CRITIQUE The Walking Dead : Saison 7 (The Walking Dead : Season 7)

The Walking Dead : Saison 7

Critique de la Série

Voilà déjà sept années que nous suivons attentivement les aventures de Rick et de sa famille de survivants dans un monde dévasté. L’adaptation télévisuelle du roman graphique de Robert Kirkman avait battu tous les records d’audience lors de la saison précédente. Une saison 6 dont nous n’avions pas manqué de remarquer l’audace et la bonification de son rythme soutenu, et un scénario de plus en plus enrichi. L’épisode final laissait enfin apparaitre la silhouette du terrible Negan, le mal incarné qui allait donner du fil à retordre à Rick et sa bande. L’inévitable issue de ce final grandiloquent s’est enfin révélée dans un premier épisode chaotique et douloureux d’une intensité jamais atteinte par la série auparavant. Negan redistribue les cartes. Pour cette nouvelle saison, Rick est désemparé. Il est contraint et forcé de se soumettre à Negan. La rébellion s’organise dans les différents camps autour d’Alexandria. La famille de Rick s’est dispersée. Chacun élabore le meilleur des plans afin de contrer Negan et les Sauveurs.

The Walking Dead tente de renouveler sa conception d’écriture, mais reste encore trop piégée dans la sempiternelle structure qu’elle s’impose depuis le départ.

Depuis sept ans, nous avons pu nous familiariser en bonne et due forme avec la structure sémantique des saisons de The Walking Dead. Chacune des saisons s’ouvre de manière audacieuse et concentre ses propos les plus spectaculaires au sein de sa première partie, diffusée entre octobre et décembre. La pause hivernale insuffle sans cesse un coup de mou, un redémarrage propice à la réflexion pour mieux nous embarquer dans un season finale haut en couleur. Cette nouvelle saison paie le prix fort de cette manière de construire la série. Si la première partie est si mémorable qu’elle délivre certains de ses meilleurs épisodes jusqu’à aujourd’hui, la seconde laisse un sérieux goût de déjà-vu qu’on aura du mal à digérer. Pourtant, tout semblait sourire à The Walking Dead afin de ne pas souffrir du fameux syndrome de la saison de trop. Si le show n’en est pas encore arrivé à cet extrême, il faudrait voir à totalement réussir à redéfinir ses codes pour ne pas sombrer lors de la prochaine saison. La première partie empruntait le meilleur chemin possible. Elle calquait parfaitement les intentions du roman graphique en décidant d’éclater le groupe de survivants. The Walking Dead, à ce moment précis de l’histoire, n’est plus emmené par le leadership naturel de Rick, mais bel et bien par l’ensemble de la communauté qui l’entoure. Ainsi, cette saison prend le temps de mettre en avant des personnages quasiment invisibles jusqu’alors et leur donne du corps et une destinée qu’on n’aurait pu soupçonner les concernant (Sasha, Eugene, Tara ou encore Rosita). Il y a bien une redéfinition des tâches puisque Rick n’a plus la force de porter son monde à bout de bras. L’énorme galerie de nouveaux personnages qui englobe la secte de Negan et ceux du Royaume offre également de solides pistes et du sang neuf bienvenu. Le spectateur omniscient est au courant de tous les faits et gestes de tous les camps, on n’a pas le temps de s’ennuyer, c’est une évidence ! Mais alors, pourquoi tout cela semble-t-il si téléphoné en fin de compte ?

Cette septième saison de The Walking Dead manque clairement d’audace.

Cette septième saison de The Walking Dead manque clairement d’audace. Le joug de Negan fait tellement trembler les camps que peu de personnages arrivent à s’émanciper. Après le superbe premier épisode, très « game of thronien », les scénaristes semblent ne pas réussir à aller de l’avant, à faire avancer leurs héros. Si nous soulevions une percée importante de certains personnages ci-dessus, il est terrible de constater un effacement total de tous ceux que nous avons chéris jusqu’alors. Que ce soit Rick, Michonne, Carole ou même Daryl, tous semblent avoir été mis de côté délibérément dans le seul but de mettre en avant les seconds couteaux. L’état de deuil dans lequel les héros s’enferment est une chose, les rendre totalement inertes en est une autre. Cette septième saison semble crier haut et fort que tous les personnages ne peuvent coexister en même temps, voilà pourquoi beaucoup semblent effacés depuis des lustres. Et ce n’est pas la seconde partie de la saison qui viendra nous faire dire le contraire. Même si l’ennui ne prédominait pas les séances, force est de constater qu’il ne se passait pas grand-chose de constructif. Nous n’assistons, ni plus ni moins, qu’à l’errance de héros fatigués. Fort heureusement, l’aura incommensurable de Jeffrey Dean Morgan dans la peau de Negan vient sauver les meubles. Il incarne parfaitement le méchant dépeint dans les romans de Kirkman : vicieux, sadique et sans pitié. Il est bien loin le temps des gamineries du fade Gouverneur, The Walking Dead adopte enfin le ton adulte et acerbe de son modèle, et ce n’est pas pour nous déplaire. Ceci explique probablement les choix hésitants des scénaristes qui ne savent que faire de leurs personnages. Ils sont indéniablement tiraillés entre l’envie de continuer à plaire à un public fidèle et adepte de la formule initiale et l’absolue nécessité de devoir donner un bon coup de balai vivifiant au show. Et du nouveau, The Walking Dead en aura bien besoin lors de sa prochaine saison si la série souhaite garder son attractivité.

The Walking Dead, avec cette saison sept, tente de renouveler sa conception d’écriture, mais reste encore trop piégée dans la sempiternelle structure qu’elle s’impose depuis le départ. Si de nombreuses fulgurances sont à saluer, l’ensemble demeure encore bien trop conforme pour ne pas constater un début de lassitude. Une saison en demi-teinte sauvée par une première moitié relativement prodigieuse. Ne reste plus qu’à espérer une huitième saison vraiment surprenante pour ne pas sombrer définitivement dans les rouages inconsistants de la fameuse saison de trop. Affaire à suivre…

Note : Intéressant dans son ensemble. Verdict : Intéressant dans son ensemble.

Anthony Verschueren

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.