Critique Terminator Renaissance (Terminator Salvation)

Terminator Renaissance
Terminator : Renaissance est un film d’action efficace qui offre enfin aux spectateurs ce qu’ils attendaient de voir depuis le premier film. McG se révèle être plus malin qu’il ne paraît dans sa mise en scène.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Après l’échec critique indiscutable d’un troisième opus aux saveurs amères, il fallait que la franchise Terminator reparte sur de bonnes bases. Le projet initial était de faire rempiler les acteurs Nick Stahl et Claire Danes pour un quatrième film, toujours sous l’égide de Jonathan Mostow et de conclure l’histoire dans un potentiel cinquième film réalisé par James Cameron. Bien évidemment, l’offre a été refusée par ce dernier et les scénaristes Michael Ferris et John Brancato sont finalement revenus aux studios de la Warner avec un script étant le point de départ d’une nouvelle trilogie. Faisant table rase de la trilogie précédente (et du casting par la même occasion), ces nouveaux films étaient censés nous conter la lutte de la résistance humaine contre les machines de Skynet dans le futur post-apocalyptique qui nous était vendu auparavant. Terminator : Renaissance est alors confié aux mains de McG (Charlie’s Angels, 3 Days to Kill) et débarque dans nos salles à l’été 2009. En 2018, John Connor est devenu le chef de la résistance humaine. Tandis que les offensives se préparent pour anéantir définitivement Skynet, il doit mettre la main sur Kyle Reese, son père, afin de l’envoyer dans le passé pour protéger sa mère, Sarah Connor. Mais connaître son futur peut-il aider à sauver le passé ?

Enfin ! Il était temps !

Enfin ! Il était temps ! La pilule du troisième opus ayant été digérée tant bien que mal, ce quatrième épisode nous compte enfin ce que nous (dés)espérions de voir sur la toile. Christian Bale succède à Nick Stahl dans la peau de John Connor. Un rôle musclé, à la hauteur de ce que l’acteur est capable de faire. S’il a du mal à nous faire oublier, malgré tout, Edward Furlong, Bale s’en sort avec les honneurs. D’ailleurs, Connor n’est pas le personnage qui semble importer le plus à McG. En effet, ce dernier s’attache plus longuement sur la relation engagée entre Marcus (un cyborg) et Kyle Reese (le futur père de John). Ainsi, on apprend que ce qui a forgé la personnalité de Kyle, que la philosophie de vie qu’il va inculquer à Sarah, provient d’une machine. Le film joue de nuances, nous rappelant dans les grandes lignes les répliques cultes des deux premiers films (« Follow me if you wanna live » « I’ll be back » et tutti quanti). Concordance parfaite entre les scripts mis en scène par Cameron et ce dernier. En dépit de quelques amalgames temporels qui ne collent pas spécialement, il faut bien avouer que ce Terminator : Renaissance tente vraiment tout ce qu’il peut pour offrir aux fans ce qu’ils voulaient voir.

Terminator : Renaissance est un film d’action efficace qui offre enfin aux spectateurs ce qu’ils attendaient de voir depuis le premier film.

Visuellement, le film a le sérieux avantage d’avoir à créer tout un monde que nous ne connaissions que très peu. Les décors post-apocalyptiques sont absolument splendides. Les phases d’action tiennent en haleine. McG est friand de mise en scène spectaculaire, abusant d’effets stylistiques très typés jeu vidéo. S’il peut dégoûter par moment (on se souvient de sa vision un poil trop « badass » des Drôles de Dames), sa manière de faire s’emploie parfaitement à l’univers de Terminator. McG sait se montrer méthodique par moment. On restera stupéfait devant le plan-séquence en début de film lorsque John sort du cratère, monte dans un hélico et se crash presque immédiatement avant de se faire attaquer au sol par une machine. Quelques éléments ci et là qui apportent une plus-value technique non négligeable au projet, même s’il garde tout de même un sérieux goût aseptisé (n’est pas James Cameron qui le veut !). Cette aseptisation se ressent surtout sur le choix d’Anton Yelchin dans le rôle de Kyle Reese. L’acteur est beaucoup trop angélique et son jeu est bien trop lisse pour nous faire oublier l’excellente prestation habitée de Michael Biehn en 1984. Ce dernier campait un personnage ayant un vécu douloureux, avec un corps mutilé et ravagé par une guerre qu’il subit au quotidien. Ici, Kyle Reese ressemble vraiment trop à un adolescent. Qu’à cela ne tienne, les incohérences scénaristiques lorsque l’on traite de failles spatio-temporelles sont monnaie courante. Il y va de la capacité du spectateur à l’accepter ou non. En parlant d’acceptation, l’absence au casting d’Arnold Schwarzenegger ne déroute absolument pas. On nous congratule de la présence de T-800, et Sam Worthington fait office d’alter ego à Schwarzy, et il le fait plutôt bien. En définitive, malgré un échec commercial cuisant, Terminator : Renaissance relançait la machine d’une assez bonne manière. Quel dommage que ce concept de nouvelle trilogie soit avorté, il y avait encore de belles choses à dire.

Terminator : Renaissance est un film d’action efficace qui offre enfin aux spectateurs ce qu’ils attendaient de voir depuis le premier film. McG se révèle être plus malin qu’il ne paraît dans sa mise en scène. Les personnages sont suffisamment étoffés pour nous faire croire au bon déroulement de l’intrigue. Un vrai bon divertissement en somme.

Informations

Détails du Film Terminator Renaissance (Terminator Salvation)
Origine Etats Unis - Angleterre - Allemagne Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action - Aventure - Science - Fiction
Version Cinéma/Longue Durée 115 '
Sortie 03/06/2009 Reprise -
Réalisateur Indisponible Compositeur Danny Elfman
Casting Sam Worthington - Christian Bale - Moon Bloodgood - Linda Hamilton - Anton Yelchin - Michael Ironside
Synopsis En 2018, après le jugement dernier, l’humanité est ravagé par Skynet et son armée de Terminators. Tandis que John Connor, futur leader de la résistance humaine, rassemble ses combattants pour une dernière offensive désespérée contre les machines, il réalise que pour sauver l’humanité, il doit retrouver et protéger son père Kyle Reese, mais l’arrivée du mystérieux Marcus Wright va bouleverser sa vision du monde et l’entrainer dans une course effrénée au cœur des troupes ennemies…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques