DOSSIER : Les actrices, acteurs et réalisateurs qui ont marqué 2018


Les actrices, acteurs et réalisateurs qui ont marqué 2018

Pour ouvrir en beauté notre rétrospective de l'année 2018, commençons non pas par les films et les séries qui nous ont fait rêver en 2018, mais par les cinéastes, les actrices et les acteurs qui ont marqué notre année cinéphile et sériephile. Après de longues délibérations et quelques combats acharnés pour défendre nos chouchous, les résultats officiels sont arrivés !

Côté réalisateurs, notre cœur a évidemment flanché devant l'immense talent de Paul Thomas Anderson, pour son magnifique film Phantom Thread, suivi de près par Steven Spielberg, qui n'en finit pas d'explorer sa veine historique avec Pentagon Papers et son goût pour la science-fiction avec Ready Player One. Le cinéma français a évidemment sa place dans notre classement, puisque qu'Abdellatif Kechiche vient occuper la troisième place pour son lumineux Mektoub my Love (dont on attend la suite avec impatience !). Alfonso Cuarón arrive à la quatrième place pour nous avoir merveilleusement livré ses souvenirs d'enfance dans Roma et Hirokazu Kore-eda, déjà lauréat de la Palme d'or, a également su conquérir notre équipe avec Une Affaire de famille. Si quelques femmes réalisatrices (Debra Granik, Nadine Labaki, Claire Denis, Lana Wachowski) apparaissent dans certains classements personnels, elles n'ont pas encore réussi à se hisser jusqu'au classement général...

C'est pour les actrices que les choix ont été les plus évidents. Notre révélation de l'année, qui vient directement occuper la première place du podium, est Lady Gaga, pour son rôle de chanteuse en devenir dans A Star is Born. Les plus belles émotions de l'année, c'est bien elle qui nous les a procurées, non seulement à travers ses chansons d'amour mais aussi à travers un jeu authentique qui vole la vedette à toutes les actrices confirmées qui la talonnent, notamment Meryl Streep, déjà détentrice de trois Oscars et qui a incarné un grand rôle féministe dans Pentagon Papers. Quant à Frances McDormand et Adèle Haenel, elles n'ont fait que confirmer leur palette de jeu étendue, grâce à des rôles de femmes fortes et indépendantes dans Three Billboards et En Liberté !. Espérons que la jeune Jodie Comer, cinquième de notre classement, grande actrice en devenir que l'on retrouvera très bientôt dans la saison 2 de Killing Eve, suive le même chemin que ses aînées.

Beaucoup d'acteurs ont conquis nos rédacteurs cette année, à tel point qu'il nous a été impossible d'en choisir cinq ! C'est Daniel Day-Lewis qui remporte la bataille pour son rôle de dandy perfectionniste dans Phantom Thread. Une belle façon de récompenser cet acteur colossal pour ce qui devrait être son dernier rôle au cinéma. En deuxième position, nous retrouvons Gary Oldman pour sa performance et sa transformation physique dans Les Heures sombres, qui lui ont d'ailleurs valu l'Oscar du meilleur acteur cette année. Troisième de notre classement, Shaïn Boumedine, révélation et alter ego d'Abdellatif Kechiche dans Mektoub my Love, à qui l'on souhaite un brillant avenir.

Découvrez désormais les tops personnels de tous les rédacteurs de Retro-HD !

 

TOP RÉALISATEURS 2018

1. Paul Thomas Anderson (Phantom Thread)

2. Steven Spielberg (Pentagon Papers, Ready Player One)

3. Abdellatif Kechiche (Mektoub my Love : Canto Uno)

4. Alfonso Cuarón (Roma)

5. Hirokazu Kore-eda (Une affaire de famille)

 

TOP ACTRICES 2018

1. Lady Gaga (A Star is Born)

2. Meryl Streep (Pentagon Papers)

3. Frances McDormand (Three Billboards)

4. Adèle Haenel (En Liberté !)

5. Jodie Comer (Killing Eve)

 

TOP ACTEURS 2018

1. Daniel Day-Lewis (Phantom Thread)

2. Gary Oldman (Les Heures sombres)

3. Shaïn Boumedine (Mektoub my Love : Canto Uno)

 

Emilie BOCHARD

TOP RÉALISATEURS

1. Abdellatif Kechiche : Après La Vie d'Adèle, Abdellatif Kechiche prouve qu'il est encore et toujours le cinéaste français le plus passionnant, le plus vibrant, le plus exigeant. En dépeignant la vie dans son plus simple appareil, en nous livrant plus que jamais un film qui se vit plus qu'il ne se voit, en faisant hennir les chevaux du plaisir, Kechiche a cette capacité incroyable de nous redonner une foi indéfectible dans le cinéma, et ce pour des années durant.

2. Alex Garland : Scénariste de 28 jours plus tard et Never Let Me Go, réalisateur de l'excellent Ex Machina, Alex Garland s'y connaît en mondes dystopiques. Avec Annihilation, le cinéaste britannique s'ancre parfaitement dans notre époque, en mêlant casting féminin, préoccupations écologiques et esthétique extrêmement travaillée, flirtant parfois avec l'expérimental. Audacieux, moderne, talentueux, Alex Garland s'affirme comme le grand nom de la science-fiction contemporaine.

3. Lana Wachowski : Côté séries, l'année 2018 aura surtout été marquée par la fin de Sense8, peut-être l'une des plus belles séries jamais réalisées. On retrouve à la tête du tout dernier épisode une femme d'exception, Lana Wachowski qui, même séparée de sa sœur Lilly, continue de faire des miracles. Dans cette conclusion aussi explosive qu'émouvante, la créatrice/réalisatrice n'en finit pas de nous rappeler avec une authentique sincérité que l'amour est plus fort que tout. Si la rumeur de sa retraite nous brise le cœur, nous gardons quand même l'infime espoir de recroiser Lana Wachowski dans un projet futur d'une si grande beauté.

4. Phoebe Waller-Bridge : Actrice/créatrice de séries au même titre que Tina Fey, Mindy Kaling ou encore Amy Poehler, Phoebe Waller-Bridge s'est imposée cette année comme une figure incontournable de la comédie télévisuelle. En mettant en scène des héroïnes bien ancrées dans leur époque, à la fois décomplexées, insatisfaites et autodestructrices, la créatrice britannique a su bouleverser nos codes de représentation en insufflant une bonne dose de modernité et de féminisme dans des séries à la fois noires et décalées telles que Fleabag et Killing Eve.

5. Debra Granik : Avec Leave No Trace, une version plus épurée et plus réfléchie de Captain Fantastic, Debra Granik nous livre une oeuvre unique, où vie dans les bois et amour filial ont bien du mal à cohabiter dans une société qui privilégie la civilisation à la liberté. Dans ce film où chaque protagoniste, par son contact avec la nature, trouve les chemins de la perdition ou sa place dans le monde, Debra Granik peint en réalité une autre idée du cinéma américain, enfin dépouillé de ses artifices de mise en scène et réinvesti par une émotion pure, qui vient encore, par moments, hanter nos pensées.

 

TOP ACTRICES

1. Claire Foy : Après la série royale The Crown, Claire Foy s'invite sur nos écrans de cinéma. Étoile montante d'Hollywood, l'actrice britannique montre déjà qu'elle sait choisir ses rôles : entre Lisbeth Salander dans le dernier Millénium, l'épouse de Neil Armstrong dans First Man et une jeune femme prise dans un tourbillon psychologique dans Paranoïa, il y a de quoi faire rougir la reine Elisabeth II ! En affirmant son talent dans des collaborations avec des auteurs aussi réputés que Damien Chazelle et Steven Soderbergh, Claire Foy prouve qu'elle est définitivement le visage du cinéma de demain. 

2. Ophélie Bau : Lumineuse, naturelle, instinctive, Ophélie Bau est la nouvelle révélation d'Abdellatif Kechiche. Entourée d'autres débutants formidables (Shaïn Boumedine, Alexia Chardard et Lou Luttiau en tête), Ophélie Bau participe pleinement à ce sentiment de légèreté mêlé de mélancolie qui fait de Mektoub my Love ce grand ballet de sentiments, de désir et de vie. Espérons qu'elle soit promise à un avenir cinématographique aussi beau que celui d'Adèle Exarchopoulos.

3. Jodie Comer : Après Thirteen et My Mad Fat Diary, Jodie Comer s'impose comme une figure féminine moderne et subversive. En incarnant Villanelle, une tueuse en série russe, dans le thriller Killing Eve, la jeune femme peut prouver l'étendue de son talent et passer d'une émotion à l'autre avec une facilité déconcertante. Dangereuse, intelligente, manipulatrice, solitaire, Jodie Comer est désormais l'incarnation de la psychopathe la plus fascinante du petit écran.

4. Yvonne Strahovski : Dans The Handmaid's Tale, Yvonne Strahovski réussit l'exploit de voler la vedette à Elisabeth Moss (qui faisait d'ailleurs partie de nos meilleures actrices en 2017 !). Dans la peau de Serena Joy Waterford, le personnage le plus passionnant de la série, Yvonne Strahovski révèle toute la complexité de son jeu, en incarnant une femme tiraillée entre son désir d'enfant, ses convictions religieuses et son propre emprisonnement. Une grande actrice pour un grand rôle.

5. Thomasin McKenzie : Du haut de ses 18 ans, Thomasin McKenzie illumine le très beau Leave No Trace. Face à la force brute qu'est Ben Foster, la jeune actrice fait preuve d'une sensibilité et d'une douceur qui nous incitent subtilement à communier avec la nature. Dans une scène magnifique où il s'agit d'apprivoiser des abeilles, Thomasin McKenzie confirme qu'elle est la plus belle révélation internationale de l'année.

Première mention spéciale à Lady Gaga qui, en plus de révéler ses talents d'actrice dans A Star is Born, n'en finit pas de nous donner des frissons avec sa voix puissante par laquelle passe l'émotion. Shallow, I'll Never Love Again et Always Remember Us This Way resteront les grands tubes de l'année 2018.

Seconde mention spéciale pour Sydney Sweeney, qui après deux très beaux rôles secondaires dans les séries The Handmaid's Tale et Sharp Objects et une apparition furtive dans Under the Silver Lake, devrait s'offrir une place de choix dans le prochain film de Quentin Tarantino et peut-être entrer dans notre top actrices 2019, qui sait ?

 

TOP ACTEURS

1. Shaïn Boumedine : Avec son regard d'ébène, son charisme rayonnant et sa timidité mystérieuse, Shaïn Boumedine est la plus belle révélation masculine de Mektoub my Love. Le personnage discret et observateur qu'il incarne est même le centre névralgique du film : déambulant au milieu d'un déferlement de sensualité et de passions, Amin se révèle petit à petit comme l'alter ego de Kechiche, posant un regard curieux mais jamais moralisateur sur les jeux de séduction qui prennent vie sous ses yeux. Acteur modeste des plus belles scènes du film, Shaïn Boumedine nous hante encore par sa beauté et son authenticité, devenu l'incarnation parfaite du cinéma naturaliste de Kechiche. 

2. Adriano Tardiolo : Absolument rien ne destinait Adriano Tardiolo à devenir un acteur de cinéma. Enseignant le métier de géomètre dans un petit lycée d'Italie, le jeune homme avait pourtant tout pour incarner Lazzaro, un ingénu à la bonté et à l'innocence absolues. Avec son regard enfantin et son visage angélique, Adriano Tardiolo traverse le film d'Alice Rohrwacher tel un saint que rien ne peut atteindre, pas même la violence du monde. A l'instar de Shaïn Boumedine, Tardiolo prouve qu'il n'est nul besoin d'être une star pour incarner pleinement un personnage et devenir le cœur même d'un film.

3. Jonah Hill : Paranoïaque et schizophrène dans la série Maniac, séropositif alcoolique dans Don't Worry He Won't Get Far on Foot, Jonah Hill a campé cette année des personnages mémorables et touchants, tout en retenue et en émotion. A travers ses regards perdus, ses silences qui en disent long et ses discours sur la rédemption, Jonah Hill a pu, après être passé par une ribambelle de comédies américaines, confirmer son statut de grand acteur dramatique.

4. Jake Gyllenhaal : A l'affiche de trois films cette année, Jake Gyllenhaal a su varier les plaisirs en interprétant une victime d'un attentat prêt à se battre pour se reconstruire dans Stronger, un père de famille lésé dans Wildlife et un cow-boy détective dans Les Frères Sisters. En plus de donner la réplique aux merveilleux acteurs que sont Riz Ahmed et Carey Mulligan, Jake Gyllenhaal prouve une nouvelle fois qu'il est capable de tout jouer, sans jamais en faire trop.

5. Topher Grace : Depuis That 70's Show et Spider-Man 3, on s'inquiétait un peu pour Topher Grace, qui s'était imposé comme une figure familière de nos années adolescentes. Il est enfin revenu en force en 2018, en s'affichant aux côtés d'Andrew Garfield dans Under the Silver Lake, mais surtout chez Spike Lee dans Blackkklansman, dans la peau d'un haut responsable du Ku Klux Klan. Même affublé d'une moustache ou d'un chapeau de hipster, Topher Grace n'a rien perdu de sa malice d'autrefois et amène avec lui une bonne dose de nostalgie.

Anne-Soizic BOUËNARD

TOP RÉALISATEURS

1. Nadine Labaki pour certes Capharnaüm mais aussi Caramel.

2. Wes Anderson forever !

 

TOP ACTRICES 

1. Lady Gaga, ma découverte de l'année !

2. Adèle Haenel, dont je suis la filmographie depuis Les Ogres. J'admire son engagement et son tempérament. 

 

TOP ACTEURS

1. Vincent Lindon pour En Guerre certes, et pour sa gueule et son jeu toujours proche de ses tripes !

2. Vincent Lacoste, ma découverte de l'année. J'adore ce type si authentique et drôle.

3. Rami Malek

 

Rémy PIGNATIELLO

TOP RÉALISATEURS

1. Paul Thomas Anderson

2. Tsui Hark

3. Lee Chang-dong

4. Claire Denis

5. Hirokazu Kore-eda

Jean HARTLEYB

TOP RÉALISATEURS

1. Martin McDonagh

2. Paul Thomas Anderson

3. Aaron Sorkin

4. Alfonso Cuarón

5. Spike Lee

 

TOP ACTRICES

1. Frances McDormand

2. Jessica Chastain

3. Vicky Krieps

4. Emily Blunt

5. Adèle Haenel

 

TOP ACTEURS

1. Daniel Day-Lewis

2. Gary Oldman

3. Idris Elba

4. Tom Hanks

5. Pio Marmaï

Sébastien LAMOTHE

TOP RÉALISATEURS

1. Alfonso Cuarón (Roma)

2. Hirokazu Kore-eda (Une Affaire de famille)

3. Virgil Vernier (Sophia Antipolis)

4. Lee Chang-dong (Burning)

5. Bertrand Mandico (Les Garçons sauvages)

 

TOP ACTRICES

1. Yalitza Aparicio (Roma)

2. Jeon Jong-seo (Burning)

3. Diane Kruger (In the Fade)

4. Mathilde Warnier (Les Garçons sauvages)

5. Maude Guérin (Chien de garde)

 

TOP ACTEURS

1. Marcello Fonte (Dogman)

2. Théodore Pellerin (Chien de garde)

3. Yoo Ah-In (Burning)

4. Antonio de la Torre (Compañeros)

5. Jakob Cedergren (The Guilty)

Thomas ARTEMNIAK

TOP RÉALISATEURS

1. Steven Spielberg

2. Paul Thomas Anderson

3. Damien Chazelle

4. Guillermo Del Toro

5. Terry Gilliam

 

TOP ACTRICES

1. Meryl Streep

2. Jamie Lee Curtis

3. Sandra Bullock

4. Rosamund Pike

5. Emma Stone

 

TOP ACTEURS

1. Gary Oldman

2. Pierre Niney 

3. Daniel Day-Lewis

4. Ryan Gosling

5. Tom Cruise

Sébastien BRUCELLE

TOP RÉALISATEURS

Les frères Russo (Avengers : Infinity War)

 

 

TOP ACTRICES

Scarlett Johansson (Avengers : Infinity War)

 

 

TOP ACTEURS

Josh Brolin (Deadpool 2, Sicario 2)

 

 

 

David SPERANSKI

TOP RÉALISATEURS

1. Steven Spielberg (Pentagon Papers, Ready Player One)

Steven Spielberg est enfin revenu à son meilleur niveau en sortant pour la sixième fois deux films dans la même année. On se souvient de 1993 (Jurassic Park et La Liste de Schindler) ou de 2002 (Minority Report et Arrête-moi si tu peux). Qui d'autre que Steven le surdoué schizophrène peut sortir la même année deux films aussi différents et complémentaires que Pentagon Papers et Ready Player One? Dans l'un, il fait la démonstration de sa parfaite direction d'acteurs et de sa maîtrise de la caméra en mouvement pour donner vie à un film-dossier ; dans l'autre, il prouve son évidente suprématie en matière d'effets spéciaux, en nous réservant quelques moments d'anthologie, la danse sur Saturday Night Fever ou la visite de l'hôtel Overlook, hommage à son regretté maître et ami Stanley Kubrick. 

2. Abdellatif Kechiche (Mektoub my love : Canto Uno)

Héritier de Renoir, Rozier et Pialat, Kechiche aurait pu s'assagir après La Vie d'Adèle. Que nenni! Il a passé au contraire la surmultipliée en accentuant encore plus ses caractéristiques, racontant son autobiographie plus ou moins cachée en trois épisodes. Voici le premier, regorgeant de soleil et de jeunes filles en fleurs, de campagne silencieuse et de musique assourdissante en boîte de nuit, de contemplation et de fêtes, bref, de tout de ce qui peut constituer un artiste, réconciliant les contraires dans des blocs de durée impressionnants et infrangibles.  

3. Paul Thomas Anderson (Phantom Thread)

Après s'être confronté à Scorsese (Boogie Nights), Altman (Magnolia), PTA vise désormais le classiscisme pur et l'atteint. Son huitième film Phantom Thread le confirme parmi les metteurs en scène américains les plus doués et passionnants de sa génération, avec David Fincher et James Gray.  Les fantômes de Bergman (Scènes de la vie conjugale) et Hitchcock (Rebecca) planent sur ce film fascinant et mystérieux qui aura marqué cette année tous les amoureux du cinéma. La séquence de l'omelette aux champignons restera comme un sommet de cinématographie culinaire. 

4. Alfonso Cuarón (Roma)

En rendant hommage à la servante qui l'a élevé, Alfonso Cuarón a ému presque tout le monde. Faisons fi de la polémique Netflix. Sans cette plateforme, ce film, Roma, n'aurait sans doute pas existé et nous aurions été privés de l'un des films féministes les plus accomplis de 2018, s'attardant sur le destin d'une femme de ménage. Deux séquences relèvent du prodige de la mise en scène d'Alfonso le magicien, celle de l'accouchement (aussi traumatisante que celle des Fils de l'homme) et celle de la noyade sur la plage qui atteint en un seul plan-séquence le mystère de la grâce absolue. 

5. Kirill Serebrennikov (Leto)

Metteur en scène assigné à résidence pour une sombre affaire de détournement de fonds publics, Serebrennikov a eu le temps de signer cet hymne à l'amour et à la liberté, bercé par l'électricité et l'esthétique BD. Quelques-unes des plus belles séquences de mise en scène se trouvent dans ce film: celle de la plage au début, où Serebrennikov capte ce moment d'abandon et de détachement où tout devient possible, les séquences clipesques révélant la vie rêvée de ces Soviétiques brimés par un régime autoritaire, le plan-séquence de la nuit entre la femme, l'amant possible et le mari frustré... 

TOP ACTRICES 

1. Lady Gaga (A Star is born)

Who else ? Sans plaisanter, l'actrice la plus émouvante en 2018, ce fut elle. Elle qui n'a peur de rien sur scène a réussi à rendre parfaitement crédible son personnage d'Ally, débutante qui a peur de tout. Un détail de jeu inoubliable, cette manière de mettre ses deux mains sur ses yeux, pour ne pas voir le public. Détail génial, improvisé ou pas, qui montre tout le talent d'actrice de Stefani Germanotta. Quant aux chansons, elle a su écrire et composer des classiques instantanés dans le style folk-rock, qui forment sans doute à l'arrivée l'un de ses meilleurs albums. 

2. Meryl Streep (Pentagon Papers)

On n'est pourtant pas inconditionnel de Meryl Streep mais bien dirigée par un grand réalisateur, comme dans Sur la route de Madison, Meryl peut accomplir des prodiges. Ici, elle incarne parfaitement Kay Graham, devenue par accident directrice d'un grand journal. Balbutiant au début ses quelques mots dans un monde terriblement masculin, elle saura s'affirmer et prendre la décision qui s'impose envers et contre tout, pour défendre la liberté de la presse. 

3. Jodie Comer (Killing Eve)

Les Golden Globes ont choisi de récompenser l'excellente Sandra Oh mais c'est pourtant définitivement Jodie Comer qui nous aura fascinés. Dans ce tandem indissociable de chat et de souris, Jodie Comer incarne la part de folie et de sociopathie la plus irrationnelle dans une tueuse professionnelle, pleine d'humour noir et dépourvue d'empathie. A seulement 25 ans, séduisante et subtile, Jodie Comer montre une palette de jeu sans pareille. L'avenir s'ouvre devant elle pour une ribambelle de grands rôles. 

4. Frances McDormand (Three Billboards)

Plus de vingt ans après Fargo, Frances McDormand retrouve un grand rôle au cinéma. En mère obsédée par son désir de vengeance, elle interprète un peu le symbole de #Metoo, y compris dans son acharnement à obtenir justice pour sa fille, allant jusqu'à causer des dommages collatéraux disproportionnés. Souvent figée dans son comportement mutique, McDormand n'aura pas volé son Oscar ni son statut d'icône féministe, hérité de ce film.   

5. Adèle Haenel (En liberté !)

A force de la voir dans des drames, on avait oublié le formidable tempérament comique d'Adèle Haenel. En veuve indépendante, elle aurait certainement beaucoup plu à Howard Hawks qui l'aurait immédiatement embauchée pour l'une de ses "screwball comedy". Elle était déjà très drôle dans Les Combattants de Thomas Cailley ; elle l'est encore davantage dans le film de Salvadori. Dans En Liberté !, elle fonce, parle et bouge sans retenue, incroyable témoignage vivant d'une actrice en totale liberté.

Mention spéciale à Mj Rodriguez pour son personnage de "mère adoptive" dans Pose. Mj aura fourni dans la série LGBT de Ryan Murphy, nouvel havre capraesque de paix et d'accueil, quelques-uns des moments les plus émouvants interprétés par une actrice cette année. 

Mention spéciale à Vicky Krieps qui a su tenir tête au géant de l'art dramatique Day-Lewis. La réussite de Phantom Thread lui doit beaucoup.

TOP ACTEURS

1. Ethan Hawke (Sur le chemin de la rédemption)

Le film de Paul Schrader n'est sorti qu'en DVD chez nous mais cela ne constitue pas une raison pour ignorer Ethan Hawke qui y trouve son plus beau rôle, celui d'un pasteur perdu entre le désespoir venant du deuil de son fils et la contamination du désir de violence d'un écologiste dépressif qui le prend pour conseiller spirituel. Tout en retenue et en intensité frémissante, la composition d'Ethan Hawke, signalée par de nombreux prix, devrait, espérons-le, le mener jusqu'à la cérémonie des Oscars. 

2. Daniel Day-Lewis (Phantom Thread)

On ne présente plus Daniel Day-Lewis, ce Stradivarius de l'art dramatique. Pourtant il ne nous aura guère émus jusqu'à ce nouveau film de Paul Thomas Anderson qui pourrait contenir son ultime rôle. En styliste perfectionniste et égocentrique, Day-Lewis, pour une fois, ne cabotine pas et se contente d'être simplement émouvant. Il n'a pas eu d'Oscar pour ce rôle, lui le lauréat trois fois récompensé. Comme quoi on est rarement récompensé pour ses meilleures prestations. 

3. Shaïn Boumedine (Mektoub my love : Canto uno)

C'est le jeune homme observateur, souvent sur la réserve, qui représente le centre névralgique de Mektoub my love Canto Uno. Autour de lui, gravitent les membres de sa famille, ainsi que des jeunes filles inoubliables. 

4. Evan Peters (Pose)

A force de le voir en Quicksilver ou dans American Horror Story, on avait presque oublié qu'il pouvait interpréter un personnage plus profond. C'est chose faite dans Pose où en mari employé de Trump dans les années 80, amoureux désespéré d'une prostituée trans, il s'avère absolument bouleversant dans ses doutes et ses espoirs enfuis. On espère le revoir dans d'autres rôles aussi perturbants et bien écrits. 

5. Richard Madden (Bodyguard)

Dans Bodyguard, dès le début, il déjoue presque à lui tout seul un attentat terroriste dans un train. Pied au plancher, il ne ralentira pas tout du long des six épisodes de Bodyguard. Il a été justement récompensé du Golden Globe du meilleur acteur dramatique dans une série. Perclus de doutes et de traumas liès à la guerre en Irak, son personnage invente un futur passionnant à celui qui a été pour l'instant trop célèbre sous l'appellation contrôlée de "King of the North". 

Par Emilie BOCHARD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD