CRITIQUE : Gundam 00 (Kidō Senshi Gundam Double O)


Mobile Suit Gundam: The Origin

Critique de la Série

Code Geass: Lelouch of the Rebellion a réussi lors de sa sortie en 2006/2007 deux choses assez impressionnantes. Montrer au monde entier que l’on peut parler de façon crédible et incroyablement efficace de politique, d’espionnage, de fantasy et de science fiction, le tout sur fond de combats Mecha dantesques. Mais également faire passer quasiment inaperçu la sortie 6 mois plus tard de Gundam 00  (en France tout du moins) réalisé par Seiji Mizushima qui avait auparavant travaillé en tant que réalisateur sur la première série Full Metal Alchemist ou Vandread. En effet, la vague Code Geass avait tout arraché sur son passage et Gundam 00 en a fait indirectement les frais en n’ayant pas eu l’exposition médiatique dont il aurait dû bénéficier car, disons-le de suite, Gundam 00 est un anime de très bonne qualité en 2 saisons et 50 épisodes.

Nous sommes en 2307 et les combustibles fossiles sur Terre ont été épuisés. L'humanité se tourne donc vers la prochaine et seule source d'énergie disponible: l'énergie solaire. Pour exploiter cette énergie, trois ascenseurs orbitaux avec des systèmes de production d'énergie solaire sont construits, chacun sous le contrôle d’une super nation: l'Union de l'énergie solaire et des nations libres (sous l’égide des Etats-Unis), la Ligue de la Réforme Humaine (Russie, Chine et Inde) et l’Union Européenne Supérieure. Cependant, les pays ne se pliant pas aux règles de ces super nations n’ont pas le droit de profiter de cette énergie, générant haine et conflits armés parfois sur des décennies. Dans ce contexte va apparaitre une mystérieuse organisation, les Etres Célestes, qui a un seul but : éradiquer tout conflit armée par la force sur Terre. Pour se faire, Ils interviennent et punissent toute entité à l’origine d’un conflit avec des Mecha (robots de combats géants) appelés Gundam dont la supériorité technologique les rend presque indestructibles.

Gundam 00 met en avant une humanité qui a su changer et progresser technologiquement pour s’en sortir.

L’histoire met au centre de son intrigue un contexte géopolitique né d’un évènement on ne peut plus crédible, à savoir l’épuisement des énergies fossiles sur Terre. Mais au lieu de se contenter de créer un monde aux allures cyberpunk ou tout le monde s’égorge pour son litre de mazout, Gundam 00 met en avant une humanité qui a su changer et progresser technologiquement pour s’en sortir. Ce progrès ne s’est pas fait avec tout le monde (comme souvent) mais cela rend les conflits qui en résultent beaucoup plus intéressants car moins manichéens et plus sournois. La mission que se donne les Etres Célestes en devient donc plus difficile à comprendre pour les Terriens. Celle-ci est simple : arrêter tous les conflits dans le monde entier. Leurs interventions ne sont pas un signe de soutien à l’opprimé mais une punition à l’assaillant. Et comme l’opprimé d’hier peut devenir l’assaillant de demain, les Etres Célestes sont virtuellement les ennemis et les sauveurs de la Terre entière. Cette situation pourra devenir un lourd fardeau à porter pour les Gundam Meisters (pilotes des Gundams) qui feront souvent face à des situations compliquées éthiquement et émotionnellement.

Qui sera un allié jusqu’à la fin ? Qui deviendra un ennemi ? Cela donne lieu à des retournements de situation très intéressants

C’est là que réside une grande partie de l’intérêt de Gundam 00: rien n’est tout blanc ou tout noir. L’anime nous fera passer ce message là tout au long de l’histoire à travers une morale simple mais trop souvent oubliée: pour avancer et devenir meilleur, tu dois te comprendre toi-même et comprendre les autres. En gros, si nous voulons changer les choses, nous devons le faire tous ensemble, pas en imposant ses idéaux. Cela peut faire sourire venant d’un anime qui commence avec un groupe de Mecha qui veulent exterminer la violence dans le monde par la force mais c’est très bien amené à travers les combats et les personnages eux-mêmes. Le Gundam Meister, Setsuna F. Seiei, présenté comme un garçon froid, limite robotique (et un peu insupportable) qui intervient sans réfléchir avec son Gundam pour punir les fauteurs de trouble, va graduellement et logiquement se transformer, comprendre et incarner cette morale. Les personnages gravitant autour des Meisters, alliés ou ennemis, vont aussi passer par le même type d’épreuve et de transformation, rendant l’environnement de Gundam 00 incertain. Qui sera un allié jusqu’à la fin ? Qui deviendra un ennemi ? Cela donne lieu à des retournements de situation très intéressants avec un scénario beaucoup moins linéaire à titre de comparaison qu’un Code Geass, plus simpliste sur son contexte politique et sur les objectifs du héros, au départ tout du moins.

Bien entendu, tout n’est pas parfait. Là ou Gundam 00 peut etre inférieur à un Code Geass, c’est sur le rythme et le côté un peu WTF de certaines réactions. En effet, l’anime aurait pu perdre une petite dizaine d’épisode pour éviter des moments de flottements dans l’intrigue ou le surdéveloppement de certains personnages complètement inutiles à l’histoire au moment des faits. On comprend du coup assez facilement que ces personnages seront utiles par la suite, ce qui revient à mettre un gros sous-titre du style : faites attention et ressentez des émotions pour eux, ça sera important par la suite ! Vous comprendrez très vite à qui nous faisons référence en visionnant la série. Enfin, certaines réactions ou comportements vous sembleront forcés, voire un peu cartoonesques, comme par exemple le méchant qui n’achève pas le gentil après l’avoir blessé au pistolet pour le combattre une dernière fois avec son Gundam. Pourquoi ? Parce que la blessure servira derrière à mettre en avant quelque chose d’autre par la suite mais elle n’a aucune logique sur le moment. Cela ne vous sortira pas de l’histoire à proprement parlé mais cela peut dénoter une certaine faiblesse d’écriture heureusement très sporadique.

Conclusion : Gundam 00 a commis une erreur de débutant : avoir une histoire qui parle de mecha, de politique, d’espionnage, de fantasy et de sience fiction et s’attendre à ce qu’on ne le voit pas comme un Code Geass bis ou un Code Geass du pauvre. Malheureusement, Il n’en a fallu pas plus au grand public Français pour arriver à cette conclusion ou se dire qu’il s’agissait d’un bête et méchant anime avec des robots, étant beaucoup moins familier avec la licence Gundam qu’au Japon. SI vous faites partis de ces gens, foncez regarder cette série et vous serez pardonnés. Si vous n’aviez jamais entendu parler de Gundam avant cet article, foncez et vous aurez découvert une très belle licence. Enfin, si vous n’avez jamais entendu parler de Code Geass, vous aurez 50 épisodes à regarder avant de vous mettre à Gundam 00.

 

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Informations

Détails de la Série Gundam 00 (Kidō Senshi Gundam Double O)
Origine Japon Signalétique Interdit aux moins de 10 ans
Catégorie Série Genre Action - Drame - Dessins Animés - Science - Fiction - Guerre - Manga
Version TV Durée 25 '
Sortie 06/10/2007 Reprise -
Réalisateur Seiji Mizushima Compositeur
Casting Hiroshi Kamiya - mamoru miyano - Hiroyuki Yoshino - Shinichiro Miki
Synopsis Nous sommes en 2307 et les combustibles fossiles sur Terre ont été épuisés. L'humanité se tourne donc vers la prochaine et seule source d'énergie disponible: l'énergie solaire. Pour exploiter cette énergie, trois ascenseurs orbitaux avec des systèmes de production d'énergie solaire sont construits, chacun sous le contrôle d’une super nation. Cependant, les pays ne se pliant pas aux règles de ces super nations n’ont pas le droit de profiter de cette énergie, générant haine et conflits armés parfois sur des décennies. Dans ce contexte va apparaitre une mystérieuse organisation, les Etres Célestes, qui a un seul but : éradiquer tout conflit armée par la force sur Terre. Pour se faire, Ils interviennent et punissent toute entité à l’origine d’un conflit avec des Mecha (robots de combats géants) appelés Gundam dont la supériorité technologique les rend presque indestructibles

Par Julien GORETTI