TEST XBOX ONE : Red Dead Redemption 2


Red Dead Redemption 2 Rockstar Games

XBOX One All Zones

Catégorie Action / Aventure
Genre(s) TPS
Thème(s) Indisponible
Sortie 26/10/2018
Description Découvrez l'histoire d'Arthur Morgan et de la bande de Van der Linde alors qu'ils parcourent les vastes terres sauvages d'Amérique en commettant méfaits sur méfaits dans un seul et unique but : survivre.

Le Test

Depuis 2010, nous étions sans aucune nouvelle sur une hypothétique suite du très bon Red Dead Redemption et l'attente en devenait de plus en plus frustrante. Entre temps un certain GTA 5 a conquis le marché et battu tous les records... Il aura fallu attendre la fin du raz de marée GTA pour que Rockstar nous annonce qu'ils avaient remit les mains à la pâte afin de nous offrir le second volet de son "univers de Cowboy". Le moins que l'on puisse dire, c'est que Red Dead Redemption 2 a prit son temps pour arriver et qu'il est enfin disponible depuis le 26 octobre. L’attente fut-elle bénéfique ? Avons-nous à faire avec un gros flop ?

Once upon a time in the Wild West 

Si vous espériez vivre la suite directe du premier jeu du nom, alors vous allez être déçu, car Red Dead Redemption 2 est un préquel aux évènements du premier Red Dead Redemption. Le jeu démarre en pleine tempête de neige et vous êtes à la recherche d'un lieu de repos. Échaudés par le vent et le froid, la troupe s'installe et essaye d’apaiser les tensions. Une fois le calme revenu, votre chef, Dutch, vous demandera de l'accompagner pour retrouver les éclaireurs. Une fois cette première mission terminée, vous rentrerez dans le vif du sujet et le jeu démarrera véritablement. Désormais vous aurez la possibilité de remplir des missions secondaires auprès des personnes de votre campement. Cela vous permettra alors de vous familiariser avec le jeu ainsi qu’avec la bande à Dutch qui vous accompagnera tout au long de votre aventure. Chasse, pillage, traque et autres joyeusetés seront au rendez-vous de ces premières heures de jeu qui feront office de premier chapitre. Nous ne détaillerons pas plus le scénario du jeu afin de vous laisser l'apprécier à sa juste valeur. Précisons tout de même, que la narration se révèle intéressante dans l’ensemble, bien que certaines séquences soient en deçà au niveau de la mise en scène (dialogue/réalisation/intérêt). Le jeu vaut le coup d’œil si vous êtes un minimum attiré par l’univers du Far West, des cowboys et autres chasses aux bisons. 

La petite famille dans la montagne

À la différence de Red Dead Redemption où vous deviez uniquement gérer votre personnage, vous aurez la lourde tâche de rendre habitable le campement pour une quinzaine de personnages. Vous devrez donc remplir les missions secondaires de votre " Famille" afin d’améliorer la qualité de vie du campement. Concernant ces arcs narratifs, leurs intérêts premier est de donner de l’épaisseur aux personnages du campement afin de mieux les connaitre afin de faire naitre de l’empathie envers eux. Chacun à son histoire et ses démons intérieurs. Pour faire avancer l'histoire, la majorité d'entre eux vous confieront des missions secondaires jusqu’au bout du jeu. Tout ceci nous permettra d’en savoir plus sur la bande à Dutch que nous avions déjà croisé dans le premier volet. On regrette malheureusement que pour terminer les arcs narratifs des personnages secondaires il nous faudra environ une cinquantaine d'heures de jeu. On voit bien là une façon détournée de rallonger la durée de vie du jeu, car ces histoires auraient pu arriver bien plus tôt si elles n’avaient pas été autant étirées.

Mais que serait cette bande sans Dutch ? Véritable pilier charismatique et fascinant, il fera tout pour protéger sa famille (ses enfants comme ils les appellent), jusqu’à prendre des décisions parfois illogiques sur le long terme juste pour l’appât du gain. Ce sera donc à vous, Arthur Morgan, bras droit de Dutch, de réparer les pots cassés et d’assurer la cohésion du groupe. Tout ceci aura des conséquences sur le monde qui vous entoure. Prenons un exemple : après une mission vous demandant de récupérer un membre de votre famille retenu en prison, une prime sur votre tête sera mise en place dans une vaste région de la carte. Par conséquent, les membres de votre famille auront des réflexions à votre sujet. Ces réflexions pourront êtres bonnes ou mauvaises, tout dépendra de votre karma, de votre réputation ainsi que de l’état d’esprit général de vos compagnons d’infortune.

En plus de devoir gérer les missions pour votre campement, vous devrez également veiller à leur confort. Nourritures, munitions et médicaments seront les principales ressources à acquérir pour maintenir une qualité de vie correcte. Vous aurez aussi la possibilité entre deux missions de participer à une partie de poker, de dominos ou encore de black jack. Tout ceci est mis en place dans le but de vous faire sentir proche de cette grande famille, de créer et de développer des liens avec eux dans les missions qu’ils vous confieront. On le constate par exemple avec John Marston qui, au fur et à mesure des missions, montera en grade, passant du simple garde du campement à un allié de choix lors de certaines missions.

Tout ceci est installé et présenté via le scénario et les dialogues du jeu. Le plus important n’est pas la destination, mais le voyage, et cela, Rockstar l’a bien compris.

C’est beau, mais qu’est-ce que c’est long 

Si le scénario du jeu n’est pas révolutionnaire et se laisse suivre sans grandes difficultés, découvrir l’univers de ce jeu et tous les secrets qu’il renferme est une autre histoire. Tout d’abord, l’environnement aride et désert du premier volet laisse place ici à de vastes prairies, des montagnes enneigées et autres zones marécageuses. Le travail sur l’ambiance et la crédibilité a atteint un niveau rarement vu dans un jeu vidéo. La faune et la flore ont été aussi plus développées que dans le premier volet afin de ravir ceux qui se sentent collectionneurs et chasseurs. La distance d’affichage (profondeur de champ) est conséquente et certains plans étonneront autant par leur jeu de lumière et effet volumétrique sur la fumée, que du point de vue photo-réaliste !

Bien que le jeu soit beau et vivant, son principal défaut est le temps qu'il faudra pour se rendre à cheval aux endroits spécifiques  pour mener à bien une mission. Les déplacements sont tout à fait classique dans un open-world mais dans le cas de RDR2, il n’est pas rare de passer plus de temps à se rendre au point de rendez-vous que de remplir la mission. Cela à pour but de donner de la crédibilité et du réalisme à l’univers "Cowboy", mais quand on doit traverser la carte d’un bout à l’autre et que le système de fast-travel incorporé est bancal, alors çà commence à devenir long au bout de 50 heures de jeu. En effet, le fast-travel est basé sur un système de diligences et de trains que vous pourrez utiliser. Malheureusement, le système n’est pas trop au point et vous demandera souvent d’attendre pour pouvoir vous en servir. 

Et on peut faire quoi dans ton jeu de cowboy ?

Toujours dans l’esprit du jeu à monde ouvert ultime, Red Dead Redemption 2 propose de nombreuses activités et autres joyeusetés à faire pendant votre aventure. Concernant Arthur, vous pouvez acheter des vêtements pour lui faire une garde-robe digne des plus grands brigands de l’époque. De même, vous avez la possibilité de modifier sa coupe de cheveux et sa pilosité faciale, ainsi que de surveiller sa nutrition. Un Arthur trop alimenté, ou sous-alimenté n’est pas un Arthur en parfaite santé. Cela aura des conséquences sur votre aventure. En n’ayant pas une alimentation parfaite, vous perdrez de l’endurance plus vite, vous mettrez plus de temps à améliorer vos capacités, etc.

Dans un autre registre, plus de 60 armes sont disponibles dans le jeu, à vous de trouver celles qui vous correspondent le mieux. Non seulement il vous sera possible de les améliorer, mais il faudra aussi penser à les nettoyer occasionnellement durant le jeu afin d’éviter qu'elles ne s’enrayent au mauvais moment.

Du côté des activités vous aurez le choix parmi plusieurs mini-jeux dont le black jack ou le poker. Plus de 550 éléments sont à trouver dans l’encyclopédie du jeu : plus de 170 animaux, 20 races de chevaux, de nombreux secrets, etc.

En plus de tout cela, le jeu se permet de lancer, au gré de votre aventure, des événements aléatoires. Vous aurez donc le choix entre sauver le prisonnier qui crie haut et fort qu’il est innocent pendant qu’il se fait emmener à la potence, ou de retourner cueillir des fleurs à proximité. Tout ceci aura un effet néfaste ou bénéfique sur votre karma. Celui-là même qui donnera un sentiment de bien-être ou de malaise au reste de la population quand vous rentrerez en contact avec eux.

Tout ceci fait que le jeu propose une durée de vie conséquente : entre 50 et 60 h de jeu pour l’histoire principale (dont une grosse partie en balade à cheval rappelons-le) et entre 20 et 30 h de plus pour toutes les activités secondaires.

Il y a un serpent dans ma botte

On aurait pu croire que tout était idyllique dans RDR2, mais ce n'est pas le cas. Si certains point de détails peuvent faire sourire certains, pour d’autres c’est une trahison.

Tout d’abord, les déplacements à cheval. C’est bien, on sent la liberté que procurent ces balades, malheureusement certains passages pour aller d’un point A à un point B sont trop long et on s’ennuierait presque s’il n’y avait pas d’éléments aléatoires pour nous réveiller. Heureusement il est possible d’activer la vue cinéma qui, pour peu qu’on se soit posé sur une route, nous emmène directement à l’endroit sélectionné en profitant de plans de caméra et de point de vues travaillés.

On constate au bout de quelques heures de jeu une certaine lourdeur du personnage, Rockstar voulant miser sur le réalisme, il n’est pas rare de voir notre héros se prendre des murs ou des objets lorsqu’on se trouve dans des endroits exigus. Une vue FPS est de la partie, mais celle-ci se retrouve isolée pour les gunfights car il faut bien dire que si la balade à cheval en vue FPS est sympathique, elle n'est pas très adaptée.

Le sang-froid (faculté du premier volet permettant de ralentir le temps pour mieux viser) est de retour dans une version améliorée. Il est maintenant possible de voir les points faibles de l’ennemi lors du ralentissement. Est-ce que tirer une balle dans le bras gauche d’un ennemi est plus bénéfique qu’une balle dans la tête ? Pas vraiment, mais au moins cela a le mérite d’être présent, même si ce n’est pas très utile.

Le jeu dispose par ailleurs de quelques séquences d’infiltration, et on voit tout de suite que ce n’est pas le fort de Rockstar, il est bien plus simple de foncer dans le tas en enchaînant les headshots, que de réussir une mission complète sans se faire repérer, dû à la lourdeur du personnage entre autre.

Pour terminer, parlons un peu du travail colossal effectué sur l'environnement sonore qui est l'un des points forts du jeu. Sachez que plus de 190 morceaux différents ont été composés pour Red Dead Redemption 2 ! On notera que le casting vocal est juste parfait, quel bonheur de réentendre John Marston ! L'ambiance n'est pas en reste non plus, le travail sonore nous ferait presque voyager les yeux fermés.

Mais que serait le travail sonore sans la mise en scène digne des plus grands films de Western ? Rien et ce n’est pas un secret, Rockstar a toujours puisé quelques idées dans le cinéma (GTA Vice City étant une grosse repompe de Scarface par exemple). Red Dead Redemption 2 fait honneur au western spaghetti, en nous offrant, lors des cinématiques, de magnifiques mises en scène et une photographie exemplaire. Dans ces cas là, on nous ferait presque oublier que l’on joue à un jeu vidéo.

Le Verdict

8 / 10

Est-ce que l’on peut déjà affirmer que Red Dead Redemption 2 est le jeu de l’année ? Voire de la décennie ? Je ne pense pas. Bien qu’il soit très bon, de nombreux problèmes inhérents aux jeux en monde ouvert font que ce second volet atteint le haut du panier, mais ne sort pas véritablement du lot. Le jeu propose une très bonne histoire, des développements de personnages fins et agréables, des décors somptueux et un travail sonore remarquable. Mais le tout est dérangé par de nombreux bugs sans réelles conséquences et un personnage trop lourd... Tout ceci n’en fait donc pas le jeu de l’année, mais il offre tout de même une épopée comme on en voit peu dans le jeu vidéo à l’heure actuelle.

Les tops
  • Visuellement bluffant
  • Excellente durée de vie
  • Un travail sur l’ambiance visuelle et sonore
  • Certaines missions sortent du lot
  • Les relations entre les membres de la bande
  • Énormément de choses à faire sans être illogique
Les flops
  • La lourdeur du personnage
  • Les longs déplacements à cheval
  • L’IA des ennemis pas toujours au top
  • L’infiltration en retrait
  • Des bugs à foison (mais peu sont vraiment dérangeants)

Les screenshots

Par Quentin ELUAU

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Tests