CRITIQUE : Night Gallery - saison 3 (Night Gallery - season 3)


Night Gallery - saison 3

Critique de la Série

Que les amateurs d’histoires macabres et peintures inquiétantes se réjouissent ! Night Gallery revient pour une troisième et dernière saison en coffret DVD chez Elephant Films, disponible depuis le 18 janvier dernier. Une saison écourtée alors que la série avait du mal à réaliser les audiences attendues. C’est donc désormais sous un format de 25 minutes que les épisodes sont proposés. Ce qui ne manque pas de dynamiser la série. Là où certaines histoires de la saison 2 n’étaient pas toujours inspirées au long de ses 22 épisodes, le format 25 minutes pousse les scénaristes à se tourner vers des histoires plus courtes, plus efficaces. Il n’y a d’ailleurs quasiment plus d’épisodes proposant plusieurs histoires (2 sur 15 seulement) mais que des épisodes avec un récit complet.

Perdant en durée, Night Gallery gagne en efficacité. Certes, l’essoufflement se fait toujours sentir. Contrairement à La Quatrième Dimension, Rod Serling n’écrit ici que peu d’épisodes (c’est bien dommage, ce sont généralement les meilleurs) et les récits, bien que proposant des histoires toujours divertissantes, peinent parfois à se renouveler. Des sentiments de déjà-vu nous envahissent à la vision de Fright Night et son couple faisant face à une malle hantée dans une ferme isolée ou encore devant She’ll be compagny for you et son veuf harcelé jusqu’à la folie par un chat.

Des épisodes plus courts pour une troisième et ultime saison parfois essoufflée, souvent inspirée.

Cela dit, Night Gallery sait toujours surprendre. Serling, conteur hors-pair, sait choisir les histoires qu’il veut nous montrer. Les amateurs de contes macabres sauront se délecter devant certains épisodes, en particulier Return of the Sorcerer, premier de la saison mêlant magie noire, décapitation, démembrement et l’excellent Vincent Price. Rare Objects et son collectionneur un peu particulier ainsi que le troublant Finnegan’s Flight sur les pouvoirs de l’hypnose sauront également nous amuser et nous troubler.

Se regardant très rapidement, cette dernière saison de Night Gallery est, malgré ses défauts, un délice. La série, désormais visible en France, n’a cessé de montrer son inventivité et son vivier de talents, en témoigne ce dernier baroud d’honneur mettant en scène Mickey Rooney, Raymond Massey, Sandra Dee, James Farentino, Leonard Nimoy, Burl Ives, Stuart Whitman, Lorraine Gary, Geraldine Page, Burgess Meredith ou encore Dina Merrill. Notons également que Jeannot Szwarc, John Badham et même Leonard Nimoy sont passés derrière la caméra le temps d’un ou plusieurs épisodes. Anthologie macabre à souhait qui a su proposer plusieurs histoires saisissantes, Night Gallery s’est arrêtée trop tôt en dépit de ses petits défauts. On suspecte encore Rod Serling d’avoir caché des tableaux au grenier mais peut-être sont-ils mieux là où ils sont…

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Informations

Détails de la Série Night Gallery - saison 3 (Night Gallery - season 3)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Série Genre Epouvante - Science - Fiction - Fantastique
Version TV Durée 25 '
Sortie 24/09/1972 Reprise 18/01/2017
Réalisateur Multiples - Leonard Nimoy - Jeannot Szwarc - Jeff Corey - John Badham - Jack Laird Compositeur Multiples
Casting Sally Field - Burgess Meredith - Mickey Rooney - Geraldine Page - Leonard Nimoy - Raymond Massey - Burl Ives - Vincent Price - Stuart Whitman - Sandra Dee - Dina Merrill - James Farentino - Barbara Anderson - Gary Lockwood - Lesley Ann Warren
Synopsis Soyez les bienvenus pour cette exposition privée de tableaux, présentés ici pour la toute première fois ! Chacune de ces œuvres est unique en son genre, non pas en raison de sa qualité artistique, mais parce que chaque peinture capture un instant précis dans sa toile, un moment prisonnier à la fois du temps et de l'espace, une situation de pur cauchemar...

Par Alexandre Coudray