Critique Derrière le mur, la Californie (This Ain't California)

Derrière le mur, la Californie
Derrière le mur, la Californie, est un documentaire allemand réalisé par Marten Persiel qui signe ici son premier long métrage. Il est programmé en salles le 26 Août 2015.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Maeva Orgueil

Critique du Documentaire

Dans ce film nous suivons 3 gamins qui découvrent l’amour du skateboard sur les trottoirs fissurés de la RDA. Une folie, un sport inacceptable, c’est sûrement ce qui le rendait si excitant. Ce conte de fées à l’accent underground a été créé par ce groupe de jeunes qui ont pu capter leurs vies sur Super 8, nous permettant ainsi de découvrir la vie en RDA comme jamais auparavant. Cette histoire commence dès leurs enfances dans les années 70, avant de basculer dans les années 80 et leurs adolescences agitées, jusqu’à cet automne 1989. Ils ont alors 20 ans et tout ce qu’ils ont connu est sur le point de changer à jamais.

Derrière le mur, la Californie, est un documentaire allemand réalisé par Marten Persiel qui signe ici son premier long-métrage. Il est programmé en salles le 26 Août 2015.

Et nous nous engageons sur une piste houleuse lorsque l'on décide de cantonner Derrière le mur, la Californie au strict genre qu'est celui du documentaire. En effet, le réalisateur qualifie lui même son œuvre de «truc» : « Ce n'est pas une comédie, ce n'est pas un drame, ce n'est pas un documentaire, ce n'est pas un film de fiction, c'est juste un truc ».
A mi-chemin entre le témoignage, l'hommage et l'imaginaire, ce long-métrage se lit et se visionne donc comme un acte de foi, une restitution sincère et atypique de la vie d'un groupe de jeunes mais surtout d'amis en RDA. Entrecoupé d'images d'archives tournées en Super 8 et restituées par les protagonistes eux-mêmes, souvenirs plus ou moins intenses de leurs enfances et de leurs adolescences, d'interviews actuelles, véridiques ou fictionnelles, mais aussi de dessins animés, Derrière le mur, la Californie est une confidence qui vient nous chercher jusque dans nos sièges, en 2015.

Derrière le mur, la Californie se présente donc sans équivoque comme le long métrage de l'espoir, de la fidélité, d'une autre époque.

Passionnant et passionné, le film s'offre à nous avec humilité, sincérité et pertinence, relatant sans tabous ni préjugés les rêves et impertinences d'une jeunesse qui ne désirait que la liberté, l'unité de son pays. Cantonner Derrière le mur, la Californie en un témoignage de skateurs nostalgiques serait alors la plus grosse méprise quant à sa réception... Si Marten Persiel en fait son fil conducteur, les planches à roulette n'en sont nullement l'épicentre, rendant le film absolument accessible. Sans relater strictement les faits, le réalisateur nous transmet des souvenirs, alors que le présent devient prétexte à se remémorer le passé, fictionnel ici mais traduisant pourtant un réalisme qui lui, ne doit rien au 7ème Art. Dans la force sociale et l'espoir, la séparation du film en « parties » nous prouve une fois encore que c'est l'histoire qui fait l'Histoire, sans pour autant tendre à nous en donner une leçon.

Derrière le mur, la Californie est une confidence qui vient nous chercher jusque dans nos sièges, en 2015.

Soutenu par un montage énergique, rapide et saccadé, les passions de cette jeunesse des 80's sont parfaitement et justement retranscrites, alors que les interviews sont filmées en plans plus larges, plus soutenus : l'âge adulte. Encore une fois, la pertinence des choix de Marten Persiel, aussi bien dans sa narration que son esthétique est saisissante. Par ailleurs, la bande son, qui se compose de plus de 40 titres, exacerbe évidemment la vie de ces images, leurs fougues comme leurs fragilités. De plus, le jeu des acteurs est criant de réalisme et on n'en oublierait parfois qu'ils ne jouent qu'un rôle, actuel, sans avoir vécu les années relatées par ceux qui sont interviewés... Troublant !

Derrière le Mur, la Californie se présente donc sans équivoque comme le long-métrage de l'espoir, de la fidélité, d'une autre époque. Passionné ou non de skate board, nous l'avons tous été par la jeunesse et l'investissement de Marten Persiel qui en fait indéniablement un long-métrage à voir comme à partager. Un premier projet très prometteur !

Informations

Détails du Documentaire Derrière le mur, la Californie (This Ain't California)
Origine Allemagne Signalétique Tous Publics
Catégorie Documentaire Genre Indisponible
Version Cinéma Durée 90 '
Sortie 26/08/2015 Reprise -
Réalisateur Marten Persiel Compositeur Lars Damm
Casting David Nathan - Anneke Schwabe - Bill Clinton - Zaneta Fuchsová
Synopsis Dans ce film nous suivons 3 gamins qui découvrent l’amour du skateboard sur les trottoirs fissurés de la RDA. Une folie, un sport inacceptable, c’est surement ce qui le rendait si excitant. Ce conte de fées à l’accent underground a été créé par ce groupe de jeunes qui ont pu capter leurs vies sur Super 8, nous permettant ainsi de découvrir la vie en RDA comme jamais auparavant. Cette histoire commence dès leur enfance dans les années 70, avant de basculer dans les années 80 et leur adolescence agitée, jusqu’à cet automne 1989. Ils ont alors 20 ans et tout ce qu’ils ont connu est sur le point de changer à jamais.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques