DOSSIER : Film Noir Festival - 3e édition


Film Noir Festival -  3e édition

Le mois de novembre, moment marquant le début de l’hiver, les rues s’assombrissent tôt, le froid s’installe de façon agressive, les manteaux chauds s’agrippent à nos épaules, les écharpes nous tordant le cou. Mais le mois de novembre est le mois propice à plonger à bras le corps dans le Film Noir, qui prend ses quartiers au cinéma Le Vincennes depuis deux ans maintenant.

Une place au soleilDans ce lieu exigu où le cinéma vit de manière enthousiaste, les charmantes organisatrices, Amandine et Géraldine, y organisent depuis 2014 le Film Noir Festival. Le Film Noir Festival est, pour rappel, un rendez-vous sur trois jours où courts-métrages amateurs/professionnels et une rétrospective pointue se conjuguent autour d’un sous-genre tant prisé dans le cinéma classique. Le Film Noir est un courant se développant à partir de 1944. Il met en scène un personnage emprisonné dans des situations qui ne sont pas de son fait et acculé à des décisions désespérées. Les ingrédients majeurs sont le meurtre, l’infidélité, la trahison, la jalousie et le fatalisme. En cette édition 2015, l’équipe du festival a sélectionné pour les spectateurs des films collant au plus près à ces termes. Ainsi nous retrouvons en copie neuve (numérique ou 35 mm) : Ascenseur pour l’échafaud (Louis Malle-1958), Basic Instinct (Paul Verhoeven-1992), Boulevard du crépuscule (Billy Wilder-1950), La Femme au Portrait (Fritz Lang-1944), Mulholland Drive (David Lynch-2001), Retour de Manivelle (Denys de la Patellière-1957) et Les Tueurs (Robert Siodmak-1946).

Une sélection riche, des moments idéals de (re)voir des longs-métrages, classiques ou non, du cinéma. Les opportunités sont trop belles de découvrir Basic Instinct sur grand écran en clôture finale du festival, Boulevard du crépuscule, l’un des grands films noirs de Billy Wilder (avec Assurance sur la Mort), ou Retour de Manivelle et Ascenseur pour l’échafaud pour une touche française sous la musique présente et sublime de Miles Davis.

Kill Me DeadlyLe Film Noir Festival est un rendez-vous qui s’installe, perdurant une volonté de faire exister un cinéma se faisant plutôt rare. On peut souligner Only God Forgives ou Shutter Island dernièrement et présent en sélection l’année dernière, ou en 2014 avec la sortie de Gone Girl, dernier chef d’œuvre de David Fincher. Mais le Film Noir Festival ne serait rien sans une sélection de court-métrage entre essais amateur, volonté de cinéma ou concours de circonstances. Cette sélection 2015 se compose de 7 courts-métrages tous diablement opposés. Différent, mais complémentaire, le cocasse (Complexité De La Chaîne Alimentaire Dans Les Sous-Bois) se noue avec la comédie pastiche façon Muppets Show (Les Enquêteurs de Noir Town), pendant que certains se jouent des codes dans un noir léché (Courrier-In The Shadows). Le reste de la compétition se démarquera par une incorporation moderne et en couleurs se mouvant entre pitreries jamais vraiment accrocheuses (La Grande Braque), un face-à-face classique se souhaitant malin (La Porte de sortie) et un crime parfait grand gagnant de la compétition (Rupert).

Lauréat du Grand Prix Film Noir Festival – 13ème Rue décerné par le public du cinéma Le Vincennes, le film réalisé par Lucas De Gastines remporte le Prix du Jury Jeune composé de 5 lycéens. Une double victoire assumée et propagée dans les rangs de la salle par un public venu assisté à la projection du samedi 11h. Rupert narre comment un cambrioleur habile et méthodique va réussir le crime parfait, ou pas.

Pour conclure sur les courts-métrages, les spectateurs du festival ont eu la chance après la projection du film, Les Tueurs, d’assister à la projection en avant-première du nouveau film mis en scène par Jérémie Duvall, Une Place au Soleil. Des complications techniques ont légèrement terni la projection, mais au final le jeune réalisateur, présent dans le jury l’année dernière et en compétition en 2013, a pu laisser exprimer son nouvel essai.

PrixLe Film Noir Festival s’est déroulé entre une ouverture avec Le Grand Jeu de Nicolas Pariser, dont la critique du film est en prévision pour les jours à venir, et entre Kill Me Deadly, un inédit France avec Kirsten Vangsness (Esprits Criminels). Ce film, tiré d’une pièce de théâtre américaine et réalisé par Darret Sanders, nous a laissés quelque peu de marbre. Pastiche sans fond du genre Film Noir avec un Noir & Blanc glacé, le film joue sur un second degré permanent fonctionnant très facilement sur le public pendant son premier tiers. Mais passer celui-ci, Kill Me Deadly s’arrête à n’être qu’un parodie sans histoire où les personnages cabotines à foison. L’essai reste alors vain dans sa proposition simple de cinéma entre sourire et lourdeur. Nous regrettons quelque peu l’hommage à Lauren Bacall l’année dernière avec la diffusion du Port de l’angoisse en clôture des prix.

En cette année 2015, la nouvelle édition du Film Noir Festival dans sa troisième mouture s’est révélée une fois encore un rendez-vous précieux et confortable. Des découvertes, une sélection de longs-métrages incroyables, une ambiance sympathique et la rencontre avec de jeunes artistes pleins de talent pour certains. Le Film Noir Festival est un rendez-vous que l’on espère annuel donnant de suite rendez-vous l’année prochaine pour une 4e édition. Les remerciements sont de vigueur pour Amandine et Géraldine pour leurs gentillesses, leurs disponibilités et l’organisation de cet événement devenu indispensable.

Par Mathieu Le Berre