DOSSIER : Lumière 2020 : Boutique Pop Up des éditeurs


Lumière 2020 : Boutique Pop Up des éditeurs

Covid oblige, c'est une édition un peu (beaucoup) particulière pour le festival Lumière. S'il a pu se maintenir, I doit évidemment se plier aux restrictions sanitaires liées au passage de Lyon en zone d'alerte maximale il y a quelques jours à peine. Cela se voit dès l'arrivée au village du festival, qui n'est plus vraiment le village du festival, puisque la tente principale est complètement fermée (les structures éphémères étant interdites maintenant sur Lyon). D'autant plus triste que livres et films ont été positionnés dans la boutique mais resteront semble-t'il inaccessibles à tout acheteur cette année... Ne vous inquiétez pas cependant : le Musée a une boutique DVD tandis que la librairie située à côté du Café Lumière prend le relais côté livres.

Après un branle-bas de combat général de toute dernière minute, compte tenu de la réorganisation nécessaire des lieux, le 2e "salon du DVD" a quand même pu avoir eu lieu, rebaptisé Boutique Pop Up et déplacé au 1er étage du Musée Lumière (et son ambiance... calfeutrée).

Il s'agit cependant d'une version impactée à la baisse par les conditions sanitaires, car seuls 13 des 16 (ou 17) éditeurs annoncés sont finalement présents et que la tribune des éditeurs (ouverte au public) prévue à 15h a finalement été annulée. On avait l'année passée notamment regretté l'absence de poids lourds comme Gaumont et Pathé : ils devaient être là, mais ce ne sera donc toujours pas pour cette année... Ce ne sera probablement que partie remise pour l'année prochaine (#croisonslesdoigts).

Cela n'a pas empêché les éditeurs présents de proposer des stands avec leurs nouveautés ou titres parus il y a un peu plus longtemps, souvent en promotions qui plus est. L'occasion de faire quelques affaires donc, avec au programme la présence de Tamasa, Carlotta, Le chat qui fume, L'atelier d'image, Malavida, Re:Voir, UFO Distribution, Potemkine, Artus, La traverse, Extralucid Films, Spectrum et enfin Sidonis. Les éditeurs tenant leurs stands, ce fut donc aussi l'occasion pour le public de pouvoir directement échanger avec eux, sur les films eux-mêmes parfois (tout simplement) mais aussi sur leur métier, leur travail, les aléas du métier. Une certaine proximité, malgré le respect des gestes barrière.

De la même manière que leur activité a du faire avec le confinement, les éditeurs composent ici de nouveau avec le virus, dans une ambiance bon enfant et permettant à leur activité de perdurer et de rester visible malgré les imprévus. L'initiative est en tout cas louable, et si les jauges appliquées aux séances impliquent clairement un festival rassemblant moins de monde et donc moins de passage dans le Musée, cela n'a pas empêché de devoir faire entrer au compte-gouttes les curieux à l'intérieur, preuve d'un certain succès de cette boutique.

Et entre les UHD de Claude Mulot chez Le chat qui fume, le cinéma tchèque de Malavida, Ozu chez Carlotta, les films de Pabst ou Lattuada chez Tamasa, Evil Dead chez L'atelier d'image, Bill Douglas chez UFO, Bresson et Resnais chez Potemkine, le cinéma expérimental de Re:Voir, les documentaires de La traverse, les récentes sorties d'Extralucid Films, le cinéma HK de Spectrum ou les westerns et films noir de Sidonis, il faut dire qu'il y en avait pour tous les goûts. Vu les photos postées sur les rézosociaux, force est de constater que certains ont logiquement pu y trouver leur bonheur (nous ne jugerons pas, nous ne sommes pas mieux...) et faire celui des éditeurs à qui ils ont acheté tout ça !

Par Rémy Pignatiello

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD