TEST BLU-RAY 3D : Les Immortels


Les Immortels 3D Metropolitan Export

A-B-C | All Zones Blu-ray 3D 1080p 1.85:1 - Panoramique MVC DI - ?

Version Anglaise DTS HD Master Audio 5.1 3.6 Mb/s

Version Française DTS HD Master Audio 5.1 3.4 Mb/s

Autres pistes Aucunes
Sous-titres Français imposé - Français incrusté
Sortie Blu-ray 23/03/2012
Awards Démo Son VO - Référence Image 3D

Critique image 3D

E-X-T-R-A-O-R-D-I-N-A-I-R-E !!! E-X-C-E-P-T-I-O-N-N-E-L-L-E !!! T-I-T-A-N-E-S-Q-U-E !!! D-I-V-I-N-E !!!


Critique sonore

La partie sonore offre un niveau de restitution élevé sur les deux pistes présentes, VO et VF. Sans démériter, la version française manque d'équilibre sur son mixage. La centrale reste en retrait, et les surrounds manque de puissance et d'ampleur. On ressent alors un sentiment d'étroitesse au changement à la volée, plus marqué sur certains passages (prologue, combats). On atteindra alors le summum sur la version originale à la dynamique mieux marquée (impact des coups), et à la finesse des effets surrounds mieux ressentie (cliquetis, bruits métalliques). Attention au puissant canal LFE qui ne se généra pas à assener ses coups de butoir !


Conclusion technique

Les Immortels en Blu-ray 3D, est, en attendant Avatar fin 2012, l'édition 3D à posséder de toute urgence. Une image référence à plus d'un titre. Jamais un film 3D ne m'avait procuré un tel sentiment de confort dans son visionnage. Aucune fatigue, et un émerveillement total. La partie sonore est correcte en VF et exceptionnelle en VO. Enjoy !


Suppléments

Près d'une heure de bonus mais toujours pas d'interactivité. Bonus: - Un travail d'équipe (20'26) - Ce n'est pas un mythe (05'27) - Scènes coupées (33'27) - Bande annonce - Film annonce - Internet Aucune interactivité.


Critique artistique

Un gros travail artistique vous attend. Dommage qu'il n'y ai pas plus de maitrise dans la narration et le rythme.


Les notes

Piste 1 (VO) Piste 2 Audio Vidéo
Version Anglaise 6 Version Française 4.5 10.5 / 12 12 / 12
Verdict Bonus Artistique
22.5 / 24 Correct Moyen.

Par Frédéric Tribolo