TEST PC : Cuphead


Cuphead Studio MDHR

PC All Zones

Catégorie Action
Genre(s) Combats - Plates-formes - Beat'em All
Thème(s) Ambiance - Surréaliste - Comédie - Humour - Coopération
Sortie 29/09/2017
Description Cuphead est un jeu vidéo d'indépendant de plate-forme d'arme à feu Shoot 'em up, créé par des frères canadiens : Chad et Jared Moldenhauer, employés du Studio MDHR. Le jeu a été inspiré par les œuvres de réalisateurs de dessins animés des années 1930 comme les studios de Max Fleischer. Cuphead est prévu de sortie en 2017 sur Windows...

Le Test

Véritable OVNI vidéoludique de par son aspect graphique, Cuphead fit parler de lui pour la première fois lors de l’E3 2014 via un trailer qui envouta les joueurs grâce à son style de jeu dans un univers cartoon des années 30 accompagné par une bande-son qui collait parfaitement. Le jeu imaginé par les frères Moldenhauer mis plus de temps que prévu pour arriver dans nos salons. Afin d'allonger la durée de vie, ils ont jugé bon de rajouter des phases complètes de gameplay et c’est finalement fin septembre 2017 que Cuphead se dévoile enfin...

On ne plaisante pas avec le diable

Alors que Cuphead et Mugman s’en allaient dans un casino pour s’en mettre plein les poches, ils firent la connaissance du propriétaire des lieux qui se révéla être le Diable en personne. Il leur proposa alors un pari fort alléchant : une victoire sur un lancé de dés. Si les deux compères gagnent, ils repartent avec tout l’argent du casino, sinon, leurs âmes appartiendront au Diable. Manque de bol, c’est le propriétaire qui gagne. Les deux héros souhaitant garder leurs âmes n’ont d’autres choix que d’aller quérir les contrats des personnages vivants sur Inkwell Isle ayant perdu leur pari avec le Diable. Armées d’un tir magique sortant de leur index et d’une capacité à dasher sur une courte distance, Cuphead et Mugman partent donc en quête des fameux contrats du Diable.

Retour vers les années 30

Après un court tutoriel, vous accédez à la première partie de l’ile. Dès le premier monde, le jeu ne vous fera pas de cadeaux avec 2 niveaux de difficulté : facile et normal. Pour avancer vous devrez affronter les boss afin de récupérer leur contrat... Mais pour se faire, il faudra les vaincre en mode normal! Jouer en mode facile vous permettra uniquement de continuer le jeu sans pouvoir prétendre à l'affrontement final et par la même occasion,  terminer le jeu. Il va donc falloir souffrir pour atteindre le but ultime.
Cuphead vous offre la possibilité de vous déplacer librement sur la carte et de choisir l’ordre dans lequel vous allez affronter les boss. Chaque zone terminée débloquera un raccourci/chemin pour continuer à avancer. Une boule bleue rebondissante, un duo de crapauds, une femme-avion sur un monocycle feront donc partie de vos premiers adversaires. Nous vous laissons la surprise quant au reste des ennemis à affronter, mais sachez que le travail apporté à leurs créations vaut le coup d’œil.

Visuellement, il n’y a rien à redire. Que ce soit les animations des héros ou des boss, leurs transformations ainsi que les décors en aquarelle, tout est mis en place pour nous faire voyager en 1930. La musique y est aussi pour quelque chose. Signée Kristofer Maddigan, la BO du jeu retranscrit parfaitement lui aussi l’univers des années 30. On peut ainsi passer d'un côté jazz à un genre plus pêchu pour coller aux boss, etc (vous pouvez acheter l’intégralité en vinyles ici ). On est juste déçu que la musique recommence au début après chaque mort, empêchant l'écoute totale des morceaux.  On notera une modification du rendu des bruitages du jeu. L'ensemble reste désormais assez discret comparé aux versions previews et autres vidéos de gameplay dévoilées pendant le développement.

Tout n’est pas rose à Inkwell Isle

Bien que le jeu réussit parfaitement à nous séduire avec son univers coloré et ses musiques entrainantes, il nous faut maintenant nous pencher du côté du gameplay. Précisons pour commencer que le jeu peut se jouer en coop locale sur un unique écran. Cuphead se base sur un gameplay différent suivant le niveau auquel vous êtes confrontez. Le plus commun sera l’affrontement sur terre contre les boss, qui vous demandera adresse et mémorisation des patterns ennemis pour triompher. Vous aurez aussi une variante en mode avion. Les créateurs du jeu voulant renforcer la durée de vie, ont incorporé de nouvelles phases avec le mode "Run & Gun". Ce dernier se révèle être finalement le moins intéressant du jeu. Si ses séquences de jeu ne sont pas mauvaises, elles ne sont clairement pas au niveau des phases d’affrontements pour les contrats.

Afin de faciliter votre aventure, vous aurez la possibilité d’acheter auprès d’un marchand des améliorations pour votre personnage. Vous pourrez les acquérir en échange de pièces obtenues dans les niveaux de plates-formes. À vous donc de tester et de trouver ceux qui vous correspondent le plus: tirer des projectiles en arc de cercle ou revenant en arrière, obtenir un cœur en plus ou un dash rendant invincible... Tout est bon pour avancer.

À force de vouloir bien faire, le jeu se met involontairement des bâtons dans les roues. Cela se voit tout particulièrement lors de certains affrontements où la lisibilité ne sera pas votre plus grande alliée. Il n’est donc pas rare de se prendre un projectile ennemi alors que de légers éléments du décor passent en premier plan cachant alors votre personnage. On pourrait penser que jouer avec un partenaire rendrait le tout plus simple ? Oui et non. Si le jeu devient plus facile à 2 contre 1, la lisibilité en prend elle aussi un coup. Heureusement qu’il est possible de ressusciter votre partenaire s’il se retrouve en état de fantôme.

Le Verdict

7 / 10

Véritable pépite visuelle et auditive, Cuphead est un parfait hommage aux dessins animés des années 30. Le jeu vous portera dans son univers, mais ne vous fera pas de cadeaux pour en voir le bout. Le titre se retrouve alors entaché par une lisibilité imparfaite ainsi que des patterns d’ennemis parfois un peu injustes. Si vous n’avez rien contre le die-and-retry, alors laissez-vous tenter par l’aventure.

Les tops
  • L’univers visuel
  • La BO impeccable
  • La personnalisation du héros
  • Il va falloir s’accrocher pour voir la fin
  • Petit prix
Les flops
  • Soucis de lisibilité
  • Un mode coop sympathique, mais apportant quelques problèmes
  • Il ne faut pas avoir peur du die-and-retry
  • Impossible de voir la fin en mode facile

Les screenshots

Par Quentin ELUAU