CRITIQUE : Sense8 - Saison 2 (Sense8 - Season 2)


Sense8 - Saison 2

Critique de la Série

Il y a les disciples de Winterfell qui se rongent les ongles chaque année, voyant la nouvelle saison de leur série sans cesse repoussée. Il y a les zombievores bien réglés dans leur calendrier qui attendent la sempiternelle date fatidique du mois d’octobre pour revenir dans la tribu de Rick. Il y a les perspicaces, tapis dans l’ombre, qui se réjouissent des retours impromptus de séries qu’ils croyaient mortes, des aliens de X-Files aux murs lugubres de Prison Break, en passant par la mystérieuse ville de Twin Peaks. Et puis, il y a les sensitifs. Sense8, série créée par les Wachowski en 2015, a dynamité les codes dès sa mise en ligne sur la plate-forme Netflix. À l’image atypique des personnages qui y sont dépeints, la série redéfinit les grandes lignes de la science-fiction, du drame, de l’action et de la romance. Conjuguant à merveille les genres qu’elle côtoie, la série s’était d’emblée imposée comme un incontournable dont l’exécution flirtait de près avec les astres de la maestria. Sense8 nous emmenait avec 8 individus issus des quatre coins de la planète qui se retrouvaient connectés émotionnellement, spirituellement et de manière sensorielle. Avec son immense lot de problématiques intenses, nous apprenions à découvrir les différentes personnalités de chacun, ce qu’ils peuvent s’apporter entre eux et leur lutte contre une terrible organisation qui leur veut du mal. En l’espace de douze épisodes, les Wachowski bouclaient une saison d'anthologie comme on avait peu (voire jamais) vu à la télévision. Sense8 proposait une première saison grandiloquente si bien que l’attente du second souffle devenait presque étouffante. Lana Wachowski (Lilly s'étant mise en retrait depuis son opération) nous avait apporté une bouffée d’oxygène plus que bienvenue en fin d’année dernière avec un épisode de Noël de plus de deux heures qui lançait de nouvelles problématiques. Les retrouvailles tant attendues avaient mis du baume au cœur, mais devoir se priver à nouveau de nos héros pour une durée encore indéterminée était un déchirement incommensurable. Il aura fallu patienter près de deux ans pour enfin voir éclore cette seconde saison.

Cette seconde saison de Sense8 enfonce encore plus le clou de la réussite.

Plus d’une année s’est écoulée depuis que Will est venu libérer Riley des griffes de Whispers. En fuite, le couple échafaude un plan pour contrer les agissements de Whispers et de son organisation. Ils sont aidés par les autres membres de leur cercle sensitif. Chacun des personnages tente désespérément d’amadouer leur incroyable pouvoir afin de régler les problèmes qui font leur vie quotidienne. Le temps des découvertes est révolu, les héros apprivoisent leur don. Pour cette nouvelle saison, les sensitifs entrent plus facilement en communion. Les individus se regroupent comme une seule et même entité. Ils règlent leurs problèmes à huit et pas autrement. La première saison avait cet effet de surprise de créer huit histoires enrichissantes et au potentiel dramatique suffisamment puissant pour qu’on s’attache à tous les personnages. Si le pari était réussi, qu’en est-il de ce nouvel essai qui se devait de prouver la force de son authenticité ?

Cette seconde saison de Sense8 enfonce encore plus le clou de la réussite. Prolongement efficace de la saison précédente, aux saveurs presque divines tellement le retour de la série était attendu, elle écrase puissamment ses fondations pour nous redonner le même dynamisme avec lequel nous avions quitté les héros il y a deux ans. La série des Wachowski continue de déployer ses ailes. Le fabuleux élan auquel nous avions assisté confirme tous les espoirs avec ces 11 nouveaux épisodes (qui incluent l’épisode de Noël de la fin de l’année dernière). Les sensitifs continuent d’explorer les racines mythologiques qui font d’eux ce qu’ils sont. Nous en apprenons beaucoup plus sur l’organisation qui les traque ainsi que sur l’étendue des capacités que propose le don divin des sensitifs. Si des questions trouvent un début de réponse, Lana Wachowski n’oublie pas d’étoffer leur récit en en amenant de nouvelles. Rien n’est vain, tout vient s’imbriquer comme un puzzle constitué de milliers de pièces qu’on se languit de finir tout en appréciant sa complexité d’assemblage. Ce qui fait la force de cette nouvelle saison réside dans sa capacité à rendre aussi simple un scénario aux tenants et aboutissants terriblement complexes. Lana Wachowski a pris le temps de la réflexion. Ce n’est pas le tout de vouloir proposer des histoires aussi intenses, il faut que cela ait un sens (en témoigne la superbe fresque qu’était Cloud Atlas). Deux ans d’attente pour ne pas être déçu une seule seconde, ça valait le coup d’attendre !

Si trois personnages se démarquaient lourdement du lot dans la première saison (Will, Riley et Nomi, noyau vraiment dur du cercle), il est agréable de constater que Lana Wachowski focalise nettement plus son attention sur d’autres protagonistes ici. Nous en saurons beaucoup plus les cinq personnages « annexes ». Non pas qu’ils furent effacés lors de la saison précédente, au contraire. Sense8 possède tellement de personnages riches qu’il est difficile d’avoir une préférence. En revanche, nous serons plus que ravis de l’affirmation de Kala qui s’assume comme une femme forte et indépendante, du renoncement de Lito au secret de sa vie privée, ou encore de la détermination vengeresse de Sun qui brise sa carapace énigmatique, tout comme Wolfgang d’ailleurs. Mais celui qui opère un changement spectaculaire reste Capheus. Quel parcours ! S’il est celui qui est le moins souvent sollicité lors des connexions sensitives, il est celui à qui cela profite le plus. Sans dévoiler ce que lui réserve cette saison, il fallait tout de même le souligner. Le tout est magnifié par une réalisation, une fois encore, soignée comme jamais; et notamment les scènes d’amour qui sont d’une beauté plastique et artistique renversante.

L’humanité est précieuse…voilà le fondement de cette série d’une intelligence, d’une beauté et d’une humilité rare.

Lana Wachowski affirme ici haut et fort sa dévotion en l’humanité. Sense8 est une série qui prône la tolérance, l’amour véritable et divin. C’est une série sur la nature humaine dans tout ce qu’elle a de magnifique et de destructeur à la fois. Sans jamais se poser comme une redresseuse de torts, notre  réalisatrice dresse les portraits édifiants de différents individus qu’elle aurait pu croiser dans sa vie. Pourtant, avec Nomi qui se posait comme une personnification évidente de Lana Wachowski, avec la crise identitaire qui accompagne son personnage et tous les problèmes liés à l’amour transgenre qui la préoccupe, il y avait de quoi tomber dans la moralité de pacotille. Mais Lana Wachowski a toujours été plus intelligente que cela. Si elle a connu une vie privée assez mouvementée, cela ne s’est jamais ressenti dans son œuvre. Au contraire, plus elle crée, plus il y a une sagesse qui se dégage de son travail. Cette même sagesse qui l'empêchera également d’amener ses héros vers l’inévitable. En effet, cette seconde saison manque de souffle dans son dernier tiers. Non pas que la série perde en intérêt, mais il s’en dégage une sorte de gêne qui pousse Lana Wachowski à ne plus faire avancer trop vite ses héros. Cette perte de vitesse cache cependant deux épisodes finaux d’une intensité viscérale, pour ne pas dire insoutenable. Les choses se précisent dans ces deux derniers épisodes et la rage s’installera au paroxysme d’un dernier quart d’heure exaltant. Le sprint final, au même titre que celui de la première saison, nous laisse cruellement sur notre faim. La conclusion est aussi salvatrice que frustrante, nous n’avons clairement pas envie d’attendre deux années de plus pour voir la suite. Ayez pitié, dites-nous qu’il y a un épisode caché qui va apparaître dans les prochaines semaines ?

Sense8 s’offre une seconde saison aussi réussie que la première. Les enjeux ont de plus lourdes conséquences sur les personnages, mais les choix artistiques de Lana Wachowski restent définitivement les plus justes. Peu importe le chemin que fait prendre la série à ses personnages, on en sort avec l’envie d’aller à la rencontre de son prochain et de rassembler les foules en passant outre son orientation sexuelle, son origine ethnique ou sa religion. L’humanité est précieuse…voilà le fondement de cette série d’une intelligence, d’une beauté et d’une humilité rare.

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Informations

Détails de la Série Sense8 - Saison 2 (Sense8 - Season 2)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Série Genre Thriller - Science - Fiction - Fantastique
Version TV Durée 60 '
Sortie 05/05/2017 Reprise -
Réalisateur James McTeigue - Lana Wachowski Compositeur Johnny Klimek - Tom Tykwer - Gabriel Isaac Mounsey
Casting Doona Bae - Miguel Ángel Silvestre - Max Riemelt - Tuppence Middleton - Jamie Clayton - Tina Desai - Brian J. Smith - Freema Agyeman - Terrence Mann - Eréndira Ibarra - Alfonso Herrera
Synopsis Huit individus éparpillés aux quatre coins du monde sont connectés par une soudaine et violente vision. Désormais liés, ils se retrouvent capables du jour au lendemain de se voir, de se sentir, de s'entendre et de se parler comme s'ils étaient au même endroit, et ainsi accéder aux plus sombres secrets des uns et des autres. Les huit doivent dès lors s'adapter à ce nouveau don, mais aussi comprendre le pourquoi du comment. Fuyant une organisation qui veut les capturer, les tuer ou faire d'eux des cobayes, ils cherchent quelles conséquences ce bouleversement pourrait avoir sur l'humanité.

Par Anthony Verschueren