Critique Les Profs

Les Profs
Les Profs perdure une idée de cinéma familial d’antan remis au goût du jour par un réalisateur à la fibre artistique enfantine plus que touchante. Pierre-François Martin-Laval délivre un film calibré au juste dosage.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

S’il y a bien un format lourdement respecté et apprécié par nos cinéastes, c’est la bande dessinée. Se confortant dans un chauvinisme fier de nos artisans, les adaptations plus ou moins fidèles de nos ouvrages d’enfance ont envahi nos écrans depuis quelques années, Tintin ayant ouvert (douloureusement ?) la voie en 1964 avec ses fameuses oranges bleues. Ainsi, quel ne fut pas notre bonheur lorsque Pierre-François Martin-Laval s’est attelé à adapter les ouvrages d’Erroc, illustrés par Pica et Mauricet, Les Profs. Avec ses 12% de réussite au bac, le lycée Jules Ferry est le pire lycée de France. Ayant déjà épuisé toutes les méthodes conventionnelles, l’inspecteur d’Académie s’en remet aux conseils de son adjoint. Ce dernier lui propose de recruter une équipe de professeurs selon une nouvelle formule : aux pires élèves, les pires profs, afin de soigner le mal par le mal. Voilà la dernière chance pour l’inspecteur de sauver son établissement, à condition de dépasser les 50% de réussite au bac.

Aux pires profs, le meilleur des castings !

Aux pires profs, le meilleur des castings ! Les Profs jouit d’une brochette d’acteurs confirmés, et en devenir, d’un très bel acabit. Pierre-François Martin-Laval convie tous ses amis dans l’aventure pour nous balancer un film à l’humour débridé et décomplexé, à l’image du support papier ayant l’habitude de vulgariser toutes ses situations afin de mieux faire ressortir leurs côtés absurdes et grotesques. C’est un réel bonheur d’admirer les frasques d’Isabelle Nanty en professeure d’anglais totalement hystérique. Arnaud Ducret est à mourir de rire. Il embellit le personnage de beauf qu’il aime nous servir dans certains de ses sketches au théâtre afin de camper la parfaite caricature du prof d’EPS qui a toujours la bonne punchline assassine au bon moment. Stéfi Celma se glisse facilement sous les traits d’Amina, la prof de français bestialement sexy. Il est fort plaisant, par ailleurs, de remarquer la délicatesse de Martin-Laval de ne pas tomber dans un cliché empli de vulgarité pour ce personnage. Stéfi Celma charme avant tout par un regard ravageur avant de jouer d’une plastique sulfureuse indéniable. Raymond Bouchard rend le personnage de Maurice nettement plus attachant que dans la bande dessinée. Si tous les profs de philo étaient comme Maurice, pour sûr que la matière en intéresserait plus d’un. Christian Clavier nous propose un Tirocu tel qu’on se l’imaginait parfaitement au détour des pages le soir dans notre lit…et ça fait du bien d’avoir un Clavier au ralenti et sans crises d’hystérie. Il permet ainsi de modérer le caractère de feu du personnage de Nanty ainsi que le déjanté prof de chimie planté par un Fred Tousch aussi fou que les expériences qu’il tente de proposer aux élèves.

Pierre-François Martin-Laval délivre un film calibré au juste dosage.

Pierre-François Martin-Laval officie des deux côtés de la caméra pour notre plus grand plaisir. Si son personnage d’Antoine est à son image (touchant, rêveur et amoureux), on admirera surtout le réalisateur. Il s’emploie à créer un univers pétillant et coloré. Soucieux du détail, tentant de se rapprocher le plus fidèlement possible de la BD, il n’en oublie pas moins de nous faire une vraie proposition de cinéma. Les Profs respire cette saveur de cinéma familial, cette envie de sortir une comédie fédératrice, qui réunit petits et grands autour d’un bon plateau-repas. Comme il nous l’avait déjà prouvé avec Essaye-Moi, Pierre-François Martin-Laval est un rêveur idéaliste. Probablement bercé par les films de Louis De Funès et consorts, on ressent cette envie de perdurer un rendez-vous traditionnel dans les familles. Martin-Laval est donc cet homme-enfant qui n’a jamais lâché ses bandes dessinées et compte bien nous faire savoir pourquoi il est important de garder son âme d’enfant (il devrait d’ailleurs s’atteler à l’adaptation de Gaston Lagaffe d’ici 2016). On pourrait ainsi y voir un parallèle comparatif dans son casting, comme s’il essayait de nous dire que peu importe les générations, peu importe l’évolution de l’humour, la bonne humeur doit rester communicative. Et de bonne humeur, Les Profs n’en est absolument pas avare. On ressent l’envie de tous les acteurs de (se) faire plaisir. Et quand un casting fait des étincelles à l’écran de manière aussi significative, on ne peut qu’en sortir conquis. Les Profs n’ira pas plus loin que de retranscrire nos heures de lecture enjouées, emmitouflés bien au chaud sous notre couette. La démarche peut paraître simpliste, certains accusant le film d’être inconsistant et pathétique, mais l’enfant qui sommeille en nous ne peut se résoudre à accepter de telles critiques.

Les Profs perdure une idée de cinéma familial d’antan remis au goût du jour par un réalisateur à la fibre artistique enfantine plus que touchante. Pierre-François Martin-Laval délivre un film calibré au juste dosage, à l’humour ravageur grossissant les traits au maximum afin de faire rire autant les petits que les grands. Et un film qui met les spectateurs de tous les âges sur le même pied d’égalité ne mérite que d’être encouragé.

Informations

Détails du Film Les Profs
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie
Version Cinéma Durée 88 '
Sortie 17/04/2013 Reprise -
Réalisateur Pierre-François Martin-Laval Compositeur Matthieu Gonet
Casting Christian Clavier - Kev Adams - Alice David - François Morel - Pierre-François Martin-Laval - Arnaud Ducret - Stéfi Celma - Isabelle Nanty - Raymond Bouchard - Fred Tousch
Synopsis Avec ses 12% de réussite au bac, le lycée Jules Ferry est le pire lycée de France. Ayant déjà épuisé toutes les méthodes conventionnelles, l’Inspecteur d’Académie, au désespoir, s’en remet aux conseils de son Adjoint. Ce dernier lui propose de recruter une équipe de professeurs selon une nouvelle formule : aux pires élèves, les pires profs pour soigner le mal par le mal… C’est sa dernière chance de sauver l’établissement, à condition de dépasser le seuil des 50% de réussite au bac. L'inspecteur accepte, pour le meilleur... et pour le pire.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques