. Les différentes harmonie et mélodies de la musique devaient elles aussi circuler et jaillir de différents endroits pour créer une sensation de désorientation.

"Dans l'espace, on ne vous entendra pas crier!", mais Gravity possède les arguments pour se faire entendre! Nominé aux oscars pour les catégories Meilleur Son et Meilleur Montage Son, il n'y a aucun doute sur ce fait... La bande son est une tuerie totale.

Comme pour la version 2D, les 2 pistes en DTS-HD Master Audio envoient du lourd et sont d'une intelligence rare. Dynamique, effets, spatialisation, clarté font qu'une pluie de détails est perceptible jusqu'au moindre scintillement! Si la version française est d'une classe certaine et rivalise dans tous les domaines avec la version anglaise, il y a juste un petit point qui lui fait perdre de sa superbe.

En effet, la version française souffre de quelques localisations hasardeuses dans le rendu des voix. Il arrive assez souvent que les enceintes employés ne sont pas les mêmes que sur la version anglaise, amputant légèrement l'immersion des mouvements de caméra. A titre d'exemple, lorsque Georges pointe du doigt la station, la rotation de caméra fait passer sa voix sur toutes les enceintes alors que seule la scène avant est exploitée en VF (23'30). Sur un autre passage, les dialogues resteront sur l'avant alors que l'échange englobe le spectateur en VO (26'20)...

Mais ne boudez surtout pas votre plaisir, le spectacle est garantie quel que soit la langue choisit, même si notre préférence se portera sur la VO car elle demeure un brin plus cossu.

Conclusion technique

Gravity en Blu-ray 3D c'est une autre dimension! Bien entendu, l’aventure en 2D vaut le détour, mais c'est en relief que l'immersion prend tout son sens. Cette enivrante sensation est décuplée par un mixage VO parfait. La VF est toute proche, mais des soucis de localisation se font entendre.

Section bonus qui vaut son pesant d'or avec un deuxième écran jouissif.

Indispensable !

Suppléments

Gavity: Contrôle de Mission

- Tout commmence par l'histoire

- Premiers défis: plans larges et apesanteur

- Prévisualiser Gravity

- Les couleurs de l'espace

- Apesanteur

- Tchnologie spatiale

- Sandra et Geaorge: Un couple dans l'espace

- Animation Finale

- Silence absolu

Amerrissage: Découpages techniques

- Derrière la visière

- Incendie dans la station spatiale internationale

- La renaissance du Dr Stone

- Le son de l'action dans l'espace

- Amerrissage

Point de collision:

- la course à un espace sans débris - raconté par Ed HARRIS

ANINGAAQ:

- court métrage de Jonas Cuarón (introduction optionnelle)

 

Matériel de Test
IMAGE   Panasonic TX-P50ST60E – Calibrage : Klein K-10, Xrite i1 Pro, AccuPel
SOURCE Panasonic DMP-BDT500
SON Onkyo TX-DS989 V.2
ENCEINTES Frontales : Jamo S708 / Centrale : Jamo Concert Center 7.2 / Surround : Jamo S708 / Caisson: Yamaha YST-SW300

Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 6 Version Française 5.5 11.5 / 12 12 / 12
Verdict Bonus Artistique
23.5 / 24 Dans les règles Moyen.

Par Frédéric Tribolo