TEST XBOX ONE : Anthem


Anthem Bioware

XBOX One All Zones

Catégorie Action
Genre(s) Action-RPG - TPS
Thème(s) Guerre - Science-Fiction - Survie - Exploration - Futuriste - Monde Ouvert - Post-Apocalyptique
Sortie 22/02/2019
Description Anthem est un jeu vidéo d'action-RPG développé par BioWare et édité par Electronic Arts, sorti le 22 février 2019 sur Windows, Xbox One et PlayStation 4.

Le Test

Habitué à créer des univers denses, disposant de nombreux personnages et de décors somptueux, Bioware a fait ses preuves avec des jeux comme Baldur’s Gate, Mass Effect ou encore Dragon Age. Alors que le studio excelle dans les jeux solo, EA est venu les voir en leur proposant de créer un mix entre Mass Effect et Destiny. Une histoire prenante dans un univers où jouer en escouade à 4 est possible… C’est ce que le studio et EA nous avaient promis. Ont-ils réussi leur pari ?

Un Hymne au désespoir

Monde mêlant science-fiction et fantasy, Anthem raconte l’histoire de notre héros vivant dans la région du Bastion, véritable havre de paix créé il y a fort longtemps via l’Hymne de la création par les démiurges. Mais tout ceci arrive à sa fin, puisqu’un groupe de méchants dénommé Dominion et dirigé par l’Observateur, souhaite mettre la main sur cet hymne. Manque de chance, l’hymne ne se laisse pas faire et libère des tonnes de monstres via le Maelström, créé à cause d'une mauvaise manipulation de l’Observateur. Les habitants ne voulant pas se faire dévorer, déploient leurs soldats de première ligne : les Freelancers, qui utiliseront leurs Javelin, des armures typées à la Iron-Man, pour défendre leur bastion. Manque de chance encore une fois, les soldats doivent se replier face à la puissance de l'ennemi, ce qui aura pour effet de faire baisser leur popularité auprès des habitants. Le jeu démarre véritablement deux ans après cet épisode, les freelancers ont perdu de leur superbe, mais le Dominion étant de retour, notre héros ne peut rester sans rien faire.

C'est à partir de ce postulat que le jeu vous lance dans l’aventure et autant le dire tout de suite, vous n’avez besoin que de cela pour comprendre les grands enjeux qu’Anthem vous propose. Le scénario se révèle peu original, puisant des idées à droite et à gauche, pour former un ensemble, qui au final, oscille entre l’incompréhension et le déjà-vu. La faute à une narration en option. Vous devrez parler à de nombreux PNJ qui pourraient être remplacés par un morceau de parchemin racontant la même chose, tellement leurs rôles sont inutiles. Il vous faudra aussi trouver des éléments racontant l’histoire du jeu, écouter des pistes sonores... Tout ceci n’est pas nouveau, de nombreux jeux l’ont déjà fait. Mais dans le cas d’Anthem, ça ne marche pas. Les amoureux de l’univers pourront lire le Codex regroupant toutes les infos, mais pour un studio ayant sorti Mass Effect il y a déjà 12 ans, on s’attendait à plus de dialogues au contenu intéressant.

Une fois le cap du scénario passé, attardons-nous sur l’aspect visuel du jeu. De ce côté, rien à dire, le jeu vaut vraiment le détour. Les décors mélangeant la nature et la technologie sont très réussis. La possibilité de passer d'une petite jungle à une zone vide de flore en naviguant à travers une zone inondée démontre une belle cohésion artistique. De plus, le jeu propose de nombreux petits points visuels qui rajoutent du réalisme à l’univers. Avec ses effets de lumière, ses reflets sur l’armure et ses explosions en tout genre, le jeu en met plein la vue. En revanche il est fort dommage que le titre ne dépasse pas les 30 fps sur console en se permettant de chuter drastiquement lors de certaines séquences de jeu chargées en effets visuels (ou parfois juste en prenant les screens pour ce test).

De la personnalisation, mais pas trop

Une fois le tutoriel fini, vous aurez la possibilité de visiter le fort Tarsis, un petit Hub regroupant les PNJ sur 50 m². Doté d’une ambiance "marché du dimanche matin", Tarsis permet au joueur d’obtenir des contrats, de vérifier les quêtes journalières, de modifier son Javelin, etc. Tout d’abord, le jeu impose la vue à la première personne lors de vos déplacements au fort. Ce parti pris aurait pu nous immerger complètement si seulement le hub n’était pas vide au sens propre comme au sens figuré. Des PNJ vissés sur place, ne bougeant quasiment jamais, répétant la même chose encore et encore. Il vous est possible de jouer les pigeons voyageurs entre certains PNJ pour développer leur backstory et la réputation des freelancers, mais cela n’a que peu d’importance au final. Que reste-t-il donc à faire dans ce fort ? Visiter les boutiques ? Des prix exorbitants pour des items qui changent tous les jours ? Merci, mais non merci. Allons voir du côté de la forge alors.

Avant de se lancer en expédition, il faut choisir un Javelin. Attention car votre choix sera très important puisque vous ne pourrez pas en changer jusqu’à obtenir le niveau suffisant pour en acheter un nouveau... si toutefois vous êtes toujours sur le jeu à ce moment-là ! Anthem vous propose donc de choisir parmi 4 Javelins: du tank en passant par l’élémentaire, le sprinteur ou l’équilibré, chacun y trouvera son compte. Une fois votre Javelin en votre possession, vous avez la possibilité de le personnaliser de fond en comble: choix des armes portées, assignation des pouvoirs aux gâchettes, etc. Chaque Javelin possède des caractéristiques de base et ils vous sera possible de modifier tout cela à la forge. Il est même possible d’acquérir de nouveaux casques, jambes, bras... Malheureusement le jeu n’en propose pas beaucoup pour le moment.

Une fois votre Javelin prêt, il est temps de partir à l’aventure. Les missions proposées sont généralement créées à partir du même moule. Il faudra aller à un point A, se rendre compte que finalement on est au mauvais endroit, tuer quelques ennemis, partir en direction du point B, tuer des ennemis, aller dans une grotte, attendre pendant le temps de chargement, parcourir un mini-donjon et enfin, terminer la mission, ouf. Plus on avance dans le jeu, plus les missions se ressemblent les unes aux autres, le joueur se retrouve donc souvent à rusher les missions sans prendre la peine de s’impliquer dans l’histoire. Heureusement que le gameplay est fun.

Je suis Iron-Ma… Je suis un Freelancer

L’un des rares points positifs, en dehors de la qualité visuelle du titre, c’est son gameplay. Que ce soit le vol, les esquives, les coups au corps-à-corps, tout est fluide et agréable à voir. Par exemple, le colosse repose sur la force brute, à la différence de l’intercepteur, qui se veut être le Javelin le plus rapide, au détriment de sa protection face aux coups. Heureusement qu’il est possible de changer de Javelin entre les missions au bout d’un certain moment, afin d’éviter de rajouter une autre couche répétitive.

Peu de temps après le début du jeu, vous débloquerez la Baie de lancement, une zone annexe au fort regroupant tout ce qui est important pour le end-game. L’occasion rêvée de regrouper les Freelancers au sein d’un même emplacement afin de favoriser la coopération. Dommage que ce ne soit pas le même cas lors des missions, où l’on vous force presque à mettre la partie en public pour être accompagné de 3 autres freelancers qui rusheront les objectifs sans se soucier des autres. Du coup vous serez emmené vous aussi à rusher sous peine de vous faire téléporter plus proche de vos compagnons avec un temps de téléchargement en sus !

Pour que le plaisir d'un jeu prenne tout son sens, il faut que l'on puisse jouer sans être constamment perturbé par des temps de chargement. De ce coté-là, le miracle n'aura pas lieu, les temps de chargement sont le plus gros points noirs du jeu. Non seulement il y en a partout et ils durent tous beaucoup trop longtemps. Un chargement pour le lancement de la mission ou pour retourner dans le fort, OK. Des chargements pendant la mission, pour accéder à une zone de réapparition limitée, ou quand vous êtes trop loin de votre groupe, ou juste à n’importe quel moment où on peut en mettre un, c’est trop. Vous passez plus de temps à attendre qu’à jouer dans ce jeu.

Si d’aventure vous passez outre tous ces problèmes, alors le end-game du jeu s’offre à vous. Vous avez la possibilité de terminer trois forteresses pour obtenir du loot ou alors refaire les missions dans une difficulté supérieure pour obtenir... encore plus de loot. Et c’est là que se pose un nouveau problème pour le jeu : il n’y a pas grand-chose à faire après la fin du jeu. Pour un titre se voulant évolutif, on croise les doigts pour que le contenu s’étoffe dans les mois à venir.

Le Verdict

5.5 / 10

Si Anthem est très beau graphiquement avec un gameplay réussi, de gros points noirs viennent gâcher tout le plaisir du jeu. Le fort ne sert à rien, les missions se répètent trop rapidement, l’histoire ne donne pas envie et les temps de chargement sont interminablement nombreux. On se retrouve alors devant un jeu en Early Access qui est beau, certes, mais vide. Pour un jeu sortant au prix fort, on vous le déconseille à l’heure actuelle. Messieurs de Bioware, on attendra du contenu supplémentaire avant de se (re)plonger dedans...

Les tops
  • Visuellement très agréable
  • Un gameplay efficace
  • De nombreuses personnalisations
  • Des doublages en VO et VF corrects
  • Les effets visuels
Les flops
  • Trop de temps de chargement
  • Des soucis techniques trop présents
  • Répétitivité des missions
  • Des personnages peu intéressants
  • Gros manque de contenu
  • Le fort Tarsis ne sert à rien
  • Un aspect coopération peu pratique

Les screenshots

Par Quentin ELUAU

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests