Critique The Good Place

The Good Place
C’est bien de cela dont traite The Good Place : de notre lien à l’autre, et de notre regard sur l’autre, de ce qui nous est commun, différent, et peut-être complémentaire.

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Anne-soizic BOUENARD

Critique de la Série

Depuis 2017 Netflix nous régale avec la série punchy et loufoque de Michael Schur ; l’occasion de revoir Kristen Bell et Ted Danson dans des rôles totalement différents des séries à succès pour lesquels nous les connaissons : Véronica Mars pour l’une, Les Experts pour l’autre.

C’est bien de cela dont traite The Good Place : de notre lien à l’autre, et de notre regard sur l’autre, de ce qui nous est commun, différent, et peut-être complémentaire.

Résumons l'argument de The Good Place, pour ceux qui n'auraient pas la chance de connaître cette série. Après sa mort, Eleanor arrive au Bon Endroit, Paradis où les « bonnes personnes » sont admises lorsqu’elles ont bien agi de leur vivant (sinon, elles vont au Mauvais Endroit). Elle y rencontre son Ame sœur, Chidi, et aménage dans sa maison construite à partir de ses goûts. Oui mais voilà, il y a eu erreur sur Eleanor. Si elle tente de d’abord garder ce secret pour elle en mentant, Chidi s’en rend rapidement compte au gré de l’attitude d’Eléanor et des dérèglements de l’organisation du Bon Endroit survenant suite aux « mauvaises » actions d’Eléanor. Leur vie quotidienne devient vite un tas d’évènements incroyables et de quiproquos…

Notons d’abord le ton unique de cette série. A priori léger et conformiste puisqu’elle se déroule au Bon Endroit où vit une communauté exclusivement gentille et bien sous tout rapports, on identifie vite l’aspect ennuyeux d’une vie ultra-normée malgré des pots de crème glacée à volonté et fêtes à toute occasion. Si l’authenticité et le sans-filtre d’Eléanor dénotent, à y regarder de plus près elle est juste…menteuse, nombriliste, intéressée, feignante ; un peu comme chacun d’entre nous parfois.

Et c’est qu’il lui en arrive des choses pendant les 22 petites minutes de chaque épisode ! Alors que nous sommes habitués au format des 42 ou 52 minutes, ce format plus court donne un rythme plus condensé à l’action, et plus dynamique au découpage (par chapitre) du scénario de chaque saison.

Au-delà de son regard décalé sur cette vie paradisiaque, le comique de situation est permanent autant au premier qu’au second degré, car il met en jeu non seulement la situation singulière d’Eléanor mais aussi la répercussion de ses actions sur les autres. Le jeu des acteurs et la V.O. ont alors un rôle primordial dans l’appréciation de la finesse de ce qui nous est donné à voir.

Car si on peut s’en tenir à l’agréable moment du visionnage, The Good Place est aussi l’occasion d’évoquer et interroger des thèmes plus profonds.

Tout d’abord la notion d’identité : Eléanor se rend vite compte du dilemme à vouloir être elle-même et à devoir devenir une « meilleure version » d’elle-même pour rester vivre au Bon Endroit. On observe ainsi son évolution flagrante au fil de la 1ère saison face à chaque action qui démontre l’impact de ses choix faits d’abord pour elle-même, introduisant la notion de « bonne personne » (pour qui ? pourquoi ?).

Elle apprend alors grâce à la mise en exergue par Chidi de l’implication morale des actes/paroles dans une vie en communauté, et aussi au contact des personnages secondaires forts. Sa voisine Tahani qu’on pourrait croire superficielle, s’interroge sur l’intérêt de « passer son temps à être extraordinaire » si cela ne suffit jamais au regard des autres. De même, Jyaniu qui s’avère différent de ce qu’il montre à voir, symbolise parfaitement le lien entre l’intellect et les sentiments.

Donc c’est bien de cela dont traite The Good Place : de notre lien à l’autre, et de notre regard sur l’autre, de ce qui nous est commun, différent, et peut-être complémentaire.

Dans nos sociétés contemporaines connues pour la montée des individualismes, nous pouvons ici voir combien le lien à nos contemporains est important pour nous mais aussi pour le collectif, même s’il est fait de compromis.

L’intelligence de la série pousse notre réflexion jusqu’à nous interroger sur la création par « un système » de ce « Bon Endroit », sur la qualification de ces « failles » qui semblent le faire évoluer, ou sur l’intelligence artificielle vs les sentiments (notamment avec le personnage de Janet).

Autant dire qu’on se délecte de cette subtile série humoristique, et que l’annonce de NBC de prolonger l’aventure avec une saison 4 nous ravit…et nous intrigue… !

Informations

Détails de la Série The Good Place
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Série Genre Aventure - Comédie
Version TV Durée 22 '
Sortie 01/09/2016 Reprise -
Réalisateur Compositeur
Casting Kristen Bell
Synopsis Après avoir été percutée et tuée par un semi-remorque, Eleanor se réveille dans ce qui semble être la vie après la mort. Lorsque Michael, l'Architecte des lieux, lui apprend qu'elle est au "Bon endroit" compte tenu ses bonnes actions, elle réalise qu'elle a été confondue avec quelqu'un d'autre. L'arrivée d'Eleanor pourrait bien mettre en péril l'équilibre de ce monde où personne ne jure ou ne boit de l'alcool à outrance. La jeune femme va devoir travailler sur elle-même afin de devenir une meilleure personne si elle souhaite conserver sa place dans l'au-delà. Bien entendu, elle sera épaulée par de nouvelles connaissances à l'instar de Chidi, son "âme soeur" qui voit toujours le bon côté des gens, ses voisins un peu trop parfaits Tahani et Jianyu, et enfin Janet, véritable source de savoir ambulante...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques