DOSSIER : Chère Académie des Oscars


Chère Académie des Oscars

Leonardo par-ci, Leonardo par-là...aussi étonnant que cela puisse paraître, nous ne nous réjouissons absolument pas de cet Oscar remporté par l'ami Leo cette nuit...tout était tellement couru d'avance. Depuis les Golden Globes, l'ami Leo se sentait pousser des ailes, un vent conspirateur pullulait sur la toile : s'il a eu le globe, il aura la statuette, c'est indéfectible !

Le monde était tellement optimiste ! Pour rappel, l'année dernière Michael Keaton avait entamé le même parcours, mais se l'était fait voler à la dernière minute par un Eddie Redmayne, certes mémorable, mais pour un rôle tellement calibré que ça en devenait presque exaspérant. Là où Keaton avait opéré à une catharsis formidable dans un rôle salvateur faisant le point sur sa propre carrière cinématographique, l’Académie a préféré récompenser le pathos d’un rôle juste bon à se donner bonne conscience en saluant les efforts et le combat d’un homme sur le misérabilisme de sa maladie...mais là n’est pas le sujet.

Soyons francs quelques minutes : DiCaprio mérite-t-il autant la statuette pour ce rôle en particulier ? D’ailleurs, n’a-t-il jamais eu un rôle où tout le monde s’accorde à dire qu’il le mérite plus que tout ? Sans pour autant blâmer le très bon acteur qu’il est, depuis Titanic (soit son explosion médiatique), il n’a eu de cesse de rechercher des rôles d’envergures qui viseraient à obtenir cette fameuse statuette tant convoitée. Il n’y avait alors plus de surprise à le voir être nommé par cinq fois dans la course aux Oscars, on faisait tout pour lui remettre le sésame suprême et on entachait sévèrement le plaisir du spectateur à véritablement être abasourdi par l’acteur (là où l’on n’attendait absolument pas Keaton dans Birdman par exemple). Où est passé le DiCaprio à la fois conquérant et consciencieux ? Encore une fois, on adore l’acteur, on aime beaucoup ses films...mais il ne nous aura jamais autant touchés que dans Gilbert Grape, c'est dire ! Qu’elle semble lointaine la fameuse époque où Leo ne laissait pas vaquer son péché de vanité au profit de choix cohérents !

Outre cet Oscar tellement prévisible, c’est toute une Académie qui est à blâmer. Depuis des années, elle encourage de moins en moins le véritable, le cinéma fait avec passion et conviction. Elle se dédouane en limitant la casse juste pour se donner bonne conscience. Mais vraiment, aurait-elle eu le courage de refiler la statuette du meilleur film à Mad Max par exemple ? On limite les dégâts en lui offrant les récompenses techniques (plus que mérité au passage)...mais aurait-elle eu la détermination suffisante pour saluer un artisan de l’ombre comme George Miller qui, du haut de ses 70 ans, est venu mettre un coup de pompe radical dans une industrie qui s’embourbait depuis bien trop d’années ? Bien sûr que non ! Parce que le talent véritable fait peur ! Parce qu’on ne met pas trop en lumière ceux qui sont susceptibles de ridiculiser les produits qu’on vend en masse à un public conditionné à cette mouvance « hype ». Car oui, pour briller en société, il est de bon ton d’avoir aimé le film récompensé. Par contre, si on assume haut et fort que Fury Road est une œuvre qui doit absolument être étudiée dans les écoles de cinéma, on est un paria, un punk, un hooligan du bon goût !

Aujourd’hui, nous sommes fiers d’être ce paria ! Ce fervent défenseur d’un cinéma véritable fait par amour de l’art et non pas par amour de la reconnaissance. Aujourd’hui, on s’en ira plutôt fumer un barreau de chaise avec Sly (grand oublié de cette année, qui méritait sa récompense pour sa magnifique prestation dans Creed) plutôt que d’aller exhiber une statuette, âpre symbole d’un appât du gain qui étouffe depuis trop longtemps l’entière expression d’un talent aussi fort que Leonardo DiCaprio…

Chère Académie des Oscars, où est passée ton intégrité ?

Par Anthony Verschueren

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire
Commentaires sur " Chère Académie des Oscars "
  • francks

    francks le 29/02/2016 à 15:14

    Tout à fait d'accord , comme je l'ai noté dans la critique Blu-ray , Mad Max Fury Road est le meilleur film de l'année 2015 avec un travail d'orfèvre démentiel sur tous les plans du film du perfectionniste Georges Miller !!! Un régal visuel et sonore

Publicité Google - Soutenez Retro-HD