TO BE CONCLUDED : Saga Star Wars


Saga Star Wars

Il y a longtemps...

...dans une galaxie lointaine, très lointaine, une saga allait tout changer et se transformer.

Ainsi est le rythme que la SAGA STAR WARS va nous faire vivre depuis bientôt 35 ans.

De suites en modifications, cette double trilogie va muter pour le plus grand bonheur / malheur des ses innombrables fans.

Ici, pas question de commenter les œuvres d'un point de vue artistique, mais bien sur leur aspect technique, sur support vidéo.

L'image de la GALAXIE

Si l'on prend la première trilogie, IV/V/VI, cette dernière a connue pas moins de 5 éditions différentes au fil des supports.

Si l'on part  de l'éclosion des LD, on peut dénombrer :
1 - La version Cinéma sans retouches artistiques et techniques / Coffret limité « Pyramide » LD
2 - Version Re-masterisée techniquement / LD THX
3 - Version "Edition Spéciale" de 1997 modifiée artistiquement et Re-masterisée(2ème fois) / LD THX
4 - Version "Edition Spéciale" de 1997 modifiée artistiquement (2ème fois) et Re-masterisée (3ème fois) / DVD THX
5 - Version "Editions Spéciale" de 1997 modifiée artistiquement (3ème fois) et Re-masterisée (4me fois) / Blu-Ray THX

Cinq éditions différentes qui n'ont eut de cesse d'améliorer visuellement cette incroyable épopée.

Encore chaud bouillant des tests effectués sur la sortie Blu-Ray (14 Septembre), il ne fait aucun doute que concernant "l'ancienne trilogie" ces multiples éditions ont contribué à une amélioration constante de la définition des trois films.
Logiquement le Blu-Ray offre aujourd'hui de manière quasi optimale une image superbe (un peu moins sur l'épisode IV) et se présente ainsi comme le porte drapeau.
Sur l'ensemble, c'est surtout le piqué et les contrastes qui offrent le meilleur gain qualitatif sur les éditions précédentes. Un travail honnête, qui visiblement, a su satisfaire l'ensemble des fans (techniquement parlant bien sur).

Or, ce n'est pas le cas de la "nouvelle".

Le premier film est sorti en salle en 1999, soit seulement 12 ans.
Seulement, car quand on connait le patriarche de Star Wars et sa manière de conserver ses œuvres, on reste vraiment déçu du travail abouti en Haut-Définition.

La Menace Fantôme, est le seul des trois nouveaux films à avoir bénéficié de sorties sur plusieurs supports :
- Laserdisc NTSC  / V.O  en 5.1 Dolby Digital EX
- DVD / 5.1 Dolby Digital EX
- Blu-Ray / V .O DTS M.A / V.F DTS ½ débit
Chacune à subit des modifications comme :
- du LD au DVD : la course de Pod Racer offre un tour supplémentaire,
- du DVD au Blu-Ray : Yoda passe en image de synthèse.

Mais ce qui nous intéresse dans cette partie, c'est l'image.

Frustration, c'est la sensation qui nous envahie immédiatement à la fin du visionnage des 3 œuvres. Une utilisation excessive du DNR, ce qui aboutie sur un tour de montagne Russe crispant sur la définition.
Si les DVD étaient à chacune de leur sortie de véritables œuvres redoutables, au point de devenir d'incroyable tour de force technique au point d'atteindre le Zénith avec "La revanche des Siths", qui aujourd'hui, représente ce qu'il s'est fait de mieux sur le meilleur support SD (hors films d’animations ndlr).
Car en Blu-Ray c'est surement l'épisode qui déçoit le plus. Tourné en 100% numérique, le master utilisé est bien entendu nickel de propreté, mais niveau image, c'est loin d'être l'extase.
Comme dit plus haut, l'utilisation assez abusive du DNR ne permet pas au Blu-Ray de donner pleine satisfaction de son talent, comme cela à pu être le cas avec AVATAR pour ne citer que lui.
Le pire est, quand on effectue une comparaison DVD(Upscallé) / Blu-Ray, la différence n'est finalement pas si écrasante que cela, voire, par moment, plutôt désolante. Si l'on prend le piqué comme point de comparaison, les détails affichés sur les deux supports sont proches, voire très proches par moment (sic !).

Alors oui, la version Haute Définition est quand même celle qui représente le mieux les longs métrages sur support vidéos, surtout où l'image offerte est au niveau auquel on est en droit de l’attendre. Dans ces moments là (séquences Spatiales par exemple), le DVD se fait écraser sans la moindre chance, mais ce triste tour de YO-YO remet le doute à chaque fois…

Pour conclure sur la partie Visuelle, on retiendra surtout que malgré des sorties sur de multiples supports, c'est bien la dernière en date (ouf) qui offre la meilleure définition possible, cela est d'autant plus vrai sur l'épisode IV/V/VI. L'avis est plus mitigé sur les 3 autres. Trop irrégulière, voilà l'avis de beaucoup dont nous faisons bien évidemment partie. Partisan d'un produit exploité pleinement, le contrat n'est qu’à moitié remplit selon nous.

Le Son ? Tu l'entends pas mon sabre laser ?

Autre point délicat, la partie sonore.
Car s'il est bien quelqu'un qui privilégie le son à l'image, c'est bien Georges Lucas.
Et force est de constater que le travail est une fois de plus frustrant.

Mais est-ce vraiment la faute à Georges ? Nous serions tentés de dire non.
Enfin pas entièrement, car quand on connait l'éditeur/distributeur à savoir la 20th Century Fox, aucun de ses transferts sur le support à la lentille bleue n'ont bénéficié de piste Haute Définition pour la Version Française.

Sevré de pistes DTS ½ débit comme il est de coutume depuis le lancement en 2006, la Fox n'a jamais eu le sentiment de devoir fournir des versions sonores HD, au grand dam des consommateurs écœurés par l'entêtement du Studio.

Mais quand on s'appelle Georges Lucas, il suffit (on en est sur) de faire un "peu" pression auprès de la Major pour que les consommateurs ne se sentent pas lésés lors de leurs achats et puissent eux aussi, bénéficier d'une version Haute Définition dans leur langue respective.

Sur un plan purement technique, les pistes françaises des éditions Blu-Ray sont toutes supérieures aux versions DVD. Mais se font copieusement balayer par les Version Originales grandement démonstratives en ce qui concerne les épisodes IV/V/IV, et explosives pour les trois derniers films en date. Chose qui n'était pas le cas lors des versions DVD.
Alors oui on pouvait trouver quelques différences ci et là, mais pas au point où l'on en est aujourd'hui.
Une différence telle que s'en priver serait un sacrifice impensable et tant pis pour les fans avec les voix de leur enfance !

Autre point noir : le mixage de l'épisode III.
La bataille d'ouverture reste toujours un énorme mystère quand à la disposition des effets.  On repense à cet ouragan de chasseurs ennemis qui foncent droit sur Anakin et Obi-Wan et qui reste cantonné aux voies frontales quand on sait qu'ils finissent leur trajectoire "hors champs", une aberration  qui visiblement n'a pas été jugé bon de remixer, cet épisode est malheureusement "trop " remplit d'effets de ce type qui surprennent autant qu'ils agassent.
Bref pour faire court, la aussi à l'instar de l'image, si l'on est d'accord pour affirmer clairement que cette édition Blu-Ray de Star Wars est la meilleure aujourd'hui, elle n'est pas exempte de tous reproches, et surtout, est loin d'être une référence comme l'avaient été les éditions DVD.

Star Wars semble passer la main…

Les bonus ? Ou tout... ou rien !

Et que dire des suppléments ?
Si vous n'optez pas pour l'intégrale, vous n'aurez droit qu'aux commentaires audio !
Et si on n'aime pas la nouvelle trilogie (au hasard) mais qu'on veut bénéficier des suppléments comment fait-on ?
Par ailleurs, bien que convenablement fournit, on est quand même très très loin d'une cargaison hors du commun que peut nous servir G.L. Ajouté à cela, la très grosse capacité de stockage d'un disque Blu-Ray double couche (50Go).

Il faut quand même souligner que notre bien aimé Georges possède plus de 600 heures de suppléments par film… oui une galaxie en effet !

Conclusion

Vous l'aurez compris, STAR WARS en Blu-Ray n'est pas la perfection à laquelle on pouvait (exiger) s'attendre.
Si dans l'absolue, elles représentent les meilleures éditions à ce jour des 6 films, elles sont loin de représenter un Top Démo, qu'il s'agisse de l'Image, du Son ou bien des Suppléments, uniquement valable dans le coffret "Intégrale", faut il encore le rappeler.

Une immense frustration !

Ah oui, on allait oublier, peut-on savoir pourquoi les Trailers THX sont en fin de génériques, alors que c'est la première chose que l'on attend avant le début de la projection de l'œuvre ?
Le monde à l'envers on vous dit !

L'anneau change de main…

Par Sylvain Camps