TEST XBOX ONE : Final Fantasy XV


Final Fantasy XV Square Enix

XBOX One All Zones

Catégorie Jeu de rôle
Genre(s) Action-RPG
Thème(s) Guerre - Science-Fiction - Héroic Fantaisy - Exploration - Monde Ouvert - Ambiance
Sortie 29/11/2016
Description Final Fantasy XV annoncé originellement sous le titre Final Fantasy Versus XIII, est un jeu vidéo développé et édité par Square-Enix, prévu pour le 29 novembre 2016 sur PlayStation 4 et Xbox One. Il fait partie de la compilation Fabula Nova Crystallis Final Fantasy aux côtés de Final Fantasy XIII, Final Fantasy XIII-2, Lightning Returns: Final...

Le Test

Il était temps. On peut enfin mettre la main sur le jeu que les fans de la série et des RPG attendaient depuis plus de 10 ans. 10 ans pendant lesquelles le jeu a été officialisé, renommé, annulé, pour être repris à zéro pour la PlayStation 4 et la Xbox One... On ne reviendra pas sur le développement chaotique du jeu et nous nous concentrerons sur le résultat... Final Fantasy XV est enfin là, mais tant d'années de développement ont-elles été bénéfiques ?

Fabula Nova Crystallis

Avant toute chose, mettons en place le contexte. Final Fantasy XV se déroule, entre autres, dans la ville d'Insomnia, capitale du royaume du Lucis. Ce dernier est en guerre depuis longtemps contre l’empire du Niflheim, qui veut agrandir ses frontières de manière peu conventionnelle. Vous incarnez Noctis, Prince d’Insomnia, qui sera envoyé par son père hors de la capitale avec ses compagnons Gladiolus, Prompto et Ignis, afin de retrouver Lunafreya, Oracle et amie d’enfance de Noctis. Durant vos recherches, le roi signera un traité de paix avec l’ennemi, malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu et l’empire attaque la capitale...

Il est important de préciser qu’il est préférable de voir le film Final Fantasy XV : Kingsglaive avant de jouer au jeu. Chronologiquement, le film se place juste avant la fin du chapitre 1 permettant de mieux saisir les enjeux qui pèse sur Noctis.

Le monde ouvert de Final Fantasy XV est l'un des plus beaux que les consoles aient offert depuis plusieurs années

Le jeu commence alors sur vous et vos compagnons en train de pousser la Regalia: voiture royale ayant appartenu au Roi, tombée en panne d’essence à quelques centaines de mètres de la station la plus proche. Vous pourrez en profiter pour admirer le paysage qui s’offre à vous et pour le coup, l’attente en valait la peine. Le monde ouvert de Final Fantasy XV est l'un des plus beaux que les consoles aient offert depuis plusieurs années. Que ce soit en montagne, en ville, sur la plage ou dans le cratère d'un volcan, la distance d’affichage est saisissante, les effets de lumières sont très bien travaillés. Le jeu bénéficie aussi d’un système de gestion dynamique du temps et de la météo tout à fait correct. Tout n’est cependant pas parfait puisqu’on constate un peu d’aliasing sur les ombres et dans les cheveux des personnages.

Un monde ouvert, mais rempli de vide

Final Fantasy XV propose aux joueurs un monde ouvert où l’exploration est récompensée. Avec une zone de jeu relativement grande (environ 15 minutes en voiture pour aller d’un bout à l’autre), il est préférable de vous balader à pied et plus tard dans le jeu à dos de chocobos. Vous pourrez ainsi y dénicher tous les trésors repérables grâce aux points lumineux les représentant. Des aires de repos sont dispersées un peu partout le long des routes comprenant restaurants, magasins, lieux de détente et quêtes annexes.

Les restaurants vous permettent de manger pour bénéficier d'un boost pour vos personnages (durée limitée), de vous renseigner sur tout ce qu’il y a aux alentours et de choisir une quête de chasse. Ces quêtes, secondaires, permettent à votre équipe d’aller chasser des monstres plus forts que ceux que vous pourriez rencontrer en temps normal. Un système de rang est mis en place afin de vous proposer des chasses à votre niveau, tout en bloquant celles jugées trop difficiles pour votre niveau actuel.

Les magasins quant à eux sont là pour vous permettre d’acheter des items essentiels à votre survie (potion, élixir, queue de phénix...), mais aussi des composants pour la Regalia et les OST des Final Fantasy précédents ! Vous pourrez alors, moyennant quelques gils (la monnaie du jeu), écouter les meilleurs morceaux des précédents opus de la saga.

Les aires de repos proposeront très souvent des hébergements contre quelques gils. Cela vous permettra de dormir et ainsi engranger l’expérience gagnée lors de vos affrontements et quêtes terminées. A noter qu'un bonus multiplicateur d’expérience plus ou moins élevé fera partie de l'équation suivant l’endroit où vous dormez. Si vous êtes radin, les sanctuaires vous permettront de gagner l’expérience accumulée sans multiplicateur cette fois-ci, mais avec la bonne cuisine d’Ignis en prime.

En plus des contrats de chasse, le jeu dispose de missions secondaires indiquées par des points d’interrogation sur la carte. Elles disposent d’un très léger fil scénaristique qui se résume essentiellement à récupérer un objet, tuer un certain type et nombre de monstres, de prendre des photos d’endroits particuliers... Avec plus de 200 quêtes secondaires en comptant les explorations de donjons, les contrats de chasse, etc, on peut très vite être dégoûté de ce style de "missions quêtes Fedex". Mais bon, quel RPG ne propose pas son lot de quêtes Fedex du même genre ?

Pour en terminer avec le côté exploration, il serait adéquat de préciser que se balader la nuit en ayant un faible niveau, n’est pas la meilleure des idées... En l’absence de lumière les Dæmons sortent de leurs grottes et se baladent librement dans la région, ce qui peut vous poser de menus problèmes puisque certaines quêtes et chasses ne sont accessibles que la nuit. De plus, il ne faut pas oublier que la région est annexée par l’ennemi, il ne sera donc pas rare de voir débarquer un vaisseau larguant quelques ennemis sur votre route. Si cet élément de gameplay se veut logique du point de vue du scénario, il est regrettable de les voir apparaitre trop souvent, allant jusqu’à 4 vaisseaux en moins de 5 minutes.

Un système de combat nerveux

Attaquons maintenant la partie sensible de ce Final Fantasy, le système de combat. Au revoir le tour par tour classique à la série et accueillons chaleureusement un système de combat qui se veut plus rapide et plus nerveux. À la vue des premières démos, on ressentait quelques craintes du côté de la caméra et de la lisibilité des combats en général. Concernant la caméra, celle-ci doit rester fluide pour suivre les mouvements de Noctis, des ennemis que l’on cible et des compagnons lors de leurs attaques spéciales. Peu de problèmes sont à signaler au niveau du cadrage grâce au dernier report avant la sortie du jeu et au patch Day One. Il est bien sûr un peu compliqué de voir l’action si notre personnage se retrouve dos à un mur ou contre un arbre. Pour la lisibilité en général, le constat est un peu moins positif. Plus il y a d’ennemis, plus la lisibilité est floue et on se retrouve souvent à appuyer frénétiquement le bouton d’action afin de frapper dans le tas en espérant toucher le plus d’ennemis.

Final Fantasy XV dispose d’un système tactique peu visible aux premiers abords

Chaque type d’armes (au nombre de 8) possède des mouvements spécifiques. Ainsi, attaquer avec une épée à deux mains en indiquant un mouvement avec l’attaque permet de donner un coup descendant ou faire un balayage sur une grande zone. Il est donc nécessaire de bien analyser les ennemis en face de soi afin d’adapter les combos que l’on va placer. Vous pourrez récupérer durant votre périple des armes fantômes ayant appartenu aux anciens rois et uniquement sélectionnable pour Noctis. Ces armes, plus puissantes que la moyenne, peuvent se montrer dévastatrices si l’on oublie que chaque coup porté avec elles vous fait perdre des points de vie. À utiliser avec modération.

Mais le gameplay ne se porte pas uniquement sur l'attaque, vous pouvez aussi vous défendre... Noctis possède en effet un talent lui permettant d’esquiver automatiquement les attaques. En échange de quelques PM (points de magie), vous pouvez alors éviter les attaques en maintenant la touche adéquate enfoncée ou en appuyant dessus au dernier moment, ce qui vous permettra de faire une contre-attaque sur l’adversaire. Final Fantasy XV dispose donc d’un système tactique peu visible aux premiers abords. Il est plus présent quand vous essayez de vous attaquer à un ennemi plus fort que le groupe. Il est par ailleurs possible de déclencher des combos avec vos compagnons en attaquant un ennemi de dos.

Des menus denses et une magie quasiment inutile

Les menus de Final Fantasy XV ne font pas partie des plus faciles à appréhender. Bien que le tout se veut plus simple, vous vous perdrez facilement lors des premières heures de jeu dans tous ces menus qui se proposent à vous.  Chaque action spéciale faite pendant votre aventure vous rapportera des PC (points de compétence). Ces points vous permettront d’améliorer Noctis et ses amis via un système de Sphérier bien connu des aficionados de Final Fantasy. Ici, toutes les compétences sont divisées en plusieurs catégories afin de pouvoir choisir quel point on souhaite améliorer au détriment d’un autre. Il faudra choisir judicieusement, car acquérir certaines sphères n'est pas donné, tout du moins au début du jeu. On peut passer d’une sphère demandant 32 PC à une autre demandant 999 PC... Chaque catégorie apporte évidement ses spécificités au gameplay: augmentation des dégâts magiques, attaques spéciales des coéquipiers, gain de PC lors des activités...

Une dimension magique intéressante dans sa conception malheureusement gâchée dans son exploitation

On en vient donc à la magie. Pour créer vos magies il vous faudra récupérer des essences élémentaires dispersées un peu partout sur la carte. Après c’est à vous de jauger comme bon vous semble vos sorts en y intégrant des essences magiques et des catalyseurs afin d’augmenter drastiquement leurs niveaux. L’idée est sympathique, mais malheureusement mal amenée manette en main. On se retrouve alors à lancer des magies comme des grenades (visée en arc de cercle) et qui peut toucher les alliés.

Petite note concernant les invocations, les utilisées à chaque combat pour en finir le plus vite possible est impossible. Ici, les invocations sont des divinités dont les conditions d’invocation diffèrent: lieu et durée du combat, membres du groupe encore debout... On se retrouve alors à croiser les doigts lors des affrontements corsés pour qu’une des divinités accepte de venir nous aider. Par contre, les entrées en scène des invocations sont, pour le coup, spectaculaires.

Pour conclure avec le gameplay, le mappage des touches n'est pas des plus convaincants. Par exemple, la touche du saut est la même que celle pour effectuer une action (ramasser un item, parler à quelqu'un). Le même type de problème est discernable avec la touche faisant apparaitre la carte qui se retrouve dans le combo pour cibler un ennemi.

Une narration faible, mais des musiques marquantes

Dernière partie de ce test et pas des moindres, la narration et la musique de cet opus. Concernant la narration, elle est finalement moins impressionnante que pour les autres volets. Certes, l’histoire se veut moins longue que pour un Final Fantasy VII par exemple, mais elle se différencie en étant plus compacte et plus humaine. On a envie de suivre les aventures de cette équipe et on a envie de voir Noctis prendre sa place sur le trône. Mais cela passe par une narration parfois mal amenée. La faute à des personnages secondaires souvent en retrait et un manque d’informations claires sur certains points de l’histoire. On peut aussi parler du chapitre 13 dont on se demande "pourquoi ils ont fait cela". Sans spoils, le jeu passe dans un simili survival-horror peu convaincant et très répétitif.

Concernant la musique de ce volet, nous la devons à Yoko Shimomura, qui compose aussi sur la série des Kingdom Hearts. Rien à redire sur ce point, le travail est saisissant et certaines mélodies valent clairement le détour à elles seules. Notons au passage l’apparition de la VF, une première dans un Final Fantasy, et qui s’en sort plutôt bien tant au niveau du casting qu’au niveau de l’interprétation.

Le Verdict

7 / 10

Final Fantasy XV n’est au final pas la perle que le monde attendait. Histoire plus courte, mais disposant de personnages plus attachants, d’un monde ouvert immense, mais quand même plutôt vide si l’on y enlève les quêtes annexes. Développement chaotique, budget explosé, trous scénaristiques et j’en passe, le développement du jeu n’a pas été de tout repos jusqu’à sa sortie. Heureusement que tout n’est pas mauvais. La VF n’est pas mauvaise, au contraire, la direction artistique du jeu est plaisante et les compilations de musiques des anciens volets viennent brosser le fan de la saga dans le sens du poil. Il en ressort alors une sorte de version alpha de ce que sera la saga Final Fantasy à l’avenir. Rendez-vous à nouveau dans 10 ans pour le seizième volet ?

Les tops
  • Les décors et les panoramas
  • Le travail d’Yoko Shimomura sur la musique
  • La Version Française
  • Des passages marquants
  • Le système de combat plutôt nerveux
  • Les donjons et les profondeurs du Lucis
Les flops
  • La lisibilité en combat qui n’est pas toujours parfaite
  • Des petits problèmes techniques
  • Certains personnages secondaires en retrait
  • La magie sous-développée
  • Les quêtes Fedex qui vont en démoraliser plus d’un
  • Le chapitre 13 que l’on peut trouver inutile
  • Le mappage des touches

Les screenshots

Par Quentin ELUAU